07 avril 2014

"Le bain et la douche froide " Mélanie RICHOZ

Ma chère Mélanie   Toi et moi, c’est une vieille histoire maintenant. On ne va pas se mentir ou se dire « vous » pour faire plaisir à tout le monde. Ca fait un bout de temps que toi et moi, on se suit. Ça fait un bout de temps que Toi, tu écris Moi, je te lis. Et ça fait un bout de temps qu’à chaque fois, tu me laisses avec un infini sentiment d’abandon. Oui, Mélanie, te lire provoque un risque. Le risque d’aimer ta plume, le risque de devenir accro à ton phrasé, à ta manière de jeter les mots sur le papier, ta manière de... [Lire la suite]

03 avril 2014

" Regarde les lumières mon amour " Annie ERNAUX

  Pendant un an, Annie ERNAUX a tenu le journal de ses visites à l’hypermarché Auchan du centre commercial des Trois-Fontaines situé en région parisienne. « Voir pour écrire, c’est voir autrement », écrit-elle. On redécouvre en effet à ses côtés le monde de la grande surface, Loin de se résumer à la corvée des courses, celle –ci prend dans ce livre un autre visage : elle devient un grand rendez-vous humain, un véritable spectacle. Avec ce relevé libre de sensations et d’observations, l’hypermarché, espace... [Lire la suite]
01 avril 2014

" Océans " Yves SIMON

Ce qu’en dit l’éditeur : Océans est l'histoire d'une vie. A Monterville, station thermale de l'est de la France, les océans sont de lointains mirages... Pour Léo-Paul Kovski, petit-fils d'émigrés polonais, tendre et fantasque enfant des années soixante. Pour son père, conducteur d'une locomotive volée, qu'il rêve de faire un jour échapper à ses rails. Pour sa mère, infirmière, qui ne voudrait pas de limites à son dévouement. Pour ceux de son âge, ses amis, qui se cherchent et s'éveillent en même temps que lui. Pour Marie,... [Lire la suite]
31 mars 2014

" Qui a tué Jacques Prévert ? " Sandra REINFLET

  "La première fois, il faisait gris froid. Nous étions une semaine avant Noël. Je voulais profiter des vacances pour faire une photo dans la cour. J'étais loin d'imaginer que l'école était désormais en vacances éternelles.J'ai d'abord remarqué les carreaux, les mauvaises herbes au travers du goudron, le verre parsemé, partout. Après l'escalade des grilles, la porte, entrouverte. Derrière, le couloir, jonché de débris, de morceaux de plafond. Entre ciel et sol. Les restes d'arts plastiques. Beaucoup de plastique. Des découpes,... [Lire la suite]
29 mars 2014

"Maculée conception" Mélanie CHAPPUIS

 " Mon enfant adoré, mon enfant, mon trésor qui meurt là-haut face à leur haine que tu voulais leur amour, mon enfant, mon pauvre amour, oh ! j'espère que tu ne vois que ceux qui t'aiment , qui te suivent et poursuivront ton oeuvre, regarde ils sont là aussi, ne regarde qu'eux, mon enfant pourquoi faut-il que tu souffres autant ? Mon Dieu, pourquoi l'abandonnes-tu ? Pourquoi leur sacrifies-tu ton fils ? Pour leur montrer à quel point tu les aimes ? Mon dieu, es-tu sûr qu'ils comprennent ? Mon Dieu, ce n'est pas nécessaire,... [Lire la suite]
25 mars 2014

"Rêve d'amour" Laurence TARDIEU

  « Ecrire, est-ce aimer ? Ecrire, est-ce chercher à être aimé ? Y-a-t-il une écriture possible sans amour. Y-a-t-il y un amour possible sans mots, sans verbe, sans langage ? Dire l’amour. Ecrire, l’amour. L’écrire provient ‘un désir, qui vient de très loin et s’éprouve au présent. Le désir crée l’écriture. Amour, écriture : le même abandon. Un mouvement de va et vient, un roulis, qui ne finit jamais et donne corps aux rêves, les entraînants toujours plus loin. Qu’y a-t-il tout là-bas, là où l’amour... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 18:22 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

17 mars 2014

"La blancheur qu'on croyait éternelle" Virginie CARTON

« On porte en soi des images de films, des chansons qui surgissent à des moments inattendus de nos vies, qui font de nous quelqu'un ayant appartenu à une époque. Il nous reste des empreintes de ces histoires qui nous ont marqués, de ce temps où nos vies étaient vierges et où l'on croyait la blancheur éternelle. On voulait que notre vie ressemble à ce moment là, à ce plan parfait. Parfois, elle y ressemble un peu. On est heureux »   Il y a des romans qui sont des madeleines que l’on trempe avec délice dans une... [Lire la suite]
13 mars 2014

" La Mer " Yôko OGAWA

 " La vieille maison dont le toit de tuiles oranges et la cheminée servaient de points de repère, donnait sur un chemin de campagne se faufilant entre les potagers et les vergers. Il n'y a pas d'autres locataires, on lui avait attribué les deux pièces situées à l'étage. Par la fenêtre donnant au Sud, il voyait les pruniers s'étendre à perte de vue au-delà du canal d'irrigation. " Extrait du camion de poussins A certains moments, vous avez besoin de faire un break, une pause, de vous écarter des chemins habituels et de... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 19:35 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
11 mars 2014

"Nous étions une histoire" Olivia ELKAIM

  « J’avais fui. J’étais partie, en miettes, à Marseille. Au psychiatre, là-bas, j’avais dit ce que je n’étais parvenue à dire à personne, ici – ni à mes amis, ni même à Louis : l’envie de rien, le vide m’aspirant entière, paralysant mon corps, et surtout ces souvenirs qui, depuis la naissance de mon fils, revenaient par vagues. Ma grand-mère, ma mère, leur histoire. D’une main, je tendais au médecin trois photographies couleur sépia, maigres témoignages du passé. De l’autre, je cognais sur son bureau. Mes mots... [Lire la suite]
09 mars 2014

" La nuit à rebours " Zoé VALDES

  « Je me traînai en silence, tâchai de l’attendre en rampant entre les jambes des curieux. J’y parvins enfin, la saisis par la poignée en la caressant. Sitôt debout, je filai tant bien que mal jusqu’à la porte de la maison en serrant ce trésor dans mon poing. Je touchai au but et la posai sous le linteau de la porte entrouverte. Personne ne se rendait compte que c’était moi qui avait gagné. Gagné quoi ? Seulement l’illusion d’entrevoir, comme une réalité lointaine, l’ambition de quitter ce malheureux... [Lire la suite]