19 décembre 2018

Coups de coeur BD 2018

  La fin de l'année 2018 approche et avec elle ses bulles festives de bandes dessinées. Il fallait bien une petite rétrospective pour savourer les coups de coeur de ma bib à bulles !! Alors en avant c'est parti. Pour en savoir un peu plus, et si le coeur vous en dit, cliquez sur les liens pour découvrir les cadeaux illustrés. Joyeuses et douces fêtes de fin d'année.                                           ... [Lire la suite]

20 juin 2018

Zidrou Aimée de Jongh "L'obsolescence programmée de nos sentiments"

  « Combien de fois ? Combien de fois regarder des conneries l’après-midi à la télé ? Du vide ! Rien que du vide pour remplir ma vie ! Combien de fois aller traîner dans le parc de loisirs de la Glissoire. ? Combien de fois passer devant ce banc ? Ne pas s’arrêter, marcher un pas après l’autre ? Un pas, après l’autre… Combien de fois aller au stade Bollaert voir le R.C. Lens se prendre une raclée ? […] Combien de fois acheter une bouteille de rouge deux tomates et un steak... [Lire la suite]
16 février 2016

"Le retour de la bondrée" Aimée de Jongh

« Toute leur vie, ils allaient être rongés par le remords : « pourquoi a-t-on fait ça… ? Et puis aussi « Que se serait-il passé si… ? » »  Nous avons toutes et tous en nous des souvenirs d’enfance douloureux, ceux qui nous empêchent d’avancer, ceux que nous tentons tant bien que mal de masquer, d’oublier, traumatismes d’un âge ingrat,  cauchemars de nos nuits d’adulte, silence enfuis dans nos cicatrices invisibles.Ces moments douloureux ressurgissent dans les pires moments. Imprimés... [Lire la suite]
13 février 2016

Saturday read fever " Le retour de la bondrée"

Une page blanche. Un silence qui s'installe. Pas un bruit ou à peine le vent qui semble souffler dans ce coin de campagne. Sur un pieu, une buse attend sa proie. Immobile elle guette. Ses plumes suivent le mouvement de l'air qui s'éparpillent dans un souffle. Sans un bruit, sans un mouvement. L'immobilité mobile. Son oeil globuleux fixe un point que nous ne ne voyons pas. Inquiétude de la page. Comme une angoisse devant cet oiseau au si triste présage. Les ergots sont plantés dans ce pieu où passent deux fils... [Lire la suite]