10 avril 2017

" Inquiétude " Michèle Lesbre

" Maintenant encore il est ce petit fantôme orphelin qui a peur de la nuit, qui ne sera jamais tranquille, un vieil enfant inquiet." Un homme adulte-enfant ou enfant-adulte, un homme qui n'a jamais pu devenir homme, grandir, devenir lui. Une femme, Barbara, qui ne s'appelle pas Barbara mais qui lui ressemble tant. Un aigle noir, une travailleuse de la nuit. Un père absent, parti loin, très loin. Une mère qui s'est perdue dans les couloirs d'un hôtel. Et ces pas au plafond qui lui rappellent qu'il est seul, homme, enfant, homme. Ces... [Lire la suite]

20 février 2017

" Chère brigande " Michèle Lesbre

Chère Michèle Lesbre, Chère Marion Du Faouët  Je ne sais comment commencer cette lettre, je ne sais comment vous adresser mon admiration face à votre écriture, à cette façon que vous avez de nous emmener dans vos mots, cette mélancolie que vous savez si bien écrire, ces hivers que vous nous faites traverser et qui sont des vrais silences dans lesquels j’aime me retrouver. Votre écriture a le don de m’amener à traverser des chemins logeant La Loire (Chemins), à m’asseoir sur des plages aux sables imparfaits (Sur... [Lire la suite]
28 novembre 2016

" Une chambre à écrire " expérience littéraire imaginée et mise en oeuvre par Sophie Robin

    Tout à commencer par un article sur un site que j’ai lu un peu par hasard. Un hasard qui comme on le sait n’existe peut-être pas finalement.A peine avais-je entamé ma lecture que je fus captivée par le projet, l’expérience urbaine,  cette déambulation pas banale, cartographiée et imposée de Bordeaux. Moi qui n’aimais pas cette ville pour des raisons remontant à un autre temps, un temps personnel, un temps d’introspection où mes pas m’avaient amené à me perdre dans cette cité bordelaise encore noircie par les... [Lire la suite]
07 avril 2016

" Ecoute la pluie " - Michèle Lesbre

  « Je pensais à lui, je penserais à lui longtemps, je ne pourrais l’oublier et son anonymat lui donnait encore davantage d’importance, il devenait tous les suicidés du métro, tous ces désespérés qui soudain provoquent retards et débordements, que l’annonce, d’un grave accident de voyageur ne parvient pas à excuser, trop fréquent, trop banal. J’avais jusqu’à là redouté d’en être le témoin un jour ou l’autre. Ces morts mettent les nerfs à vif d’une foule déjà malmenée, puis tout rentre dans l’ordre, tout continue. Ils ont... [Lire la suite]
01 mars 2015

Michèle Lesbre "Chemin"

« Derrière le hublot, les images passaient comme à travers une lunette scrutant un horizon lointain, et me donnaient la force et le désir d’aller jusqu’au bout de ce voyage, que d’une certaine façon je devais à l’homme du réverbère. Je me souviendrais sans doute longtemps de ce matin sur la Minette, comme je me souviens d’autres matins auxquels je pense souvent et qui sont parfois des refuges heureux. […] Tant d’autres, qui ont laissé des traces lumineuses dans la nuit opaque des chagrins et de la fuite du temps, et me guident... [Lire la suite]
01 mars 2015

Saturday Read Fever "Chemin - Michèle Lesbre"

«  J’ai trois ans. Un homme qui me paraît immense entre dans la minuscule cuisine de l’appartement rue du Souci à Poitiers, me prend dans ses bras, je ne l’ai jamais vu. Ma mère me demande de l’appeler papa. C’est mon père. C’est là que tout commence. Il tient beaucoup de place dans cette pièce exiguë où ma mère  et moi avons vécu jusqu’à là en symbiose. Il parle fort, envahit tout, dort avec elle. Mes nuits ne sont plus les mêmes, je n’ai plus accès au grand lit, le mien est au pied du leur, j’entends des bruits et des... [Lire la suite]
04 avril 2013

" Sur le Sable " - Les fantômes ne meurent jamais...

" Sur le Sable " Michèle LESBRE   " J'ai soudain vu les flammes au dessus de la dune que je longeais depuis un moment. Elles s'étiraient sur le ciel sombre, ne laissant rien apercevoir de ce qu'elle dévoraient avec un ardeur sauvage. j'ignorais où je me trouvais exactement, depuis plus d'une heure je roulais au hasard. J'étais sans doute près de l'une de ces plages où je n'étais pas encore allée, trop éloignées de mes itinéraires routiniers dans cet endroits provisoire. Depuis que j'avais quitté Paris, je n'étais plus chez moi,... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 15:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,