03 avril 2017

" Le suivant " Sébastien Ménestrier

  « Deux hommes sans arme viennent me chercher, j’ai dix-neuf ans, je les suis. Ma mère me regarde marcher derrière eux depuis la fenêtre de notre appartement. Je me retourne une fois vers elle puis je regarde devant moi, dans les rues il n’y a personne. Le jour se lève ? Je veux partir depuis longtemps, je le demande dans mes mauvaises prières depuis des mois. Ce sera comme ça, avec ces hommes-là. Tous les jours des gens sont emmenés, car ils n’aiment pas assez notre grand pays, car ils ont fait quelque chose, car... [Lire la suite]

31 mars 2017

" Témoin " Sophie G.Lucas

  « Il a une voix douce. Il fait des cercles lents avec ses mains. Il dit. Que son quartier n’est pas sûr. Que son fils a douze ans. Qu’il a traduit aux policiers. Que peut-être il s’est trompé. Que peut-être il a mal compris. Escroquerie à l’assurance. Il hausse les épaules. Il murmure quelques mots. Le traducteur dit. Des bouches à nourrir. C’est comme ça. »  Il y a cette femme qui conduit sans permis et qui va chercher ses filles à l’école. Arrêtée sept fois, endettée jusqu’au cou. Ne peut payer l’amende. Il... [Lire la suite]
30 mars 2017

Amegraphique " PLUIE "

Derrière ma fenêtre ouverte sur une fin de mois de mars ensoleillée, je tente de capturer quelques gouttes de PLUIE, de cette eau, cette trace humide qui soulage la peine des nuages, trop lourds de porter une charge. Juste en face de moi se dresse un nid de corbeaux, ces oiseaux noirs de mauvais augure et qui attendent comme une délivrance, l’arrivée du nouveau venu. Dans l’arbre encore dénudé, ils paressent, ailes déployées, ventres bombés, et couvent l’oisillon encore installé dans son œuf. Nul bruit autre que celui d’un croassement... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 05:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
29 mars 2017

" Jacques Prévert n'était pas un poète " Cailleaux - Bourhis

" La Poésie, c'est le plus joli surnom que l'on donne à la vie. "   Jacques Prévert n’est pas un poète… Allons donc !! Comment peut-on penser une telle chose ? Jacques Prévert, ce cancre de la vie, cet anarchiste de la liberté, ce libertaire des verres et des pieds… Allons donc. Jacques Prévert. Cet éternel photographie d’un homme aux cheveux blanc brossés en arrière, cigarette amarrée au coin droit de ses lèvres, regard lourd et à la fois espiègle, canaille des bons mots qui se déversent.  Prévert, ce drôle de... [Lire la suite]
27 mars 2017

" Les Liszt " Kyo Maclear - Jùlia Sardà

  « Les Liszt dressent des listes. Grifgrif, grafgraf. Des listes parfaitement ordinaires. Et des listes tout à fait insolites. »  Comme tout le monde il vous est arrivé de dresser des listes, des to do. Des listes de courses à faire, de choses à ne pas oublier, de rêves à construire, de livres à lire, d’autres à ne pas oublier, des listes de cadeaux, des listes de choses et d’autres. « Grifgrif grafgraf »  Mais des listes de listes. Des listes de mots, de choses épouvantables, de maladies... [Lire la suite]
26 mars 2017

Dimanche en poésie : " Mes Pénélopes " Carol Vanni et Véronique Decoster

 « Je m’appelle Pénélope. J’ai 79 ans. Comme toujours lorsque la petite est avec moi, nous jouons à la marchande sur le trottoir qui borde la maison. Je lui apprends les nombres. Marchande d’herbe et de cailloux. Assise sur une veille chaise, je tourne mes pouces l’un autour de l’autre. Elle me regarde longtemps. 999 999 + 1. Je suis son arrière-grand-mère. Elle attend, volontiers. Puis s’échappe. Devant nous les arums qu’on nomme pieds de veaux. Et tout le long du mur qui nous sépare d’avec les voisins, une ligne de... [Lire la suite]

22 mars 2017

" Momo " J Garnier et R Hotin

  Momo est une jolie demoiselle de 5 ans. Un brin caractérielle, un brin espiègle, malicieuse, gouailleuse, un brin têtue et ne se laissant pas conter fleurette facilement. Mais c’est bien connu « à 5 ans, on fait ce qu’on veut ! » et personne ne peut nous contredire, nous interdire de faire ce que l’on souhaite. Nà ! Parce que oui, à 5 ans, on est encore une enfant et on n’est pas sérieux quand on est une enfant. Et ce qu’aime avant tout Momo, c’est partir explorer sa campagne portuaire, jouer sur la digue,... [Lire la suite]
16 mars 2017

" D'un coeur léger, carnet retrouvé du Dormeur du Val " Loïc Demey

  « Vincent, mon amour, nous avons toute la vie ! tu as murmuré lorsque je t'ai demandé en noces, au mois de juin dernier, tes joues rosées et ta bouche embrassant et respirant sa tendresse sur ma poitrine découverte.Tout le temps, toute la vie. Peut-être, je ne sais pas. J'ai appris que le temps fige les impatients, aussi que la vie, parfois, échappe aux plus sages. Tout le temps et toute la vie, je sais seulement que j'ai devant moi une muraille qui ne cesse de se dérober et toute une... [Lire la suite]
15 mars 2017

" Corps sonores " Julie Maroh

« Chaque fois qu’on parle d’amour, c’est avec jamais et toujours. Viens, viens, je te fais le serment […] qu’avant toi, il n’y avait pas d’avant. Il n’y avait pas d’ombre et pas de soleil. Le jour et la nuit s’était pareil. Y’avait pas au creux de mes reins, douce, la chaleur de mes mains. »  Dans « Corps sonores », Julie Maroh nous entraine dans la valse des histoires d’amour, qu’elles finissent mal ou bien. Elles nous entrainent dans ces rencontrent d’un jour, d’une nuit, d’une semaine ou d’une vie, dans la... [Lire la suite]
11 mars 2017

" Wa zo kong " Beno Wa Zak

  « LouWaZoKongHékong » Mais qui est cet Wa Zo Kong  qui court de branches en branches, tente de gazouiller mais ne sort aucun son de sa bouche ? Qu’est que ce long oiseau aux ailes démembrées, au bec immense tel un héron mais beaucoup moins haut perché (quoiqu’il est quand même bien perché cet Wa Zo Kong) ? Quel est ce drôle de piaf au regard vide, aux pattes à trois ergots qui tient on ne sait comment sur une branche légèrement feuillue. Qu’est ce donc que cet Wo Zo Kong. Il faut dire qu’il est… pardon... [Lire la suite]