05 décembre 2018

Michel Plessix - Le vent dans les saules

  « C’était un bel après-midi d fin d’automne. Un froid sec venait griffer les bonnes joues de taupe. Il n’avait jamais vu la campagne ainsi. Il avait l’impression de découvrir des choses. Les vallons, les taillis, jusqu’ici si secret lui offraient alors leur intimité les plus cachée. Plus questions de colliers de liserons, ni de maquillage de fleurs et de feuilles. La nature s’offrait à lui. Nue. Pauvre. Vraie. »   Dans le printemps renaissant, la nature s’éveille, généreuse et bienfaisante. Elle s’offre, se... [Lire la suite]