22 juin 2014

" Les faibles et les forts " Judith PERRIGNON

  « Il scintille le fleuve, surtout le soir quand les phares sont braqués sur lui, il prend des airs de majesté, mais il est poisseux, il n’est qu’eaux usées par les hommes, leurs bateaux, leurs usines, leurs maisons, leurs caniveaux, leurs chiottes. Leurs pensées, les plus sales sont dans le fleuve, il a tout absorbé. Si c’est un monstre, il s’est laissé domestiquer. S’il avale nos enfants, c’est qu’on lui a appris. »   Bon sang … ce roman… une claque ! Une claque et encore c’est peu tellement il a été... [Lire la suite]