01 mai 2016

" Brillante " - Stéphanie Dupays

« Nutribel ne se contentait pas d’attirer les meilleurs salariés par des gratifications financières. L’entreprise avait compris que le lien le plus fort n’est pas pécuniaire, il est affectif. Nutribel offrait plus que de l’argent à ses salariés. Elle leur offrait une identité. En échange de leur force de travail, elle les boostait à la reconnaissance » Claire est une trentenaire comblée. Diplômée d’une grande école, elle occupe un beau poste dans un groupe agro-alimentaire où elle construit sa carrière avec talent.... [Lire la suite]

27 avril 2016

" De ce pas " Caroline Broué

  « Je cherche à construire, c’est plus vaste. Construire c’est aller des fondations au dernier étage de la maison. C’est à la fois bâtir en partant de rien, fixer ensemble les différentes parties d’un objet, élaborer quelque chose, et disposer dans un certain ordre. »  De petits pas en enveloppés, de portées en solos, d’arabesques en fouettés, construire une relation, un couple, nécessite de poser les fondations, de développer pierre par pierre, pas à pas, les étapes qui consolideront la bâtisse,... [Lire la suite]
19 avril 2016

"Comme neige" Colombe Boncenne

  « Paris, le vendredi 16 mai 2012,  Cher Monsieur,  Admirateur de votre œuvre depuis plus de dix ans, je suis chacune de vos publications avec grand intérêt. Il y a un mois, il m’est arrivé une chose bien étrange : j’ai acheté dans une librairie bourguignonne un roman signé de votre nom, intitulé Neige Noire, publié en 2000 aux éditions du Miroir. Je ne connaissais pas ce roman et il m’est apparu que je n’étais pas le seul puisque, indépendamment de l’exemplaire que j’ai lu (et malheureusement égaré... [Lire la suite]
15 avril 2016

" Branques " Alexandra Fritz

    « Voici l’extase, j’ai enfin réussi quelque chose, un déterminant, une exception à la vulgate et aux communs, je suis de ces bergères surplombant la lande, montées sur pilotis, survolant, légères, tristes aplats, tristes fougères. Intra-muros, je connais gloire et sorties de route non identifiées, explosions à jamais intimes et nourricières ; folle parmi les fous, branque parmi les branques. Je m’invite à serrer plus tendrement encore frissons et pâmoisons sous mon sein, à lever des yeux clos de lumière sur... [Lire la suite]
31 mars 2016

68 premières fois - Edition 2016 : le retour !

  68 premières fois – Edition 2016Petit billet signé Eglantine. Merci Eglantine, c’est un honneur d’abriter les prémices d’une telle opération. Quand Eglantine, Nicole du blog mots pour mots et Charlotte l’Insatiable relancent la machine des 68 ! En route pour l’aventure !    Un jour pas comme un autre, tu jettes un œil à tes mails...et là ! Là, tu lis celui de Sabine (oui oui du petit carré jaune, rien que ça!) qui te propose de t'ouvrir son blog, de te laisser la parole...Toi ? Il doit y avoir... [Lire la suite]
21 mars 2016

"Le grand marin" Catherine Poulain

  « Embarquer c’est comme épouser le bateau le temps que tu vas bosser pour lui. T’as plus de vie, t’as plus rien à toi. Tu dois obéissance au skipper. Même si c’est un con – il soupire. Je ne sais pourquoi j’y suis venu, il dit encore en hochant la tête, je ne sais pas ce qui fait que l’on veuille tant souffrir, pour rien au fond. Manquer de tout, de sommeil, de chaleur, d’amour aussi, il ajout à mi-voix, jusqu’à n’en plus pouvoir, jusqu’à haïr le métier,  et que malgré tout on en redemande, parce que le reste du... [Lire la suite]

05 décembre 2015

Les 68 : une aventure folle, belle, solidaire, humaine signée Charlotte l'insatiable

  Au tout début il y avait Charlotte l’insatiable et une idée assez farfelue : lire les 68 premiers romans français de cette rentrée littéraire. Idée des plus loufoques mais vraiment inespérées. Car oui, comme on le sait tous et toutes, les premiers romans sont peut –être, les livres les plus recherchés, lus, qu’importe la rentrée d’ailleurs. On se les arrache, on les valorise, on les lit. Mais les lire tous… Il faut être insatiable pour oser ce défi, manger de rillettes du Mans, matin, midi et soir et s’appeler... [Lire la suite]
17 octobre 2015

"Appartenir" Séverine Werba

« Je témoigne d’un non-témoignage, je témoigne d’un silence, d’un trou laissé par la souffrance. Je témoigne d’une amputation. Je n’ai rien vu de mes yeux. Je n’ai pas de souvenirs, je n’ai pas connu ceux qui sont morts et pourtant ils m’importent. Et pourtant je les cherche. » J’aimerai vous parler de ce roman de Severine Werba. J’aimerai vous décrire les mots que j’ai lu et dans lesquels j’ai laissé mes souvenirs, mes paroles, mes silences faire leur chemin. J’aimerai vous en parler mais je ne sais pas si je pourrai.Des... [Lire la suite]
13 septembre 2015

"les échoués" Pascal Manoukian

« Dans cette course d’obstacles entre désespérés, c’est souvent la règle. On croise trop d’injustices pour s’apitoyer sur chacune d’elles, trop de morts pour les enterrer tous. Il faut sans cesse contrarier sa vraie nature, se forcer à oublier ce qu’on éprouvait avant. Il n’y a pas de place pour la compassion et la pitié. Elles vous détournent de vos urgences. Embarquer sur un bateau, arracher un passage à l’arrière d’un camion, trouver un travail, un bout de couverture, un repas périmé, tout se fait toujours au détriment d’un... [Lire la suite]
24 août 2015

" [ Kokoro ] " Delphine Roux

« Je savais que ce serai long. Je connaissais l’itinéraire par cœur. Pas besoin de cartes, les routes étaient en moi, intelligemment inscrites, comme un réseau sanguin qui va son chemin. Je m’étonnais de la facilité, des paysages qui défilaient sans chercher à nous retenir. Je m’étonnais de la fugue, des terres pourvoyeuses  des briques, des ciments de nos reconstructions. Je m’étonnais d’avancer. Je n’avais jamais été voyageur. »    A la base Kokoro est un mot japonais qui pourrait se traduire par le... [Lire la suite]