06 novembre 2013

Le voyage immobile - Valentine GOBY

«  Je n ai jamais traversé la Méditerranée [...]. Je croyais avoir le monde à conquérir, le monde était dehors et Samia incarnait le début du rêve : partir. Mais cette nuit enfonçant les touches ma main enfonce des portes, je sens les frontières s'abolir en moi, je comprends que je porte le monde à l'intérieur, avec tous ces possibles. Chez moi ce n'est pas la chambre, la maison, la ville, la pinède, chez moi c'est quelque part dans mon ventre, un endroit difficile à situer parce qu'il n'y a pas d'organe, pas de lieu visible.... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 19:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

03 novembre 2013

A corps perdus - POLLICE VERSO

Le nu est la sincérité du corps.  - partie 2 - Le nu artistique, académique ou alors abstrait fait parti d’un art auquel je me suis intéressée. Ce thème a toujours existé par ses représentations sur les parois peintes des grottes, aux nus masculins très en vogue dans l’antiquité grecque. Dès le début de la photographie, le corps féminin fut une source d’inspiration d’un bon nombre d’artistes. Ces images étaient soigneusement gardées par leurs créateurs, ou alors échangées  » sous le manteau  » par crainte de censure. ... [Lire la suite]
01 novembre 2013

" Le monde des possibles " Marie Lorna VACONSIN

    « Juste avant d’entrer dans la salle, j’avais croisé un petit miroir rectangulaire, pas plus grand que les fenêtres sur les portes des cellules. Pendant quelques secondes, les frontières du monde ne paraissent plus très stables : j’ai épié mon reflet, une jeune fille pâle qui me ressemblait mais qui était beaucoup plus maigre et beaucoup plus belle. Ses yeux, son univers, l’air qu’elle aspirait avec lenteur exercèrent sur moi une attraction extrême. Je me suis rapprochée du petit rectangle lumineux, j’ai... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 09:37 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,
29 octobre 2013

Manabé Shima - Florent CHAVOUET

  Qui n'a pas eu envie de partir sur une île lointaine, perdue, isolée du reste du monde, là ou personne ne peut nous appeler, nous voir, venir nous chercher ? Qui n'a pas eu envie d'être enfin tranquille, célibataire et sans enfants (je hais les enfants lorsqu'il pleut, vente et qu'ils courent partout dans la maison en jouant au mieux à saute mouton. Je peux même pas les brader pour le prix de 3 sushis, ils ne sont pas comestibles) ? Qui n'a pas eu envie de prendre le large en voyant sa moitié vautré dans le canapé,... [Lire la suite]
27 octobre 2013

A corps perdus - sans identité fixe

Le nu est la sincérité du corps.   Le nu artistique, académique ou alors abstrait fait parti d’un art auquel je me suis intéressée. Ce thème a toujours existé par ses représentations sur les parois peintes des grottes, aux nus masculins très en vogue dans l’antiquité grecque. Dès le début de la photographie, le corps féminin fut une source d’inspiration d’un bon nombre d’artistes. Ces images étaient soigneusement gardées par leurs créateurs, ou alors échangées  » sous le manteau  » par crainte de censure. Dans cette... [Lire la suite]
25 octobre 2013

Lucia Antonia, Funambule - Daniel MORVAN

  " Il ne m'avait fallu que quelques heures pour me sentir seule. Mais les dieux de la perte promettent plus qu'ils ne tiennent, et d'autres dieux vous guettent, viennent vous remettre sur le chemin, vous faire reconnaître la balise inaperçue, et dirigent vos pas endoloris sur une mauvaise route de goudron érodé, insuffisamment mauvaise pourtant, car elle vous ramène à la communauté... "   Voilà un livre qu'il va être difficile de vous parler... Pourquoi ? tout simplement parce qu'il est des beautés qu'il ne faut pas... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 20:37 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 octobre 2013

"Avoir un Corps" Brigitte GIRAUD

" Un jour, j'aperçois mon visage dans le miroir des toilettes du train. Je me dis, maintenant tu as cette tête-là. Je fais connaissance avec cette personne qui est moi. J'accepte de la croiser chaque matin dans la salle de bains, de l'observer quand elle se brosse les cheveux. J'accepte de l'aider à ôter sa carapace. Oter ses guêtres et sa peau de serpent. J'ose soutenir son regard. Je l'invite à s'installer. "   Vous racontez ce roman ne va pas être chose facile. Il ne va pas être chose facile car Brigitte GIRAUD nous parle... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 20:31 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , ,
16 octobre 2013

Ces gens qui s'expriment ... Collection "En cent bleus"

  Drôle d'objet que voilà... je devrais même dire drôle et magnifique objet que voilà !  Ce petit support multimédia est une porte d'entrée pour un voyage poétique en terre urbaine ; voyage en périphérie, voyage sous terre, voyage au bout de la nuit aurait dit Louis-Ferdinand CELINE. Un voyage où les mots sonnent, résonnent, tintent, bourdonnent, slament, s'expriment, se conjuguent, se jouent, se redoutent, s'éparpillent, se construisent et tel un feu d' "art' i fice" explosent dans un magnifique ouvrage.  Comme... [Lire la suite]
15 octobre 2013

Julie MAROH "le bleu est une couleur chaude"

Alors comment commencer ce billet sans rentrer dans la polémique actuelle du film d'Abdellatif KECHINE, "La vie d'Adèle", c'est la question que je me suis posée en lisant "le Bleu est une couleur chaude" de Julie MAROH. Comment vous parler d'une bande dessinée qui a reçu la Palme d'Or à Cannes en mai 2013, qui parle de l'homosexualité féminine, et qui a provoqué moult débats et violences dans la presse et la société d'aujourd'hui et qui est d'une beauté à couper le souffle.  Car "Le bleu est une couleur chaude" est une... [Lire la suite]
10 octobre 2013

Serge JONCOUR " L'homme qui ne savait pas dire non"

  " Ce n'est pas pour rien qu'un mot se perd, au contraire, s'il se perd c'est qu'il vous attend, car c'est de lui que tout partira, c'est qu'il cherche à vous dire l'histoire. Chaque mot perdu est une clé, une clé qui ouvrirait sur un lieu tenu secret de vous, une clé qui pour peu que vous le retrouviez délivrerait une émotion, un souvenir, une scène primitive, peut-être même une histoire qui s'est tenue en dehors de vous concerne pourtant une scène primitive dont la résonance dicte tout, elle est ce que le brouillard est à... [Lire la suite]