30 mars 2018

Laurine Roux "Une immense sensation de calme"

  « A présent, il faut que je raconte comment igor est entré dans ma vie. C'est la fin de la saison froide, j'avais passé l'hiver dans la maison des frères Illiakov.Un matin, un homme arrive près du lac où je ramasse les nasses. C’est lui. A une centaine de pas de moi, il s’immobilise. Un oiseau aux ailes larges traverse le ciel, Igor sourit. Mille ans de solitude et de détermination frémissent à ses lèvres. Il se tient au bas de la falaise et regarde là où les hommes ne peuvent aller. Je le vois se plaquer à la paroi. Sa main... [Lire la suite]

12 février 2018

Adeline Baldacchino "Celui qui disait non"

« Et j’avais vu Dachau, Bergen-Belsen et Buchenwald, vu Auschwitz et pleuré dans la lumière du crépuscule, quand j’essayais encore de comprendre comment il était encore permis d’écrire de la poésie, comment il fallait justement en écrire parce que prier, non, ce n’était plus possible – qui voulez-vous prier : celui qui ne répondit jamais, quand on le suppliait dans les chambres à gaz ? Et les mésanges de Bernburg, et les pivoines d’Auschwitz, n’étaient-elles pas indécentes ? »  Lui c’est August... [Lire la suite]
25 janvier 2018

Odile D'Oultremont "Les déraisons"

  « Pour la première fois, il se résolut à distinguer radicalement le corps de Louise de celle qu’il aimait. Ne mourrait éventuellement que les cellules, le reste, tout le reste, il s’en fit l’ardue promesse, demeurerait éternellement. Ses fantasqueries, ses bizarettes, son imaginarie, son inventivitelle, ses pensettes créatiques, sa follesse, sa légèretère. Encouragées, entretenues, quoi qu’il en coûte, elles demeureraient, survivantes. Il s’apprêtait à souscrire à un défi d’une redoutable difficulté, il en était... [Lire la suite]
16 janvier 2018

Isabelle Carré "Les rêveurs"

  « On devait trouver des moyens pour empêcher qu’un parfum s’épuise, demander  un engagement au vendeur – certifiez moi d’abord qu’il sera sur les rayons pour cinquante ou soixante ans,  sinon retirez-le tout de suite. Faites-le pour moi et pour tous ceux, qui grâce à un flacon acheté dans une parfumerie ou un grand magasin, retrouvent l’odeur de leur mère, l’odeur d’une maison, d’une époque bénie de leur vie, d’un premier amour ou, plus précieux encore, quasi inaccessible, l’odeur de leur enfance. » Il... [Lire la suite]
09 janvier 2018

Lisa Balavoine - Eparse

  « Elles sont passées les années fastes, les années insouciantes, les années folles. Elles sont passées sans qu’on prenne le temps de les regarder. Elles nous ont escortés un temps et puis se sont fait la malle, en souriant, les garces. Nous n’avons rien compris. Nous avons rencontré des personnes, nous avons fabriqué des enfants, nous avons cherché des chemins, parfois nous ne les avons même pas trouvés, parfois nous les avons perdus. Impassibles, nous avons laissé filer. Nous pensions que la route était tracée. Mais ce... [Lire la suite]