24 août 2013

Daffofdil Silver - Isabelle MONNIN

 " Rosa a vécu 9588 jours. Lorsqu'elle est morte j'avais 10 852 jours. A partir d'aujourd'hui où je fête mon 20 440è jour, j'aurai vécu plus de jours sans elle qu'avec elle ; le temps a passé, on m'avait dit qu'il estomperait mon chagrin. Faux. la seule chose qui s'efface inéluctablement, c'est le portrait de ma soeur. A vrai dire, plus je cherche à reconstituer sa vie, plus elle m'échappe. [...] Je me souviens de sa joie mais pas de ses rires - et ma gorge est sèche maintenant." "D'elle, ne me reste que le grain de sa peau de... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 20:04 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 août 2013

Thomas RAPHAEL "La vie commence à 20h10, un rêve vaut bien quelques mensonges"

  Alors voilà cela devait m'arriver un jour ou l'autre. Il était dit que j'allais devoir écrire et vous dévoiler le fond de ma pensée sur une lecture d'un roman que je n'ai pas aimé. Et oui... cela devait m'arriver. Et comme ce roman fait partie d'une lecture commune avec Stéphie des Milles et une pages et Séverine de Blablablamia, je me dois d'honorer ma participation à ce défi...  : vous faire aimer un roman que je n'ai pas aimé.   Que diantre, ouvrons ce roman et laissons nous griser par l'histoire de... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 20:11 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , ,
13 août 2013

L'arbres à singes - Vincent HEIN

" Je marche librement sous une lune qui bombe le torse, je croise un passant à l'allure spectrale et je me pose aucune question. Je ne sais trop où cette promenade nocturne me conduira, sinon à l'instant, dans cet espace précis, étroit et rare que se disputent toujours la vie, les rêves, le désir et la mort. Je suis heureux, simplement heureux d'être là et de sentir pour une fois en moi, cette force coupable, qui me donne ce soir le courage et l'envie de ne résister à rien."   Ce petit recueil, journal de bord je l'ai... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 22:37 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,
09 août 2013

Drôles de balades dans PARIS

C'est bien connu le mois d'août est propice aux balades parisiennes. La ville est vidée de sa substance laborieuse et la Seine revêt son habit du dimanche. Elle se fait belle et s'admire en mode languissante et reposante. Le bon temps pour visiter une ville de lumières qui se cache le reste de l'année derrière ces images caricaturales. Alors quoi de mieux que de se mettre en mode visites et balades dans Paris... ? Qu'est ce qui vous retient ?..  Rien et même au contraire... Grâce aux Drôles de balades dans Paris, conçus par... [Lire la suite]
08 août 2013

Katy COUPRIE - dictionnaire fou du corps

Bon je vous dis tout de suite : j'ai découvert ce livre chez les Facéties de Lucie, il y a que quelques temps et dès la lecture du dît billet,  j'étais en admiration devant les illustrations (et des écrits de Lucie il va s'en dire, mais cela vous en êtes habitués, fan je suis)... Je le voulais ce Dictionnaire fou du corps, il serait mien, c'était écrit dans ma boule à facettes, dans les lignes de ma main, gravé au couteau dans mon coeur, tatoué sur mon biceps gauche (je garde le droit). Je me suis donc ruée chez mon libraire et... [Lire la suite]
07 août 2013

Grâce à Gabriel - Arnaud FRIEDMANN

 "On ne lui avait jamais expliqué, à Michèle, que la vie ce serait ça et qu'elle s'y résoudrait. Mais les terreurs de sa grand mère ne l'ont pas protégée de rien. Des cadavres dans les rues, sur les places des villages, qu'il ne faut pas regarder, disait-elle. Mais elle, Michèle, elle ne peut fermer les yeux ; ça ne sert à rien. Les images s'insinuent. Elle regarde elle affronte, et quoi qu'elle prétende du déroulement de ses journées, ses nuits sont des enfers".   Imaginez les montagnes des... [Lire la suite]

05 août 2013

Une photo quelques mots (91)

Mon vieux et moi    © Kot² Il y a quelques années, j'avais décidé d'adopter un vieux comme d'autres adoptent un chat, un chien. J'étais tombé sur Alfredo. Pourquoi lui... Je ne sais pas mais en consultant un catalogue de mannequins seniors, j'avais remarqué son visage anguleux, son nez protéiforme, ses sourcils épais et son côté latin. Un visage qui ne pouvait laisser indifférent. Recherchant un compagnon à adopter pour occuper mes jours de détente (certains vont faire un tennis ou jouer à la balle, moi je m'occupe... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 07:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,
03 août 2013

c'est quand qu'on arrive !

Ah ce week-end du mois d'août, ce 1er week-end de chassé croisé...   Après s'être mollement retrouvés étendus sur une serviette au bord de la plage à faire la crêpe version Nutella ou abricot doré, ou au contraire à avoir crapahuté sur les sentiers de Grande Randonnée (en langage Petit Carré Jaune, les GR sont des sentiers de Grandes Rigolades généralement) avec derrière soit les gosses et autres marmailles qui vous susurrent dans les oreilles "C'est quand qu'on arrive"... Les juilletistes retrouvent la douceur de leur douce... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 15:53 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,
30 juillet 2013

" La patiente " Jean Philippe MEGNIN

" La souffrance ça fonctionne par étapes. Ce n'est pas un sentiment. Souffrir, c'est prendre conscience, petit à petit des différentes composantes de la douleur. Le plus dur, après le précipice de l'instant fatidique, c'est de s'installer dans l'après. Intégrer l'idée que désormais on ne pourra plus jamais parler au présent ; qu'il y a eu un avant, irrémédiablement clos. Que maintenant, c'est l'après » Ce roman est un mystère sur l'autre avec lequel on vit, celui que l'on côtoie au quotidien, son histoire, ses zones d'ombres, ses... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 17:40 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,
28 juillet 2013

"Et n'attendre personne" Eric GENETET

  Je le sais, il n'est jamais bon de livrer le billet d'un roman que l'on vient tout juste de finir. Mais là, je ne peux m'empêcher de vous dévoiler, à brut, les émotions que Eric GENETET et son roman "Et n'attendre personne" m'ont provoqué. Un total bouleversement. Je suis sortie de ce roman, rincée, en apnée, sans un souffle, une mise en abîme, un miroir. Certains vous diront que ce roman est une liste de vertiges liée à la quarantaine, aux doutes de la raison de vivre d'un couple, du départ des enfants devenus... [Lire la suite]