08 septembre 2017

L'Eté Jaune Carré - Gaelle Josse " Couleurs du temps"

Nohant, lieu d’enfance. Le pays de ma mère. La Vallée noire, en Berry. Terre de mystère, d’obscur, de jeteurs de sort et d’exorcistes. C’est un lien  particulier qui me lie à cette grande demeure, que j’ai si souvent visitée. L’impression d’avoir approché, ici, au plus près, la réponse à une obsédante question. Dans le parc, derrière les deux cèdres immenses plantés à la naissance de ses enfants, Maurice et Solange, la maison de George Sand est restée intacte. Autour de la table, sous le grand lustre de Murano, on attend que les... [Lire la suite]

25 septembre 2016

" De vives voix " Gaëlle Josse

« Pourquoi écrire ? Pour éveiller, pour découvrir ma voix. Entreprise d’extraction, d’excavation, de forage, par tous les temps, par tous les vents, jusqu’à atteindre et libérer le gisement enclos dans les gangues du souvenir, de la pensée, de la sensation, le remonter à la surface et lui donner forme. Jusqu’à reproduire la note entendue en songe. Trouver l’accord entre mon écriture et moi, entre ma voix et moi. Me voilà sage-femme et parturiente de ma propre voix. Partition, parturition. La page blanche, la page... [Lire la suite]
04 septembre 2016

"Tout à fait mon genre " une nouvelle de Gaëlle Josse

Ce gars-là, c'est tout à fait mon genre. Je l'ai remarqué depuis quelque temps, mais il doit être nouveau dans l'entreprise. Seul. Il est toujours tout seul devant la machine à café, jamais je ne l'ai vu parler à qui que ce soit, à croire qu'il attend le moment où il n'y a personne, occupé à choisir une quelconque boisson, à hésiter entre le court sucré et le long non sucré, pour  s'y rendre.En y songeant, il est toujours seul lorsque je le croise, seul dans les couloirs, seul dans l'ascenseur, seul dans son bureau. Il semble... [Lire la suite]
27 février 2016

"L'ombre de nos nuits" Gaëlle Josse

  Chère Gaëlle Josse,   Cela fait bientôt une semaine que j’ai terminé votre roman « L’ombre de nos nuits » et comment vous dire que je  ne sais pas écrire un seul mot après avoir lu les vôtres. Vous avez ce pouvoir d’envouter les nuits (tout comme Laurence Tardieu), de resplendir d’une douce lumière les jours de pluie, de rendre les soleils tendres et chauds les semaines où ces rayons cognent fort. Vous avez la délicatesse des silences nécessaires à écouter et regarder la vie. Je ne sais comment vous... [Lire la suite]
02 septembre 2014

"le dernier gardien d'Ellis Island" Gaelle JOSSE

« C’est par la mer que tout est arrivé. Par la mer, avec ces deux bateaux qui ont un jour accosté ici. Pour moi ils ne sont jamais repartis, c’est le vif de ma chair et de mon âme qu’ils ont éperonné avec leurs ancres et leurs grappins. Tout ce que je croyais acquis a été réduit en cendres. Dans quelques jours, j’en aurai fini avec cette île dont je suis le dernier gardien et le dernier prisonnier. Fini avec cette île, alors que je ne sais presque rien du reste du monde. Je n’emporte que deux valises et quelques pauvres... [Lire la suite]
12 juin 2013

"Noces de Neige " Gaëlle JOSSE

"Noces de Neige " Gaëlle JOSSE   Il  y a des auteur(e)s sans vous sachiez pourquoi (ou du moins si vous le savez trop bien), qui vous attirent comme un aimant, comme une plume sur du papier. A la lecture de leurs romans, vos yeux s'embuent, vos mains tremblent, votre âme trouve un réconfort et vos oreilles vous remercient pour cette douce musicalité des mots dévorés. Fatou DIOME et Gaëlle JOSSE en font parties.   Gaëlle JOSSE, je l'ai découvert dès son premier roman "les heures silencieuses" subtil tableau digne des... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 14:55 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,
29 mars 2013

'Nos vies désaccordées" de Gaëlle JOSSE

" Je suis seule, je suis nue et j'ai mal. Tu souffres bien davantage, je le sais. Maintenant que la paix va t'être enfin accordée, je ne devrais pas tant gémir. Ce soir je cède à la douleur. J'ai tant résister. Chaque jour, une nouvelle lutte avec ma peur et je crains qu'un jour celle-ci triomphe de mes forces.Mais était-ce encore ta vie, cette agonie de chaque jour qui va prendre fin ? Où es-tu, si loin de ce que tu as été ? Je n'ai pas eu la force ni le coeur de te voir ainsi. Pardonne-moi ma faiblesse.Comme je voudrais... [Lire la suite]