21 novembre 2018

Luz - Indélébiles

  « Il y a le souvenir, il y a la mémoire. Restent des traces. Il y a les taches qui reviennent au bout des doigts. Il y a les amis, au coin d’une pensée qui, tant mieux ne s’efface pas. Il y a le journal. A moins que Charlie Hebdo n’ait été bien plus que quelques feuilles de papier.Il y a le métier que l’on a appris là-bas avec eux et qu’on ne cesse jamais d’apprendre. Dessiner, putain, quel beau métier !Y a pas moyen : ça part pas. Eux non plus.Indélébiles. »   Que dire de plus que ces mots de Luz.... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 05:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

19 novembre 2018

Nastasia Rugani - Milly Vodović

« Ce matin là, des dizaines de millions de coccinelles asiatiques se sont posées sur les routes. Les champs sont devenus vivants, ondulant au rythme des bestioles rougeâtres. En une minute, les insectes ont complètement recouvert les arbres de la ville, leurs branches semblables à de la chair à vif, saignant une sève mouchetée de noir. »  Ce livre c’est le dédale de l’enfance disparaissant, ce temps où l’innocence était reine, et qui, un jour, a basculé au détour d’un champ, d’un sentier, d’une route mal tracée. Ce... [Lire la suite]
18 novembre 2018

Fabienne Yvert 3 trucs bien

  « Lu 1/6ne pas être affolée parce qu’il y a plein de monde au supermarchéappuyer  pour la première fois sur le bouton « on » du programmateurlire un livre étrange d’un auteur étranger qui a une pensée et une culture différentes  mar 2voir les 4 enfants des vacanciers d’à côté, qui dorment côte à côte à la belle étoile, se réveiller l’un après l’autre avec le soleil dans l’œilà quatre pattes devant la glace, se couper les cheveux et trouver la coupe réussierecevoir par la poste son nouveau livre,... [Lire la suite]
16 novembre 2018

Ilo de Franceschi - Ecrivez-moi, Madeleine

  « Chère Madeleine Allain On m’a remis votre lettre ce matin comme je rentrais d’une courte tournée de reconnaissance du côté de Timghis.Vous ne connaissez pas la saveur du goût de cendre de ces retours à un endroit où il n’y a rien pour vous attendre que des souvenirs, et des velléités d’oubli. Cette fois-ci, il y avait quand même vous qui m’attendiez, et avec vous la douceur contenue d’un élan qui m’a touché aux larmes. » Légionnaire dans le régiment étranger de cavalerie en 1939, Ilo de Franceschi parcourt le... [Lire la suite]
14 novembre 2018

Ziidrou et Jordi Lafebre - Les beaux étés. Tome 5, la fugue

  Hiver 1979. Ça caille dur dans le bas du plat pays, ça caille sévère même et la pluie humide n’en finit pas de dracher. Le moral en prend un coup. Rien ne va plus chez les Falderault ou du moins rien ne va comme tout à chacun le voudrait. Entre la crise d’ado de Louis l’aventurier, les révisions-bachotages  des 10 kilos 600 grammes de l’ainée, le régime sec de Nicole et la présence ingénue de la facétieuse Pépette, la fatigue se ressent terriblement dans la chaumière. Quand en plus on annonce que le cher et tendre... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 04:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
12 novembre 2018

Lupano, Itoïz, Cauuet - Le loup en slip slip hip hip !

  « Moi un ange ? Chuis Gru-Mo la pire mésange ! L’alerte orange. Le petit truc qui dérange. Une tarte aux phalanges. Si t’as des amis, j’en fais pas partie. Alors vis ta vie, prends ton peuslip et va voir ailleurs si j’y suis. Wow t’as pigé ? Bouge ou j’te kick la truffe ! »   C’est bien connu maintenant : dans la forêt lointaine, on n’entend pas que le hibou qui du haut de son grand chêne répond au coucou. Que nenni ! On y entend les cris et la ola du petit peuple vivant en... [Lire la suite]

11 novembre 2018

Timothée de Fombelle et Isabelle Arsenault - Capitaine Rosalie

  « Je suis le capitaine Rosalie, infiltrée dans ce peloton, un matin d’automne 1917. Je sais ce que j’ai à faire. Un jour, on me donnera une médaille pour cela. Elle brille déjà au fond de moi.Les taches de rousseur sous mes yeux, les animaux que je dessine sur la page, les grandes chaussettes jusqu’aux genoux, tout cela n’est que camouflage. On m’a dit que les soldats se cachent avec des fougères cousues sur les uniformes. Moi, mes fougères sont des croûtes aux genoux, des regards rêveurs, des chansons que je fredonne... [Lire la suite]
09 novembre 2018

Lettre à Nathacha Appanah - une année lumière

Chère Nathacha Appanah    Je viens de terminer votre recueil de chroniques, Une année lumière, que vous avez publié de janvier à décembre 2017 dans le journal La Croix. Des chroniques qui chaque semaine me mettaient en liesse, en « émotions », m’interrogeant moi aussi sur ce monde, sur ce regard que vous y posiez et que vous me donniez, m’offriez, sur cette vision qui moi-même me bousculait, m’arrêtait, me télescopait.  Que vous dire que vous ne saviez déjà ? Que vous dire que je n’oserai pas ?... [Lire la suite]
07 novembre 2018

Jean Dytar - Florida

  Londres, quelques temps après la St Barthelemy et son massacre au cœur même de Paris. Londres au XVIème siècle. Règne d’Elisabeth et sa cour de lords et valais rêvant de conquêtes et d’un empire s’étendant au-delà de ses frontières, au-delà des océans, faisant des protestants, un peuple à la terre promise, une terre lointaine à conquérir, à découvrir et planter un drapeau.  L’Angleterre et sa haine des catholiques qui n’ont pas réussi à garder auprès d’eux Mary Stuart, reine du Royaume d’Ecosse et durant une année,... [Lire la suite]
05 novembre 2018

Michèle Audin - Oublier Clémence

  « Clémence Jante est née le 2 septembre 1879 à Tournus (Saône et Loire). Sa mère était couturière et son père tailleur de pierres. Elle était ouvrière en soie. Elle s’est mariée le 27 février 1897 à Lyon (5ème arrondissement) et a donné naissance à deux enfants, Antoire (29 août 1987 – 14 septembre 1987) et Louis (13 février 1900 – 23 juin 1977). Elle est morte à Lyon (2ème arrondissement) le 15 janvier 1901). »  Clémence. Un prénom. Un simple prénom. Clémence Jante. Un nom, puis une date de naissance, un... [Lire la suite]