09 juin 2014

" Benny, Samy, Lulu et autres nouvelles " Geneviève DAMAS

« Le feu passe au rouge. Tu ouvres la portière. Tu ne remonteras plus jamais dans cette voiture. Tu poses un talon aiguille dans la neige, ton pied s’enfonce dans le blanc. Jean-Pierre te lance un regard noir «  qu’est ce que tu inventes encore, Alice ? » Tu lui tourneras le dos. Tu n’as jamais connu cet homme. Alors, enfin, cela se met à sortir, toutes ces années passées  à étouffer le cri, cela se déverse  en flots parmi la neige et le ciel, et tu te mets à crier de plus en plus fort, de plus en plus... [Lire la suite]

08 juin 2014

" Nous étions faits pour être heureux " Véronique OLMI

      Aujourd'hui j'ai ouvert mon Blog à une de mes coéquipières de l'Ivre de Lire. Et la bougresse en a profité pour me mettre entre les mains un livre pépite sur les meurtrissures de l'enfance, celles que l'on garde enfouies bien au fond de soi. Monique voulait me donner envie ... Eh bien c'est réussi !   Nous étions faits pour être libres. Nous étions faits pour être heureux  - Louis Aragon -   La peur d'être libre, d'être vrai, d'être nous-mêmes, d'être dans le présent, dans le moment, dans... [Lire la suite]
05 juin 2014

"Les heures souterraines" Delphine de VIGAN

    « Il ne s’était rien passé. Rien de grave. Il lui avait fallu plusieurs semaines pour revenir à cette scène, se la remémorer dans son intégralité, se rendre compte à quel point chaque détail restait présent à sa mémoire, les mains de l’homme, cette mèche de cheveux qui barrait son front lorsqu’il se penchait, le visage de Jacques, ce qui avait été dit, ce qui était resté dans le silence, les dernières minutes de la réunion, la manière dont il avait ramassé ses affaires, sans empressement. Jacques avait quitté... [Lire la suite]
03 juin 2014

" Les nuits de San Francisco" Caryl FEREY

  « Sa petite robe à pois blancs dansait sur le trottoir, des taches phosphorescentes entre chien et loup comme des signaux de détresse, Sam ne voulait pas y croire, c’était un rêve qui s’échappait de son esprit, la jeunesse qu’il avait bue, rebue, jusqu’à la foutre en l’air, elle et tout ce qui pouvait lui ressembler. Mais voilà qu’un sentiment étrange l’étreignait, la grâce, la grâce d’une passante dans la rue, presque douloureuse, la grâce qui éclaboussait et lui jouait un sale tour, lui mâchait le cœur pour en... [Lire la suite]
01 juin 2014

Tadeusz Rosewicz

Depuis que le monde a fait naufrageLa vie a pourtant surgi  Autour de moi. J’aiDonné la vie, je me suis mise au mondeEt les hommes, les animaux, la nature.Je me disais  Ça c’est une table. Ça c’est une table. Sur la tableIl y a un pain, un couteau. Le couteauEst fait pour couper le pain. Le painNourrit l’homme. Il faut  Aimer l‘homme. J’ai dûApprendre cela, jour et nuit  J’ai dû l’apprendre. Qui faut-ilAimer ? je répondais : l’homme   Tadeusz Rosewicz   « Le langage, ce sont des... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 08:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
28 mai 2014

" Abélard " Dillies et Hautière

  - Pourquoi elle [la mer] s'en va ? - A cause de la lune. Un type m'a dit que toutes les deux, elles s'attirent comme des aimants. La lune est là.  Elle passe au-dessus de la mer et la mer la suit. Elle essaie même de la rejoindre. - Dans les étoiles ? - Ouais. Elle se tend vers le ciel comme ça.  Elle voudrait la toucher mais elle peut pas. Elle est trop lourde. Et petit à petit, la lune s'éloigne. Elle finit par disparaître de l'autre côté du monde. Alors la mer revient. - Sur ses petites... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 18:11 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,

26 mai 2014

" Geai " - Christian BOBIN

«  Geai était morte depuis deux mille trois cent quarante-deux jours quand elle commença à sourire.Ce sourire, au début, personne pour le voir. Que deviennent les choses que personne ne voit ? Elles grandissent. Tout ce qui grandit grandit dans l'invisible et prend, avec le temps, de plus en plus de force, de plus en plus de place.Donc le sourire de Geai, noyée depuis deux mille trois cent quarante-deux jours dans le lac de Saint-Sixte en Isère, commença à donner de plus en plus de lumière. »   Il y a des romans qui... [Lire la suite]
25 mai 2014

Lu Yu

      "Dès que j'aperçois un ruisseau et des montagnes, mes yeux malades s’écarquillent,Où que je marche, mes sandales en paille effleurent la mousse épaisse,De tous les objets de ma vie m'étant déjà débarrassé, je n'emporte que mes pinceaux et mes ustensiles pour le thé." Lu Yu ...    
23 mai 2014

"Un petit livre trouvé sur un banc" Jim et Mig

" - De toute façon c'est toujours chiant les bouquins. C'est pour ça qu'on a inventé les séries TV... Pour convaincre le monde entier d'arrêter de lire ! - " Lire c'est boire et manger. L'esprit qui ne lit pas maigrit comme le corps qui ne mange pas ". Victor Hugo, mon p'tit père ! Et toc ! Culture ! - Ouais ben ton Victor Hugo, il n'avait pas un 120 pouces dans son salon avec le son qui va bien et le canapé pile devant ! Qu'est ce qu'il y connaissait en séries TV, ton Victor Hugo ! "   « Peu de livres changent une vie.... [Lire la suite]
17 mai 2014

" Tropiques Barbares, chroniques nicaraguayennes " Pablo Raùl Espinosa

« A une table voisine, un groupe de touristes, cramoisis par les coups de soleil, descendais des bouteilles de rhum. Ils se prenaient mutuellement en photo avec des tronches hilares. Ces images deviendraient pour eux, des souvenirs impérissables de mon pays. J’ai longtemps eu le projet de réaliser un livre de photographies sur la vie au Nicaragua. Je possède quelques bons clichés en noir et blanc, particulièrement des portraits d’enfants et d’anciens. Une de ces photos représente un très vieil homme assis sur le bord d’un... [Lire la suite]