15 février 2017

" La fugue " Pascal Blanchet

  Tout commence dans la tristesse absolue d’une maison corbillard, d’une maison où un piano droit semble être enterré. A son seuil, un vieil homme aux cheveux hirsutes et grisonnants, nœud de papillon rouge au cou, redingote noire et mine affligée. Un rosier grimpe sur les murs, vestige d’un jardin oublié.  Au loin, la ville gronde sous des immeubles buildings. Quelques touches de rouge rappellent la vie, une porte, un calisson sur le mur mais on devine la peine, la tristesse, la lourdeur d’une solitude écrasante, le... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

28 décembre 2015

"L'usage de la photo" - Annie Ernaux, Marc Marie

 « L’érotisme est l’approbation de la vie jusque dans la mort » Georges Bataille.  Lire Annie Ernaux s’est souvent s’engager sur un fil de vie, un moment intime entre soi et l’auteur, entre elle et nos maux. C’est souvent entré dans l’infiniment petit pour en ressortir infiniment grand, vrai. C’est se dépouiller de tous ce que nous sommes, ce qui nous habite, habille, revêt, influence, tous ce que nous détestons ou aimons. C’est redevenir humble, humain, nous. Elle a ce pouvoir d’écrire comme on décrit une vie, on aime... [Lire la suite]
27 décembre 2015

"kodjha" Thomas Scotto et Régis Lejonc

  « Le garçon s’arrête enfin devant les remparts de Kodhja. Tout son corps résonne de la fatigue d’une longue route. Sa gorge le brûle comme une morsure de serpent. Ses yeux n’en finissent plus de balayer la terre. Il soulève alors le lourd heurtoir de fer et le laisse retomber une première  fois sur la porte imposante… »  Aux confins de notre planète, existe un monde utopique, un monde où grandir n’est pas possible, un monde où les adultes n’ont pas le droit de citer, où la mort, ses anges et ses enfers... [Lire la suite]
20 décembre 2015

"Anne F." Hafid Aggoune

  « Je n’arrive pas à imaginer l’individu que je serais devenu sans la littérature, sans ces centaines d’écrivains qui m’ont donné la main, consolé, bousculé, galvanisé, aimé à leur façon silencieuse, lointaine, d’outre-tombe pour la plupart – les morts ne sont jamais absents, seuls les vivants nous manquent. »  J’aimerai vous parler de ce livre mais je ne sais pas si je vais pouvoir. J’aimerai vous parler de la beauté des écrits de Hafid Aggoune mais je ne sais si j’y arriverai. Je ne sais pas car Hafid... [Lire la suite]
17 décembre 2015

"Au bord des grèves" Marie Le Gall

« Autour d’elle, la plupart du temps, on a feint d’ignorer son chagrin, son isolement après ce deuil et l’arrêt brutal de la relation qui l’emprisonnait corps et âme à cet homme violent qui l’avait si mal aimée. Pourtant, elle le savait par ses lectures, la Comédie Humaine, les comportements des uns, des autres, lorsque l’on est à terre et que l’on a besoin d’un secours ! Personne. On est seul. Nul n’est prêt pour vivre l’isolement. Chacun peut le sentir, fuir alors le frère ou la sœur blessés ; et vite, rejoindre le... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 21:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
11 décembre 2015

"Otage intime " Jeanne Benameur

  « L’homme qu’est son fils aujourd’hui a touché la la mort au fond de lui. Maintenant elle peut laisser tomber tous les masques qu’elle a portés pour rassurer. Il connait la seule vérité : le pouvoir des mères est dérisoire devant la mort. C’est le temps du pas hésitant. Le seul vrai. Celui d’un être humain vers un autre. Pourtant c’est bien la mère et c’est bien le fils. Dans ce pas hésitant il y a une défaite et un soulagement. Irène pense Enfin. Elle avance à découvert. Sous tous les gestes de mère il y a un... [Lire la suite]

10 décembre 2015

"Les vieux fourneaux T3 - Celui qui part " Lupano et Cauuet

  «  Le biouche, il l’appelle ! C’était son surnom dans le rugby, tu te rappelles pas ? Emile Carabignac, dit la buche »   Les vieux fourneaux sont de retour. Les tontons flingueurs  de la bande dessinée, les « rotuliers » les plus décapants sont bien présents et avec eux le flingage verbal anti-sociétal est un cadeau. Ça décape, ça dézingue, ça fouette, ça déboulonne et ça fait toujours autant de bien.   « Qu’est-ce qu’il y a ?  Tu veux te battre toi... [Lire la suite]
08 décembre 2015

" Tant de place dans le ciel " Amandine Dhée

  « Parfois on rencontre des gens qui croient tout savoir. Ils viennent de la ville sur leur grand cheval et nous parlent comme à des campagnards qui connaissent rien à la vie. Finalement on voit deux oreilles, un costume et rien du tout. Ils veulent faire des trucs dans des petits villages mais ils s’inspirent pas de ce qui se passe ici. J’ai envie de leur dire, Venez vivre avec nous et on verra. Y’en a tellement de gens qui ont du vent dans les oreilles ! Ils pensent qu’on a pas de culture. […] Encore maintenant.... [Lire la suite]
05 décembre 2015

Les 68 : une aventure folle, belle, solidaire, humaine signée Charlotte l'insatiable

  Au tout début il y avait Charlotte l’insatiable et une idée assez farfelue : lire les 68 premiers romans français de cette rentrée littéraire. Idée des plus loufoques mais vraiment inespérées. Car oui, comme on le sait tous et toutes, les premiers romans sont peut –être, les livres les plus recherchés, lus, qu’importe la rentrée d’ailleurs. On se les arrache, on les valorise, on les lit. Mais les lire tous… Il faut être insatiable pour oser ce défi, manger de rillettes du Mans, matin, midi et soir et s’appeler... [Lire la suite]
30 novembre 2015

"A ma source gardée" Madeline Roth

« J’arrive pas trop à savoir. Ce qu’on fait des rêves quand ça devient moche. Si je m’acharne à lui trouver des excuses. Ou à me chercher des reproches. Ça rime. J’ai pas fait exprès. Il ne m’aide pas. C’est tout moi qui pense. Lui, il ne dit rien. Il touche. Il aime avec ses yeux, et ces mains. On a des chansons juste à nous deux. C‘est comme des messages codés. C’est la nuit, tout le monde danse, il est à l’autre bout de la salle, mais je ne vois que ses yeux. Je ne vois que lui. Et ces yeux me disent – je t’aime, même si en... [Lire la suite]