26 août 2017

Erwan Larher " Le livre que je voulais pas écrire "

  « Je suis un romancier. J’invente des histoires. Des intrigues. Des personnages. Et, je l’espère, une langue. Pour dire et questionner le monde, l’humain. Il m’est arrivé une mésaventure qui est une tuile pour le romancier qui partage ma vie : je me suis trouvé au mauvais endroit au mauvais moment ; donc lui aussi. » Certains romans ont le goût de l’impossibilité à « chroniquer », à révéler leur détail, leur histoire, tout simplement parce que l’on éprouve cette intime intimité d’être dans ces... [Lire la suite]

09 mai 2016

" Marguerite n'aime pas ses fesses" Erwan Larher

  « Marguerite n’aime pas ses fesses » ! Tiens donc… Pauvre Margot comme aurait souligné, de son ton caustique et narquois, Brassens en dégrafant son corsage. Soit ! C’est vrai qu’elles sont plates, que son cul n’est pas rebondi (ou du moins pas suffisamment aux yeux de ses copines et des siens), relevé, attirant, qu’elle n’a rien pour le mettre en valeur, pas de string ou de petite culotte en dentelle... (Marguerite, c’est le coton qu’elle aime, la tendresse, le confort, la relation durable et sincère.) Bref... [Lire la suite]
20 novembre 2015

Le logis du musicien - Erwan Larher

Depuis vendredi je ne sais pas trop comment je vais (et à vrai dire on s’en fout un peu). Mais face à ce marasme, une lumière pointe dans le ciel qui semble nous tomber sur la tête. Nous apprenons à vivre, à revivre, nous qui avions oublié certains de ces préceptes, certaines de ces beautés. Nous croisons moult sourires, moult regards et surtout de nombreux mots qui nous touchent, nous rappellent la force qu’il y a à se relever, à marcher debout et à croire en des projets qui illuminent les ombres et nous font dire que rien n’est plus... [Lire la suite]
29 mars 2013

"L'abandon du mâle en milieu hostile" : roman explosif de Erwan LARHER

Ce roman, « il va bien falloir que j’en parle »…. Oui il va bien falloir car il est tout simplement somptueux, arrachant, violant, fébrile, nécessaire,explosif, noyant, captivant…   Cette petite phrase, je l'avais écrit à Erwan Larher juste à la fin de la lecture de son roman "L'abandon du mâle en milieu hostile". Happée, tourmentée, explosée, oui je l'étais assurément. Et je ne pouvais écrire trois mots à la suite sans repenser aux chroniques de l' Insatiable Charlotte, de la bien nommée Facétieuse Lucie et... [Lire la suite]