02 novembre 2014

Morceaux qui s'éparpillent, Tieri BRIET

En m'écrivant je raconte comme je peux l'emmêlement d'herbes vives,un sac de noeuds où viennent crever les couleuvres à l'automne. [...] La terre forme un ventre, encore une peau, les herbes une toison où les bêtes laissent une trace de leur fuite.    Morceaux qui s’éparpillent   Tu peux toujours gueuler, et moi t’envoyer tous les mots qu’on ramasse, pas grand-chose mais quand même, c’est pas rien tous les mots qu’on ramasse. Entassés dans les feuilles quand on fait collection d’écritures en pagaille,... [Lire la suite]

12 juin 2014

"Fixer le ciel au mur " Tieri BRIET

« Je ne crois pas avoir jamais appris comment terminer une lettre à ma fille. Surtout, quand elle me manque au point de lui écrire, jour après jour, un seul récit que je pensais interminable. T’écrire est devenu une étrange habitude dans ma vie. Où peut-on apprendre ce genre de choses ? Il n’y a d’école pour apprendre à être père quand sa fille s’en va vivre aussi loin, et personne pour enseigner l’art difficile d’écrire à une enfant qui aime autant que toi les livres et les poèmes. Ne presque rien garder : rien que... [Lire la suite]