12 octobre 2018

Christian Bobin - La nuit du coeur

  Comment parler d’un recueil qui n’est que le surplus de ce qui nous rend vivant, nous fait ouvrir les yeux sur ce que nous voyons plus, n’entendons plus, ne sentons plus. Comment écrire sur des mots qui ne parlent que de beauté, cette fracture étincelante qui nous transperce sous la jupe de ce quotidien qui nous emporte loin, loin de tout, loin de rien, loin de ce qui nous touche, nous relève, nous apaise, nous conquit, nous donne, nous ressent, nous assemble. Que dire quand les mots sont lumières, silences, respect,... [Lire la suite]

10 mai 2018

Jean Baptiste Gendarme " la nuit et des poussières"

  « Toute sa vie, on court après quelque chose,  on veut aller au bout du monde pour raconter des histoires, comprendre les autres, donner à voir l’univers à ceux qui ne le voient pas. On gagne des médailles, on nous épingle des décorations sur nos vestes, on serre la main des puissants : grand patrons, hommes politiques, hommes et femmes remarquables. On écrit des livres, réalise des films, on chante, on danse, on construit des ponts… Et un jour, on se réveille dans notre lit sans savoir qui est la personne... [Lire la suite]
18 février 2018

A Camus et M Casarès "Correspondance 1944 - 1959"

    «  lundi 6 février 1950  Au fond, très au fond de moi, j'ai toujours gardé, naturellement la certitude de te retrouver ; sinon comment aurais-je pu supporter ces longues heures mornes qui passent, qui glissent impitoyablement dans leur course effrénée et devant lesquelles, je me suis arrêtée, stupide et épouvantée ? Oui, quelque chose de plus profond, de plus grave et de plus véritable que mon imagination déjà usée et impuissante, m'ont retenue à toi, à nous, à moi-même ; c'est la terre, le ciel, la mer,... [Lire la suite]
16 février 2018

Cruschiform "Colorama"

  « Du bleu délicat d’un ciel découvert au rouge puissant du coquelicot, du vert des lichens au jaune musqué des engins de chantier, du plumage du flamant rose au violet de la betterave qui laisse ses empreintes, du kaki des uniformes militaires au beige duveteux des moutons, du noir parfumé d’ne pastille de réglisse au jaune orangé d’une perle d’ambre, du gris bleuté des torrents glaciaires au gris poli des galets sur la plage, du bleu profond d’une nuit étoilée au blanc immaculé des paysages enneigés… » Qui a-t-il... [Lire la suite]
07 décembre 2017

Céline Zufferey " Sauver les meubles "

« Si on nous prenait en photo, on pourrait vendre cette table, on pourrait vendre ces chaises. C'est ce qu'on cherche à évoquer, avec nos faux sourires et nos spots lumineux : un couple équilibré, un bonheur tranquille, l'accomplissement d'une journée de travail qui se termine autour d'un plat cuisiné. Vu d'ici, les clichés qu'on construit sont plutôt confortables. Les petits déjeuners pourraient être comme ça, tous les repas pourraient être comme ça. Sauf qu'ici, ce n'est pas limité à des pages de catalogue. Le stable et le... [Lire la suite]
27 juillet 2017

" Le journal d'un manoeuvre " Thierry Metz

  « Une pelle, une pioche. Le manœuvre doit chercher avec ça, faire le tour, se perdre...Un débutant : voilà ce qu’il est. Sa mémoire n’est qu’un filet d’eau, une source qui ignore le fleuve.Ses mouvements sont simples : ceux d’un oiseau. Il monte, il descend, il ramasse des brindilles, de la paille, des écorces. Le tout-venant.Pour cerner le domaine qui s’étend autour de son nom, il lui faut tracer un cercle avec ce qu’on lui donne : de la terre, des décombres, des pierres, des ordres, des morceaux de... [Lire la suite]

28 mai 2017

" Embrasse-moi " Ronan Badel - Jacques Prévert

    Poème issus de « Embrasse –moi », recueil de poésies réédité par Gallimard à l’occasion des 40 ans de la mort de Jacques Prévert.   20 poèmes d’amour, 20 poèmes de beauté, 20 poèmes que l’on aime et illustrés par Ronan Badel qui joue avec les amants de Raymond Peynet et la patte de Sempé sans que l’on se lasse de lire et relire les mots reliés par Prévert.     Le bouquet    Pour toi pour moiloin de moi près de toiavec toi contre moichaque battement de mon cœurest une... [Lire la suite]
09 avril 2017

" La nature exposée " Erri De Luca

  Je suis troublée, émue. Je ne sais comment je vais pouvoir parler, dire ces émotions que j’éprouve devant la force et la beauté de ce roman, la tendresse folle pour l’homme, pour ce qu’il a en lui, dans lui, pour ce qu’il est avant tout, avant d’être homme, un humain, un être constitué de peu, de lui, et qui dans sa générosité peut être quelqu’un de bien, de simple, d’humble, vrai et surtout respectueux. Je ne sais pas.   Erri de Luca, cet homme, cette écriture qui nous expose, nous relève, nous fait regarder,... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 07:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
05 février 2017

" Tropique de la violence " Nathacha Appanah

  De nouveau je me retrouve à vous parler d’un livre d’une beauté et puissance incroyable. De nouveau je ne sais comment vous dire, vous inviter à le lire. Peut-être parce que mes mots ne seront jamais à l’égal de ce que j’ai pu ressentir durant cette lecture. Peut-être parce que la beauté, la justesse, la saisissante poésie d’une violence sous les tropiques me semblaient loin et m’ont percutée de plein fouet. Peut-être parce que l’homme est admirable, sans jugement, que tous ces enfants sont dans l’enfer d’un paradis qui... [Lire la suite]
13 septembre 2016

"Monsieur Origami " Jean Marc Ceci

« A qui sert-il d’avoir si être nous manque. »  Il est des romans comme il est des instants fugaces où le temps s’arrête, où les minutes s’écoulent au rythme des heures qui sont jours puis années, où les secondes s’éternisent dans la contemplation d’une feuille tombant et se déposant délicatement sur le sol, en attendant d’être soulevé par le tourbillon du vent. Assis en position lotus face à ce spectacle, la respiration obéit à la méditation des mots, des bruits de la vie, des saisons qui passent et ne reviennent... [Lire la suite]