12 octobre 2018

PolaroïdS "Les petites barbares"

La porte s’ouvre et elles s’engouffrent dans le jardin comme si leur vie en dépendait. Elles ont dix, douze ans. Deux sœurs. La plus âgée, blonde aux yeux sombres. La plus jeune brune, le regard noir. Ça commence toujours de la même façon : elles jouent tranquillement et puis soudain, ça dégénère. Elles se mettent à crier. L’aînée a la voix rauque à force d’être toujours au maximum de la puissance de ses cordes vocales. Elle saisit un coussin, en frappe sa sœur. La petite, stoïque, ne dit rien et puis s’exaspère et réplique. Alors les... [Lire la suite]

04 juin 2018

PolaroïdS " Prie-dieu"

Tu m’as dit assieds-toi. Ta voix était douce encore. J’ai regardé la chaise. Tu as toujours eu le goût des mises en scène. Je n’ai pas obéi. Je ne voulais pas me plier à ton petit jeu. Je savais très bien où tu voulais en venir. Tu as saisi mon poignet. J’ai grimacé. Assieds-toi!   Tes yeux durs soudain et ta voix grinçante. Je ne l’ai jamais aimée ta voix. Nasale, haut perchée et fausse. Mais comme tout ce qui t’appartient, tu veux la croire belle et séduisante. J’ai obéi. Mon sac sur les genoux. Hier, ici même, on enterrait... [Lire la suite]
04 mai 2018

PolaroïdS "L'un ne va pas sans l'autre"

Il y a une ampleur qu’elle n’atteint pas. Jamais.  Elle dit, je suis comme une enfant qui ânonne l’histoire de sa vie. Ses mots sont des avions en papier mal pliés. Condamnés à l’écrasement sur le bitume.  Elle voudrait. Toujours elle voudrait, mais rien ne vient. Le réel est un caillou sous son pied et sa chute est sans fin.  Elle dit, il faudrait peut-être, sans doute, pourquoi pas. Manger bio. Méditer tous les matins. Ou seulement se dire que ce n’est pas possible. Etre réaliste. Point. Elle ne sait pas faire... [Lire la suite]
16 avril 2018

PolaroïdS " Le Clou "

  Tu te débats dans tes contradictions. Tu vis dans un cadre dont rien ne parvient vraiment à ébranler les fondations. Parfois, tu te fais peur. Tu suscites la crise pour qu’autour de toi, ça tangue un peu. La réaction te donne l’impression qu’il se passe quelque chose. Mais en réalité, rien ne se produit. Tu ne veux pas changer. Tu veux que tout demeure en l’état. Tu aurais trop à perdre si quelque pièce de l’ensemble était déplacée. La facilité, le confort, le sentiment d’avoir construit quelque chose de solide, le regard de... [Lire la suite]
03 avril 2018

PolaroïdS - " L'écorce abolie "

Se rendormir. Tâche impossible. Le corps cherche une position agréable, ne la trouve pas. L’esprit en profite pour se sauver. Il part loin de la chambre et de la chaleur du lit, s’évade dans la nuit, reprend le fil de la journée, y fait des accrocs. C’est insupportable. Comme le déclenchement d’un signal intérieur auquel je ne peux rien changer. Toujours quelque chose m’échappe. Je finis par me lever.  Au gré des nuits, la fatigue m’attendrit. Une part de moi cède. Comme lorsque les parents, las des assauts répétés de leur... [Lire la suite]
23 décembre 2017

Un coup dans le rétro - 3ème trimestre 2017

Un troisième trimestre estival, bon comme un été jaune carré, bon comme trois passés à vos côtés, vous qui avez bien voulu déposer vos textes, vos mots, vos sourires, vos cartes ici. Un été bon comme vous, bon comme les livres croisé, lu, relu pour certains. Et bon comme toutes ces amitiés croisées.       Ma bib à lire    La cucina d’Ines (Philippe Fuaro) : Prenez un écrivain, fils d’immigré italien, qui a toujours eu en mémoire son père dans la cuisine, l’image du torchon jeté sur l’épaule, la... [Lire la suite]

21 décembre 2017

Un coup dans le rétro - 2ème trimestre

Petite suite de l’exploration de cette année 2017 avec de très belles découvertes et de belles surprises…     Dimanche en poésie, dimanche en photos   Si je suis de ce monde (Albane Gellé) « Tenir des billes des cailloux pour les plus grands trésors de vie à emmener île déserte ave des cœurs décorés et les phrases toutes les phrases enfants vieillards encore debout. » De bronze et de souffle, nos cœurs (Jeanne Benameur et Rémi Polack) : La force de Jeanne Benameur est de nous faire ressentir cette... [Lire la suite]
13 septembre 2017

L'Eté Jaune carré

Difficile de reprendre le chemin du blog après un Eté Jaune Carré si bien entouré. L’heure est la rentrée et à la floraison de titres et de romans qui s’étale, telles des feuilles, sur les tables des librairies. Et malgré tout, ce sentiment d’être encore dans vos mots, de ne pas tourner tout de suite la page, de ranger immédiatement vos textes dans un nuage virtuel ou une bibliothèque poussiéreuse. Cette envie de vous relire, de vous retrouver, de poursuivre vos partages, ce que vous avez mis de votre cœur et votre générosité, vous... [Lire la suite]
09 septembre 2017

L'Eté Jaune Carré - Charlotte Milandri "Elle avait abrité mes jeux d'enfant"

Elle avait abrité mes jeux d’enfants, les cache-cache à avoir peur de nos ombres, les ronces écorchant nos genoux. Les cris trop aigus, les souffles haletants, et les histoires inventées, toujours un prince pour nous sauver, une méchante sorcière terrassée. La main de Clémentine dans la mienne à la nuit tombée et le lent frisson qui nous parcourait le dos avant de rejoindre en courant les lumières qui donnaient vie à la cuisine de maman. Adolescente, le cache- cache se finissait en caresses et en baiser, la peur au ventre était... [Lire la suite]
08 septembre 2017

L'Eté Jaune Carré - Gaelle Josse " Couleurs du temps"

Nohant, lieu d’enfance. Le pays de ma mère. La Vallée noire, en Berry. Terre de mystère, d’obscur, de jeteurs de sort et d’exorcistes. C’est un lien  particulier qui me lie à cette grande demeure, que j’ai si souvent visitée. L’impression d’avoir approché, ici, au plus près, la réponse à une obsédante question. Dans le parc, derrière les deux cèdres immenses plantés à la naissance de ses enfants, Maurice et Solange, la maison de George Sand est restée intacte. Autour de la table, sous le grand lustre de Murano, on attend que les... [Lire la suite]