17 janvier 2017

"Les garçons perdus " Arnaud Cathrine et Eric Caravaca

  « Et, ce faisant que je ne connaissais rien de l’amour, je ne connaissais pas le moins du monde à ce qui s’était bâti entre lui et moi.Je ne sais pas si c’était une forme d’amour. Un lien de dépendance très certainement. Et, au final, une forme d’amour. Que je cherche aujourd’hui encore sur le visage de mes amis, en dépit de tout ce qui est advenu par la suite. Je le vois apparaître parfois en filigrane. Je ne m’en suis aperçu que récemment. »   C’est un fait : l’amitié entre hommes est un sujet peu... [Lire la suite]

15 janvier 2017

" Frapper le sol - Tatsumi Hijikata sur la voie du Butô " Céline Wagner

  Comment vous parler de ce roman graphique ? Comment vous faire découvrir ce qu’est le butô quand moi-même je ne connaissais ni le terme, ni l’influence qu’a eu celui qu’il a inventé cette danse contemporaine, moderne sur les générations actuelles ?.   Le Butô est donc une danse japonaise consistant à frapper le sol, à se mettre à nu, exerçant sur son corps et son esprit une controverse impitoyable. Elle fut initiée à la fin des années 1950 par celui qui en est le maitre incontesté et absolu : Tatsumi Hujikata... [Lire la suite]
12 janvier 2017

"la vitesse sur la peau " fanny Chiarello

« Le jour où tu as perdu la parole, j’ai perdu l’usage de mes jambes. Le jour où la parole t’est revenue, je ne me suis peut-être pas levée de mon fauteuil roulant mais tu as réintroduit le mouvement dans ma vie. Il est très différent de sentir le vent sur son visage et de fendre l’air. C’est le genre de nuance qui doit te plaire, à toi qui aimes soulever les apparences pour regarder ce qui se cache en dessous. A la force de tes bras et de tes jambes, pour la première fois depuis plus d’un an, j’ai ressenti la vitesse sur la... [Lire la suite]
10 janvier 2017

Lettre à Thomas Vinau - La part des nuages

  Monsieur Thomas Vinau,    Permettez-moi de vous appeler Monsieur.  Thomas est trop intime. Vinau trop court, trop sec, dur, intransigeant.   Je viens de finir votre roman, « La part des nuages ». Il trainait dans ma bibliothèque depuis quelques temps, attendant son tour, rangé entre un Thoreau et sa vie sauvage et « Et, néanmoins » de Philippe Jaccottet, déniché dans une brocante. Il trainait là, attendant une météo plus clémente, le moment propice où les nuages... [Lire la suite]
07 janvier 2017

"Marx et la poupée" Maryam Madjidi

  « Il était une fois Un père, une mère et une filleLe père avait la forme d’une ombre se faufilant sur les mursLa mère, le visage caché, portait une longue robe balayant la terreLa fille, silhouette légère, avait les pieds suspendus dans l’airEt tous les trois gardaient un secret dans le creux de la maisSur leur paume, un mot était gravé : EXIL   La fille n’avait plus de jouetOn raconte qu’elle les avait échangés contre les lettres de l’alphabetLa mère n’avait plus de sourireOn raconte qu’elle l’avait... [Lire la suite]
06 janvier 2017

"Là où vont les fourmis " Plessix et Le Gall

« Un homard et une étoile de mer étaient amoureux l’un de l’autre, ce qui rendait leur vie compliquée. Un jour, un pêcheur mit fin à leur tourments. Il les pêcha tous deux, offrit l’étoile de mer à sa fille et mangea le homard.Il y avait aussi un vieil homme si savant parait-il, que le volume de son cerveau l’obligeait à marcher sur la tête.Il était une fois un pirate et sa cupidité avait volé tant et tant de trésors qu’un jour, sous leur poids, son bateau en coula et le pirate avec lui. On raconte qu’au cœur de la forêt de... [Lire la suite]

04 janvier 2017

" L'appel " Galandon et Mermoux

  Depuis le début, je ne voulais pas lire de roman, recueil ou toute autre littérature sur ces appels, ces embrigadements religieux, ces mots qui exaltent la guerre, le djihad ou ceux qui appellent à la paix ou la haine. Je les fuyais comme la peste, comme le choléra. Dès qu’un roman me tombait dans les mains ou devant les yeux,  je le reposais illico. Je jouais à l’autruche cherchant certainement à me préserver, à croire je ne sais quelle chose, je ne sais quel bandeau même si je n’étais pas dupe. Mais ma sensibilité me... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 17:57 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
03 janvier 2017

"l'enfant des livres " Jeffers et Winstons

« Je suis un enfant des livres. Je viens d’un monde d’histoire. Au gré de mon imagination, je flotte. J’ai traversé une mer de mots pour te demander si tu veux bien m’accompagner. »  L’enfant des livres est un véritable voyage dans les mots, les phrases, les livres, ne aventure qui nous fait traverser de multiples paysages, des univers, des pays enchantés. L’enfant des livres ne se raconte pas, il se lit, se prête, se partage, se vogue de main en main, de mers en forêts et favorise la seule richesse que nous... [Lire la suite]
02 janvier 2017

" L'adoption " Zidrou et Monin

  Cela fait un bout de temps que je tourne autour, que je la lis et la relis (relie… ?), que je la pose pour la reprendre et la relire. Cela fait un bout de temps que Qinaya me touche, me bouleverse, me procure un sourire infini et une petite bulle qui me vient du fond du ventre. Il y a des romans graphiques qui vous touchent au plus profond par leur histoire, leur scénario sensible, fragile, beau, solaire et un graphisme somptueux, doux, rond, tendre. Il y a des rencontres comme il y a des bonheurs, des petites... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 08:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
31 décembre 2016

" Dernière communication à la société proustienne de Barcelone " Mathias Enard

    « Je t’ai cherché longtemps dans BeyrouthDans la poudre d’or des couchantsAu phareAu haut de la Grande RoueParmi les trois fleurs du jardin publicDans les ruines du centre-villeEntre les herbes folles de la gare abandonnéeDans les wagons de trains fantômesEt longtemps j’ai cherché Beyrouth »  Lire Mathias Enard, c’est partir à la rencontre de nouveaux mondes, perdre sa boussole et entrer dans des dédales aux senteurs orientales, aux mots où l’errance brûle nos yeux, où les fumées sortant des narguilés... [Lire la suite]