13 décembre 2017

Phicil et Drac "Le petit rêve de Georges Frog"

  Georges Rainette, petite grenouille française au teint vert-clair de lune, n’a qu’un seul rêve. Devenir musicien de jazz mais n’importe quel jazz, le jazz des plus grands, celui des Ellington, des Basie, CallowaY ou encore Bud Powell,  Dizzy Gillepsie ou Coltrane. Celui qui a une âme, transporte des émotions, n’est pas qu’une pâle imitation du jazz traditionnel, paillette, orchestre et flonflons. Georges veut être  pro, monter sur les plus grandes scènes et arpenter les routes avec son piano parlant, son Band,... [Lire la suite]

12 décembre 2017

Ilya Green - Robert Louis Stevenson " Petit jardin de la poésie "

  Dans mon jardin, il y a de la poésie. Des fois je ne comprends pas tout où du moins les mots s’éparpillent dans la cours. Ils binent, sarclent, germent, éclosent et forment une ribambelle de tiges, de fleurs ou de roseaux. Ils enflent, s’épanouissent et deviennent une jungle, une mer à découvrir, à traverser. Mon jardin se compose de rêves à explorer, de rivières imaginaires et de peuples à rencontrer. De la fenêtre de ma chambre, j’entrevois les passants qui le regardent s’épanouir. Aurait-il envie de jouer avec moi, de me... [Lire la suite]
10 décembre 2017

Mélanie Chappuis " Ô vous, soeurs humaines "

  Je ne vais pas vous faire de secret mais Mélanie Chappuis et moi, on  se connait depuis un bout de temps déjà. J’ai lu, je crois quasi tous ces livres… j’ai dévoré tous ces romans, en cachette, sans rien dire, en sentant battre mon cœur, beaucoup d’ailleurs, sur sa magnifique Frida ou encore son sublime Des baisers froids comme la lune, sur cette Maculée conception qui m’avait fait entrer dans son royaume des mots et des femmes, sur ces deux textes qu’elle m’avait offert pour des étés jaune carré endiablés,  deux... [Lire la suite]
07 décembre 2017

Céline Zufferey " Sauver les meubles "

« Si on nous prenait en photo, on pourrait vendre cette table, on pourrait vendre ces chaises. C'est ce qu'on cherche à évoquer, avec nos faux sourires et nos spots lumineux : un couple équilibré, un bonheur tranquille, l'accomplissement d'une journée de travail qui se termine autour d'un plat cuisiné. Vu d'ici, les clichés qu'on construit sont plutôt confortables. Les petits déjeuners pourraient être comme ça, tous les repas pourraient être comme ça. Sauf qu'ici, ce n'est pas limité à des pages de catalogue. Le stable et le... [Lire la suite]
06 décembre 2017

Lupano - Mudja " Cheval de bois Cheval de vent"

Aujourd’hui est un jour spécial, très spécial. Le genre de jour que l’on n’oublie pas, qui a lieu qu’une seule fois dans l’année et que l’on attend impatiemment. Enfin moins que le roi, que dis-je Sa Majesté Le Roi ! Vive Le Roi !  « Majestéééé… Le jour est levé… Il faut vous réveiller … »  Au pied du lit de Sa Majesté suprême, tel un sbire valet de chambre 1er ministre au nez Cyrano Pinocchio, notre bon courtisan dévoile le jour spécial en tirant le rideau. Sur son ventre s’inscrit en ombre portée... [Lire la suite]
03 décembre 2017

Dimanche en poésie Thierry Metz "L'homme qui penche"

         1. Centre hospitalier de Cadillac en Gironde, pavillon Charcot. Octobre 1996.   C'est l'alcool. Je suis là pour me sevrer, redevenir un homme d'eau et de thé. J'envisage les jours qui viennent avec tranquillité, de loin, mais attentif. Je dois tuer quelqu'un en moi, même si je ne sais pas trop comment m'y prendre. Toute la question ici est de ne pas perdre le fil. De le lier, à ce que l'on est, à ce que je suis, écrivant. »  Il y a des livres qu’il faut lire, et relire, savoir... [Lire la suite]

01 décembre 2017

Evelyne Pisier Caroline Laurent " Et soudain la liberté "

  Chère amie,   Voilà quelques jours que j’ai terminé votre roman, ce lien, cette envie de faire vivre à tout jamais celle qui a été un fil, une main posée sur votre épaule, un bout de vous, ce regard et ces paroles qui vous ont grandi, permis autorisé d’être vous,  proche de vous. Evelyne votre amie. Je viens de le reposer de nouveau après avoir relu quelques extraits qui m’avaient chavirée, emplie de cette gracieuse lumière, de cette générosité absolue, cette sensibilité à fleurs de peau, de votre... [Lire la suite]
29 novembre 2017

Fabcaro "Et si l'amour c'était aimer"

  Fabcaro a encore frappé et ce coup-ci son humour a rejoint le « roman-photo », ce truc complétement has-been, que l’on pique à la grande tante ou arrière feu copine de mamie. Fabcaro et son humour déjanté, ce petit côté Gotlib Super-Dupont Fluide Glacial, son comique de répétition et répétitif, son tracé à la limite du dessin grotesque ou graphique mal dégrossi. Cette fois, il s’attaque au soap-littéraire dans « Et si l’amour c’était aimer ? ». Et pour l’auteur, grand philosophe de Zaï Zaï Zaï Zaï... [Lire la suite]
27 novembre 2017

Lupano, Itoïz, Cauuet "le loup en slip se les gèle méchamment"

Il est de retour !!! Mais qui ??? Qui est de retour au village où le froid est tombé et la neige a recouvert de son blanc manteau, les toits des chaumières et les branches des arbres ? Qui est de retour ? Qui cela peut-il être sinon celui qui est censé foutre la frousse, apeurer le hérisson, le raton pas laveur pour deux sous, le cerf aux grand bois reconverti en boulanger (c’est que l’hiver, haranguer la foule sur une estrade… ce n’est guère réchauffant comme métier) ? Qui hurle le soir au coin du bois, qui... [Lire la suite]
26 novembre 2017

Dimanche en poésie - Jeanne Bénameur "Géographie absente"

  « L’enfance de nos mères est une terre sans aveu.  nous y marchons pieds nus. Empesés, silencieux nous entrons dans la géographie absente.»  Lire Jeanne Benameur, c’est entrer à tout jamais dans les silences, les sons absents, la langue qui reste collée au palais, qui ne se délie que sous le souffle ultime de l’embrasement, du délitement, d’un chuchotement. Rien n’est plus beau que cette langue qui ne dit rien ou peu, mais qui laisse échapper la vie, le bruissement du cœur, l’or. Rien n’est plus fort que... [Lire la suite]