07 mars 2019

Déménagement

Le 26 mars 2013, j'ai pris mon courage a deux mains et je me suis lancée dans l'aventure d'un blog (bon il faut dire que je venais de rencontrer 2 fées devenues des amies très précieuses et des anges un peu, beaucoup démons aussi avec qui j'aime buller). Donc il y a 6 ans je ne me doutais absolument pas où je mettais les pieds, ni les mains et encore moins le coeur qui chez moi, vous le savez tous, est un vrai instrument de musique orchestre symphonique fanfare. Le petit carré jaune prenait vie. En six ans, j'aurais navigué sur... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 10:11 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

07 mars 2019

Gaëlle Josse - Une femme en contre-jour

« Je suis  comme Vivian Maier, fascinée, obsédée par les visages. Par ce qui s’y lit, ce qui s’y dérobe. Approcher un parcours de vie, un chemin, une histoire. Approcher le grain de peau, le battement du cœur, du sang, le souffle, la sincérité d’une expression, le surgissement d’une émotion, suivre le tracé d’une ride, d’un frémissement des lèvres, d’un battement de paupières. Saisir les conflits intérieurs qui s‘y jouent, les passions qui y brûlent, les douleurs qui affleurent, entendre les mots qui ne seront pas dits.... [Lire la suite]
03 mars 2019

Thomas Vinau - Ferme ta gueule s'il te plait je suis en train de t'écrire un beau poème d'amour

 « Tu ranges Je dérangeOn s’arrange » Des fois on ne sait pas pourquoi on n’y arrive plus. Plus de jus, plus de dynamo pour éclairer au loin comme au près, plus de lampe frontale, la lumière s’épuise.  Le carburant est mort, le café se disperse, le thé se renverse.  Plus d’envie, plus de grâce, plus de mots qui se surlignent, se glissent sur le post-it du matin, s’arrondissent dans la to do liste du soir pour le lendemain. Raz de marée coefficient  116. Plus rien.  Tout de travers. On a juste... [Lire la suite]
30 décembre 2018

B Reiss, J Nakamura - Notes découpées du Japon

« C’est le premier beau  jour du printemps et nous décidons de faire une balade à vélo dans le quartier. Nous quittons l’avenue et prenons le chemin piétonnier qui passe dans le dos des maisons et coupe à travers des ruelles et des sentiers étroits. Des  marches en bois ou en pierre descendent des jardins sur la voie. Les maisons sont dissimulées par les arbres et les haies de bambous. Leur entrée officielle, plus large et plus sérieuse, se trouve de l’autre côté.Par-dessus les murets et les barrières, dans les... [Lire la suite]