20 août 2018

Loulou Robert - Sujet inconnu

  « Des jours en vrac. Ils comptent. Ils marquent. Ils frappent. Ils blessent. Ils renforcent. Ils s’entrechoquent. Des chiffres. Des litres. Des kilogrammes. Des kilomètres. On compte. On décompte. Tic-tac. Le chrono avance. Il ne s’arrêtera jamais. Tic-tac. Même le jour où c’est terminé, il continue sa route. Pour les chiffres, il n’y en a qu’une.J’aurai pu être comptable. Des plus et des moins. Un résultat. C’est clair et simple. Pas droit à l’erreur. Cocher. Vérifier. Taper sur des touches. Revérifier. Tout est rangé.... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 06:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

07 juillet 2018

L'été jaune carré Loulou Robert et ...

          J’ai rencontré Loulou Robert lors de la deuxième édition des 68 premières fois. Pour être sincère, on ne peut pas dire que je sois tombée en émoi devant Bianca, mais j’ai aimé le personnage, et encore plus maintenant. J’ai aimé l'auteure, la personne, cette personnalité sensible et à la fois forte, cette femme qui donne sans chercher à prendre, qui offre sans chercher à compter, cette femme qui d’un sourire, nous amène à penser que le monde est bon, généreux, simple et surtout... [Lire la suite]
02 mars 2017

" Nous avons arpenté un chemin caillouteux " Sylvain Pattieu

  « C’est l’histoire de Jean et Melvin McNair, l’histoire d’un temps où détourner un avion était plus facile que braquer une banque, où il ne serait venu l’idée à personne de le précipiter contre une tour, ni de le faire exploser. Deux Africains-Américains devenus pirates de l’air, inextricablement inscrits dans leur époque.Une destinée qui relie la France et les Etats-Unis, être noir ici et là-bas. »   A première vue, ce roman-récit-aventure de piraterie n’avait rien pour me plaire mais c’était sans compter... [Lire la suite]
11 décembre 2016

68 premières fois, édition 2016. C'était bien.

  Depuis vendredi soir ou plutôt samedi matin, je cherche mes mots pour vous exprimer mes émotions, mon cœur qui déborde devant toute cette chaleur, cette générosité, ce bonheur de vous avoir enfin croisé à cette grande parade de clôture des 68 premières fois qui a eu lieu dans les locaux de Babelio vendredi 09 décembre. Si j’osais, je vous dirais que ce fut magique, incroyablement bon, chaleureux, humain, simple, tendre, enthousiasment, féérique mais je crois que les mots me manquent et me manqueront encore pendant longtemps.... [Lire la suite]