21 septembre 2016

"Je suis mort un soir d'été " Silvia Härri

    « J’approche la chaise de ton lit, je te murmure que tu as bonne mine, même si ce n’est pas vrai. Tu m’écoutes l’air sérieux, je ne sais toujours pas ce que tu saisis des mots que j’égrène, s’ils ont la mélodie d’une cantilène, la stridence d’une corde brisée, s’ils ont un ordre, s’ils possèdent encore quelques résidus de sens, s’ils bruissent comme un feuillage de printemps ou frappent avec violence aux carreaux de ton esprit, si tu peux sentir à travers eux ma colère ou ma gêne, s’ils se heurtent au vide dans... [Lire la suite]

26 mars 2016

"Mention fragile" Silvia Härri

  La poésie de Silvia est un univers à elle toute seule. Peu de mots. Une prose. Un monde d’effritement qui se délite dans un quotidien somme toute banal. Une menace qui trotte au dessus de nos yeux comme un cœur qui bat à la chamade devant les peurs de la vie, les douleurs passées ou présentes et qui se réveillent.Chez elle, tout est observation, regard, concentration dans ce qui entoure, vibre. Elle absorbe et retranscrit l’émotion ressentie, la fragile construction d’un simple moment d’existence. On ressent la justesse,... [Lire la suite]
09 janvier 2016

" Touché " Catherine Leblanc

  « Mon fils part à l’hôpital pour une appendicite. On ne l’opère pas. On multiplie les examens, prise de sang, radios, scanners. Les infirmières et les internes sont prévenants. Trop prévenants. Et fuyants. Qu’est-ce qu’il a ? On ne peut pas vous dire. Ça peut tout être ? Tout quoi ? Tout. » Ce livre j’ai eu envie de noter tous les passages, de ne pas oublier les cris, les larmes, la colère,  la maladie, l’incompréhension, les peurs, l’entraide, la vie, les désillusions, les espoirs, le cancer,... [Lire la suite]
29 juillet 2015

"Nouaison" Silvia Härri

« Mardi 11h30. Ainsi est-il écrit dans l’agenda du médecin.Tu ne discuteras pas.Le lit roule dans le couloir, puis basculement de ce corps alourdi (le tien ?) du matelas au brancard. Du brancard ensuite à cette trappe horizontale qu’il faudra traverser (avec, au bout, quel espoir ?), avant que  les néons ne te trouent le regard.Etendue, à nouveau, sur une table, des spots pleins ces yeux qui clignent avec force, maintenant, sous tant de lumière, lumière si crue qu’elle pourrait blesser, griffer la chair ou... [Lire la suite]
25 juillet 2015

Saturday read fever : "Nouaison" Silvia Härri

« Mardi, 11h30La pluie ruisselle contre la vitre.Revêtir la blouse bleue qui se lace par derrière. Sa peau nue, isolée sous le coton, a froid. Elle tremble.Avant, se purifier. Laisser couler l’eau comme on peut, là où l’on peut, malgré ce ventre qui encombre et laisse penser qu’elle va rester coincée dans la cage de la douche.Ne rien oublier, pas le moindre centimètre, astiquer dans tous les plis et les replis jusqu’à ces zones lointaines, étrangères maintenant, que la main n’atteint plus. Un corps (le sien ?) passé au savon... [Lire la suite]