27 février 2014

"Le dépayement" - Jean Christophe BAILLY

" On pense à tout cela, on allonge un peu le pas, on se souvient : de rivages désolés (ils sont nombreux et toujours efficaces), de gares incertaines, de fortins presques effacés au sein de montagnes pelées ou monotones, et que l'on sait que l'on côtoie une imagerie dont le cinéma, facilement ou magnifiquement a su faire usage. On se dit donc que le bout du monde, c'est ou ce serait d'abord un film au montage halluciné, fait d'embardées lentes, une sorte de condensation panoramique de l'abandon. On dresse des listes, on fait la... [Lire la suite]