11 octobre 2016

La 25ème heure du Mans : la première fois

On me demandait récemment quels étaient mes rêves, mes envies, mes projets lorsque j’étais petite. Des rêves ?? Comme tout le monde oui. Mais je profitais bien plus de mes plaisirs et instants, des balles jaunes cognées contre une raquette, des prairies et forêts grandes comme un champ de blé, de ma Loire déjà, que des plans tirés sur une comète. Je ne pensais pas qu’un jour une aventure humaine, celle que je rêvais finalement dans un coin de ma tête, viendrait toquer à ma porte et qu’une fée, une incroyable Charlotte, une... [Lire la suite]

03 octobre 2016

"Repose-toi sur moi" Serge Joncour

    « Parfois à des petits carrefours inattendus de la vie, on découvre que depuis un bon bout de temps déjà on avance sur un fil, depuis des années on est parti sur sa lancée, sans l’assurance qu’il y ait vraiment quelque chose de solide en dessous, ni quelqu’un, pas uniquement du vide, et alors on réalise qu’on en fait plus pour les autres qu’ils n’en font pour nous, que ce sont eux qui attendent tout de nous, dans ce domaine les enfants sont voraces, avides, toujours en demande et sans la moindre reconnaissance,... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 13:39 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
20 février 2016

"le club des gars " - Lettre à Camille

  « Il était une fois cinq garçons qui se sont rencontrés. Ils avaient un club, où il y avait évidement cinq garçons : Erwan, Serge, Philippe, Christophe et moi : Jérôme. Et de l’autre côté de la cour le club des filles : Sophie, Fanny, et Sandra. »   Chère Camille,    Un jour de mois d’août je t’ai rencontrée dans une forêt remplie de livres. Il y avait ta maman (ma copine), des bloggueurs(es), des auteurs, des écrivains, des génies de la plume, des « célébrités ». On... [Lire la suite]
10 octobre 2013

Serge JONCOUR " L'homme qui ne savait pas dire non"

  " Ce n'est pas pour rien qu'un mot se perd, au contraire, s'il se perd c'est qu'il vous attend, car c'est de lui que tout partira, c'est qu'il cherche à vous dire l'histoire. Chaque mot perdu est une clé, une clé qui ouvrirait sur un lieu tenu secret de vous, une clé qui pour peu que vous le retrouviez délivrerait une émotion, un souvenir, une scène primitive, peut-être même une histoire qui s'est tenue en dehors de vous concerne pourtant une scène primitive dont la résonance dicte tout, elle est ce que le brouillard est à... [Lire la suite]