27 août 2016

"Le doudou des bois " Angélique Villeneuve - Amélie Videlo

  « Georgette est une petite personne courageuse.Elle s’est appuyée contre un arbre et elle a décidé qu’ici, dans ce bois, elle se dénicherait sans tarder un doudou bien à elle, très doux, qui sentirait comme l’autre, peut-être même meilleur. L’odeur du dodo, l’odeur du dehors. »   Il existe des livres jeunesse qui sont comme des doudous, ces petites choses qui nous aident à grandir, qui sentent bon notre odeur, qui nous tiennent la main lorsqu’on se met à avoir peur du noir, le soir et qui deviennent... [Lire la suite]

23 août 2016

"Hiver à Sokcho" Elisa Shua Dusapin

  « Ce soir là encore, il n’est pas venu manger. Enhardie par notre promenade, je lui ai apporté un plateau moins pimenté que pour les autres pensionnaires.Voutée sur le bord du lit, sa silhouette se découpait à contre-jour sur la paroi de papier, collant ma joue contre l’embrasure, j’ai vu sa main courir sur une feuille. Il l’avait posée sur un carton, sur ses genoux. Entre ses doigts, le crayon cherchait son chemin, avançait, reculait, hésitait, reprenait son investigation. La mine n’avait pas encore touché le papier.... [Lire la suite]
22 août 2016

" Du côté des hommes" Fabienne Swiatly

« I say a little prayer » - Aretha Franklin  « Debout près du lit ses contours se précisent dans la lumière de la fenêtre. Il me croît endormie. la veille j’avais demandé au caviste un vin blanc joyeux et nous l’avions bu avant de faire l’amour. Un pouilly-fuissé avec un léger goût d’amande. Un reste de fromage que l’on grignote avec du pain. Des miettes dans les draps, du rire sous cape, des bras poulpes, le corps de l’autre est un formidable terrain de jeux. La nuit ses fesses chaudes dans le creux de mon... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 06:00 - - Permalien [#]
Tags : , , , ,
19 août 2016

" Les étés " Mrie Hélène Lafon

« J’aurais voulu écrire ça, avec ces mots impeccables, cette poignée de points, les virgules, et le point-virgule ; j’aurais voulu l’écrire au corps avec le geste immémorial et la phrase têtue : c’est « la faneuse dans son pré », celle de Ramuz, qui sait tout dire, au plus serré, sans faire le malin. »  Marie Hélène Lafon … «  Les étés ». Une toute petite maison d’édition La Guêpine qui a décidé d’éditer des textes rares, de qualité, difficile à se procurer. Des textes comme un trésor,... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 06:00 - - Permalien [#]
Tags : , , , ,
12 août 2016

" 76 clochards célestes ou presque" Thomas Vinau

  « Jean Claude Pirotte marche toujours dans le brouillard. Jean Claude Pirotte est né dans la brume, à Namur (1939), et les densités grises ont nourri son muscle cardiaque. Jean Claude Pirotte est un poète et, comme tous les poètes, il a eu mille vies. Il connaît le lait des petites aubes traversées comme un chien féral. C’est un fugitif, un avocat, un buveur, un peintre, un érudit, un vagabond. Souvent, j’écoute sa voix. Une pivoine froissée  me sourit. Aujourd’hui il fait gris. Et c’est comme un hommage des... [Lire la suite]
09 août 2016

"86, une année blanche" Lucile Bordes

  « Ca ne pouvait pas être vrai, il n’y avait pas d’images. Toujours la même carte d’un autre temps, aux contours sommaires, les mêmes croquis simplistes, l’unique photo grisâtre. Rien qui nous oblige à regarder en face l’entrée du gouffre.Qui pouvait être assez bête pour croire que le nuage s’était arrêté à la frontière ? Disons que c’était important de croire à quelque chose. On en avait tous envie. Avant au siècle de la peste, la peste noire dont Pagnol donne une description si terrible, on avait la religion. Mais... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 11:31 - - Permalien [#]
Tags : , , , ,

05 août 2016

"L'homme qui plantait des arbres" Jean Giono

« Pour que le caractère d’un être humain dévoile des qualités vraiment exceptionnelles, il faut avoir la bonne fortune de pourvoir observer son action pendant de longues années. SI cette action est dépouillée de tout égoïsme, si l’idée qui la dirige est d’une générosité sans exemple, s’il est absolument certain qu’elle n’a cherché de récompense nulle part et qu’au surplus elle ait laissé sur le monde des marques visibles, on est alors, sans risque d’erreurs, devant un caractère inoubliable. »  Tel commence... [Lire la suite]
01 août 2016

"Les beaux étés" Zidrou et Lafebre (tome 1)

deEté 1973 : Mick Jagger susurre sur les ondes « Angie, Angie », AC/DC n’est encore qu’un groupe de chevelus du fin fond du bush australien. Sur les ondes françaises, Michel Sardou nous chante sa « maladie d’amour » alors  que Françoise Hardy nous émeut avec son « Message personnel ». Quand à Sylvie Vartan et Johnny Haliday, ils nous narrent qu’ils ont un problème, Jane Birkin nous emballe avec son « Di doo dah » et Stone et Charden vont en Normandie voir les vaches blanches et noires... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 09:22 - - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
26 juillet 2016

"Moro-sphinx " Julie Estève

« Elle renifle les parfums des corps qui rapinent l'air et elle regarde les couples s'aimer. On dirait qu'ils le font exprès de s'aimer dehors, de montrer au monde comme ils s'aiment. Elle les condamne à mort dans des phrases qu'elle murmure -Crève ! Toi et toi : tu crèves-. Alors elle vise les yeux des hommes en jouant de ses hanches et de son cul comme le pendule d'une horloge. Ils matent, toujours, sa bouche, ses seins, ses jambes, tout ce qu'ils peuvent glaner pour la baiser quelques secondes avant de s'éloigner et de glisser... [Lire la suite]
23 juillet 2016

"Les brasseurs de la ville" Evains Wêche

  « Quand je descends en ville, je suis toujours impressionnée. On n’explique pas Port-au-Prince.  On vit Port-au-Prince. Je n’ai jamais vu quelqu’un s’habituer à cette ville, elle impressionne toujours. Pour moi, Port-au-Prince est un cri de douleur. L’accouchement de la vie y est un film d’horreur où les acteurs croient que tout est normal. […]Port-au-Prince est un piège. »  Certains romans sont des venins. Ils s'immiscent sous votre peau, vous placent face à la misère, la putain de misère, vous défient... [Lire la suite]