23 juillet 2016

"Les brasseurs de la ville" Evains Wêche

  « Quand je descends en ville, je suis toujours impressionnée. On n’explique pas Port-au-Prince.  On vit Port-au-Prince. Je n’ai jamais vu quelqu’un s’habituer à cette ville, elle impressionne toujours. Pour moi, Port-au-Prince est un cri de douleur. L’accouchement de la vie y est un film d’horreur où les acteurs croient que tout est normal. […]Port-au-Prince est un piège. »  Certains romans sont des venins. Ils s'immiscent sous votre peau, vous placent face à la misère, la putain de misère, vous défient... [Lire la suite]