07 septembre 2016

Ils sont fous ces romands !

On me demande souvent d’où vient mon amour pour la littérature Romande, comment suis-je tombée dedans, alors que tout semble nous pousser à la méconnaître, ou du moins à la trouver minuscule, sans intérêt, locale ! Très locale même puisque romande, cette partie de la Suisse qui utilise la langue française pour s’exprimer. Un autre bout de la francophonie à portée de mains mais qui nous semble loin. Et pourtant.Je ne vous dévoilerai pas tous mes secrets mais sachez que c’est grâce à un petit livre à la couverture rouge, une écriture... [Lire la suite]

09 septembre 2015

"Les mille veuves" Damien Murith

« Elle est vague qui chargent, elle est rocher qui tranchent, elle est marée haute qui mouche dans le sable les larmes des milles veuves, elle est le grand large où un oiseau en sueur fuit la course noire des nuages, elle est vent, glace et furie, elle est la morsure cuisante de sel, le cri des hommes, trempés, gelés, clous de la chairs plantés dans le bois épuisé des bateaux, et quand la brume avec sa langue de dentelles lèche les falaises nues, la voici jalousie, elle gifle, griffe et crache des algues flasques comme les... [Lire la suite]
05 juillet 2014

Vacances, j'oublie tout...

    Comme tous les étés vous remplissez vos valises et sac(s) à dos. Robes, jupes, pantalons, shorts, petits hauts sans oublier l'éternel maillot de bain, la serviette de plage et les tongs. Mais comme chaque année vous vous posez la question ? Quel(s) livre(s) vais je prendre ! Alors ni une, ni deux... je vous ai concocté un petit résumé de ces six derniers mois. A vos balluchons, prêt, partez !!     Janvier   La cuisine des flibustiers, Mélani Le BRIS : On se promène des... [Lire la suite]
22 janvier 2014

"la lune assassinée" Damien Murith

  « Le village, comme une teigne, avec ses maisons basses que mangent les vents, avec ses granges vides où l’on se pend, avec ses bêtes maigres, avec l’odeur du moisi qui rampe le long des ruelles, avec son auberge où l’on boit sa rage, sa haine, avec son clocher qui griffe la croûte grasse du ciel, et son cimetière, rectangle jaune et gris où reposent les os, avec ses chemins de poussière, ses sentiers de misère où poussent la ronce et l’ortie, et plus loin, l’usine, de briques, de fer, de sueur, avec la peur de l’autre,... [Lire la suite]