01 novembre 2014

Saturday read fever - Les Insoumises, Celia LEVI

  Chère Louise Je suis dans le train qui me mène à l’Eldorado, ou ce que j’imagine être l’Eldorado. Paris n’est pas si loin et je suis toujours en France, mais déjà je ressens le besoin d’écrire et à qui mieux qu’à toi pourrais-je confier mes impressions, mes sensations naissantes. Le wagon sent la poussière et je pressens que je dormirai peu. Maintenant qu’enfin je suis partie, je me sens déjà nostalgique de ma vie passée et j’ai peur. Je me demande ce que tu fais, s’il fait froid à Paris, de quelle couleur est le ciel, mais... [Lire la suite]

30 octobre 2014

" Une minute d'avance sur le bonheur "

Stéphane - 28 octobre 2014       Une balade un jour de soleil, un air de guitare au loin, mes pas qui me guident et voilà comment est née cette rencontre, cette idée. L’idée de remettre un peu d’humains et de sourires sur mes chemins, d’aller à la rencontre de l’inconnu, celui à qui petite on m’interdisait de parler. L’idée de faire d’un instant, une rencontre fugace, un moment d’intimité partagée, de retrouver cette part d’humanité que j’aime tant et braver l’interdit de parler à quelqu'un que je ne connais pas. ... [Lire la suite]
26 octobre 2014

"Après l'orage" Salva ALMADA

«  Le ciel était rempli de nuages gris, épais et lourds. Des nuages gorgés de vent et d’éclairs et, dans le meilleur cas, de pluie. En quelques instants, l’orage s’était installé.Si ce n’était qu’il allait sûrement apporter de la pluie et que la terre en avait besoin, El Gringo aurait contré l’orage comme sa mère lui avait appris à le faire, parce que ce qui s’annonçait avait vraiment l’air méchant. Elle lui avait transmis son secret avant de mourir. Sur un terrain dégagé, on vise le front de la tempête avec une hache... [Lire la suite]
26 octobre 2014

"Le bayou" Joseph Castel

      Le bayou   Sur le devant des longs prés, à l'arrière des soutes voûtées par le vent, Je me glisse hors des cabanes abîmées Par les coteaux saillants de boues noires, Allongé comme un caïman Qui guette patiemment sa proie, Contemplant sur sa fin l'arrivée De la lune et de ses milliers de fées, Luminescentes effarouchées par le bouillon Du bayou et ses bulles de lentilles vertes Qui éclatent de rire au nez du reptile rêveur, Hébété par son trop plein d'humanité et gavé Par la magie de ses nuits... ... [Lire la suite]
25 octobre 2014

Saturday night fever : "Désordres, lettre à un père" - Elsa Montensi

« Ecrire, déchire la compulsion de répétition du passé dans l’âme.A quoi sert d’écrire ?A ne pas vivre mort. »  Pascal Quignard – la barque silencieuse   «  Tu préfères le corps des hommes à celui des femmes. Tu es né ainsi. Tu n’as pas choisi. Mais il y  la société, le poids de son regard. Un regard trop lourd à porter. Celui de la différence. A vingt-trois ans, tu fais le choix de te marier. Pendant neuf ans, tu fais semblant, mènes une double vie. L’engrenage est enclenché, tu pousses la... [Lire la suite]
24 octobre 2014

"Notre besoin de consolation est impossible à rassasier" Stig DAGERMAN

« Je suis dépourvu de foi et ne puis donc être heureux, par un homme qui risque de craindre que sa vie ne soit une errance absurde vers une mort certaine ne peut être heureux. Je n’ai reçu en héritage ni dieu, ni point fixe sur la terre d’où je puisse attirer l’attention d’un dieu : on ne m’a pas non plus légué la fureur d’un bien déguisé du sceptique, les ruses de Sioux du rationaliste ou la candeur ardente de l’athée. Je n’ose donc jeter la pierre ni à celle qui croit en des choses qui ne m’inspirent que le doute,... [Lire la suite]

23 octobre 2014

"A l'est des nuages" Vincent HEIN

« 25 octobre 2006 Les Ouïgours sont les musulmans chinois originaires de la province du Xinjiang. Ils me prennent en chasse, régulièrement, avec l’organisation précise d’une escadrille et leurs tricycles bricolés, à l’arrière desquels ils installent d’énormes pâtisseries au miel, aux amandes, aux fruits confits couverts d’un film cellophane, qu’ils s’entêtent par jeu à vouloir me vendre. Je n’aime malheureusement pas leurs gâteaux collants et trop sucrés.Mais j’aime en revanche leur compagnie. J’aime lorsqu’ils m’accompagnent... [Lire la suite]
22 octobre 2014

"L'histoire d'un escargot qui découvrit l'importance de la lenteur" Luis SEPULVEDA

  La tortue chercha avec plus de calme que d’habitude les mots pour répondre et elle lui raconta que pendant son séjour chez les êtres humains elle avait appris beaucoup de choses. Elle lui raconta que quand un être humain posait des questions embarrassantes du genre « Est-il nécessaire d’aller si vite ? » ou « A-t-on vraiment besoin de tant de choses pour être heureux », ils l’appelaient rebelle. - Rebelle, j’aime ce nom ! murmura l’escargot. Est-ce que les humains t’ont donné un nom ?- Oui… comme je n’ai … jamais … oublié le... [Lire la suite]
18 octobre 2014

"A l'Est des nuages " Vincent HEIN - le chapitre du samedi soir

10 janvier 2005   Si j'en crois l'écran vidéo placé au-dessus des fauteuils passagers, je suis à 11 700 mètres d'altitude et à 970 kilomètres-heure, quelque part juste après Moscou, sur le vol CA934 qui me ramène en Chine. Je travaille à Pékin depuis près d'un an maintenant. J'y vis aussi. J'habite une petite maison chinoise sur Nanchizi, la première rue à l'est de la Cité interdite. C'est un bel endroit, confortable mais un peu faux - un peu "léché" - et après trois semaines passées en France, je suis heureux de... [Lire la suite]
18 octobre 2014

"Petit éloge du sensible" Elisabeth BARILLE

« On peut parcourir le monde à la recherche de la sagesse, rencontrer toutes sortes de sages, suivre toutes sortes de stages, yoga ou méditation, cela ne sert pas à grand-chose tant qu’on n’a pas pris contact avec son guide intérieur. Nous avons tous le nôtre, discret, avisé, infaillible, encore faut-il lui offrir notre confiance, c’est d’ailleurs la seule chose qu’il exige de nous. Cela acquis, il ne nous trompe jamais.Ce guide, c’est le goût.S’en remettre à lui, c’est courir la chance de n’être jamais déçu.Même en... [Lire la suite]