07 octobre 2018

Dimanche en photo : Pierre Michon et Anne Lise Broyer " Vermillon"

  « Cette maison est un peu secrète : non pas que je la cache, mais de loin, quand je n’y vis pas, c’est-à-dire neuf mois sur douze, elle m’apparait comme un secret lointain, enfoui. Je la porte en moi comme un noyau invisible, et y penser me donne ne même temps la plus grande force et la plus grande faiblesse. Je ne tiens pas trop à ce que d’autres la voient quand je n’y suis pas : comme si je voulais garder jalousement un mirage qui n’apparait que pour moi, chaque été. » Quelque part dans au Sud-Ouest de... [Lire la suite]

04 octobre 2014

"L'envoleuse " Laure des Accords - Les Pages du samedi soir

Chap 1 - Gisèle ma voleuse, mon envoleuse     La grosse Gisèle porte des robes de coton beige et des chaussures de vieilles femmes. Ses longs cheveux sont retenus par un élastique très serré, ce qui fait que l’on peut suivre, si l’on veut le sillon de ses racines jusqu’au pli de caoutchouc. Son front immense, constamment en sueur, hiver comme été, réfracte la lumière, attire tous les regards. C’est ce front immense qui interroge : que s’y passe-t-il ? Car Gisèle parle peu. En réalité Gisèle ne parle pas, elle... [Lire la suite]
27 septembre 2014

"Yparkho" - Michel Jullien - Le chapitre du samedi soir

Chapite 1 (extrait)   « Un rondin scié dans la longueur, du bois trapu, dégrossi, de la taille d’un obus, plus gros, moins gros selon l’époque des guerres. Du bois limé à l’usure, un demi-cylindre aux sections effritées. D’un côté, la face arrondie du tronçon sans plus d’écorce est creusée par une entaille en V – tellement pratiquée qu’elle commence à devenir un U, la lettre d’avant -, une échancrure brunie par les passages du cambouis dans laquelle circule l’amarre de la barque d’Ilias lorsqu’il la treuille sur la... [Lire la suite]