25 octobre 2016

"Vivre près des tilleuls " L'AJAR

    « Elles m’avaient dit la douleur, comme on répand la menace pour mieux la conjurer. Elles m’avaient conté la douceur, sans vraiment la nommer. Elles avaient commenté l’attente, l’impatience, la lourdeur. Je les avais écoutées sans les croire, ne voulant rien imaginer, persuadée que pour moi, tout serait différent. Rien n’a été différent mais c’était mon histoire. Elles parlaient d’amour intense et immédiat, de symbiose et d’instinct. J’ai eu l’impression – dans la sueur, la lutte, les odeurs de corps et de vie –... [Lire la suite]

03 octobre 2016

"Repose-toi sur moi" Serge Joncour

    « Parfois à des petits carrefours inattendus de la vie, on découvre que depuis un bon bout de temps déjà on avance sur un fil, depuis des années on est parti sur sa lancée, sans l’assurance qu’il y ait vraiment quelque chose de solide en dessous, ni quelqu’un, pas uniquement du vide, et alors on réalise qu’on en fait plus pour les autres qu’ils n’en font pour nous, que ce sont eux qui attendent tout de nous, dans ce domaine les enfants sont voraces, avides, toujours en demande et sans la moindre reconnaissance,... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 13:39 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
09 décembre 2014

"Le livre qui console" Marie SALOME et Joann SFAR

«  Le soir, je profite de la triste lumière de la lune pour me mettre à pleurer. Il suffit qu’une seule larme coule pour qu’elle entraine à la suite ses petites copines humides. Je suis submergée par l’impression de m’être fait plaquer. Les larmes inondent mes draps. Une vague de honte m’emplit, je ne fais pas honneur aux cyprès »  Vous ne savez pas pourquoi mais il y a des fois où vous vous arrêtez devant un livre sans vraiment savoir quels en sont les mots. Vous vous arrêtez devant juste comme cela et votre main le... [Lire la suite]
30 août 2014

"Une vie à soi" Laurence TARDIEU

« Ce qui l’obsédait : faire tomber les masques, saisir ce que chacun est de l’autre côté du rideau des apparences. Elle cherchait l’autre. Elle disait de son appareil photo qu’il était son passeport. Celui qui lui permettait de franchir les frontières, d’aller vers ceux qu’elle voulait connaître, connaître intimement : ceux dont elle voulait atteindre la vie intérieure. […]Elle photographiait et moi, assise sur mon canapé noir, je regarde ses photos, je regarde ces visages et ces corps. Chaque visage, ou presque, fixe... [Lire la suite]
14 novembre 2013

" La garçonnière " Hélène GREMILLON

" Les lieux ne gardent pas la trace des cadavres qui s'y trouvent un jour. Les lieux n'aiment pas les souvenirs. Pas le moindre petit choc sur l'asphalte. Pas la moindre petite déformation du béton. Un homme qui tombe ne fait jamais bouger la terre."   Argentine, hémisphère sud, hiver, Tango Tzigane de Jacob Gade en fond sonore, musique sulfureuse, corps endiablés comme possédés l'un par l'autre, pas feutrés, chassés, regards croisés, à la dérobée, non dits, silence... Notes noires aux rythmes rapides et frondeurs,... [Lire la suite]
10 octobre 2013

Serge JONCOUR " L'homme qui ne savait pas dire non"

  " Ce n'est pas pour rien qu'un mot se perd, au contraire, s'il se perd c'est qu'il vous attend, car c'est de lui que tout partira, c'est qu'il cherche à vous dire l'histoire. Chaque mot perdu est une clé, une clé qui ouvrirait sur un lieu tenu secret de vous, une clé qui pour peu que vous le retrouviez délivrerait une émotion, un souvenir, une scène primitive, peut-être même une histoire qui s'est tenue en dehors de vous concerne pourtant une scène primitive dont la résonance dicte tout, elle est ce que le brouillard est à... [Lire la suite]
28 avril 2013

"Impossible de grandir " Fatou DIOME

"Que ma voie te rende ta voix de femme "   Il y a des romans qui vous portent, d'autres qui vous transportent. Certains qui vous font rires, d'autres qui vous font pleurer. Il y a des romans que vous n'aimez pas, "jetez". D'autres qui terminent leurs courses chez des amis ou poursuivent leurs voyages sur un banc posé dans un square. Et puis il y a ceux qui vous attendent, ceux que vous ne pourrez jamais prêter, ceux que vous ne pourrez jamais vous débarrassez, ceux qui vous ressemblent tellement que vous vous dites "c'est... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 10:21 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
22 avril 2013

"En vieillissant les hommes pleurent" Jean Luc SEIGLE

  " Les phrases étaient comme des routes de montagne avec des virages qui s'enchaînent les uns aux autres et au bout desquels se révèlent des paysages magnifiques. Elles étaient compliquées, même ardues quelquefois et, malgré cette difficulté, il comptait bien aller au bout du livre. Les pages étaient encore scellées entre elles et, à l'aide du canif que son père lui avait offert, il coupait les pages les unes après les autres avec un plaisir équivalent à celui de l'explorateur obligé de couper la végétation pour se frayer un... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 09:52 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,