19 juillet 2017

L'été jaune carré - Thomas Giraud " (En) Chantier "

« Même si le récit à leur sujet ne promet aucune cohérence, il m’émeut plus que toute autre chose dans sa forme préparatoire, le regard ».Peter Handke, Mon année dans la Baie de personne   (En) Chantier    2 février  Du mur, il ne reste qu’un tas. Un immense nid de pierres, de mortier, de crépis, de mousse, d’herbes et de brindilles emmêlés qui n’a pas encore été emporté par les camions bennes couverts de poussières. Le mur était très haut et courrait sur une centaine de mètres. Sans le regarder, je... [Lire la suite]

15 juillet 2017

L'été Jaune Carré - Marianne Brun et Sandra Reinflet "Je leur ai donnés aux oiseaux

Je les ai donnés aux oiseaux.Je ne voulais pas qu'ils finissent aux ordures, alors je les ai récupérés dans un sac, un sac plastique, un sac de course tout bête. Je les voyais en transparence et je les ai semés par poignées, comme ça, sur les branches, à la volée.Ils en feront leurs nids.  Je n'ai pas pu attendre, je l'ai fait de suite, j'ai tout coupé. J'ai saisi mes cheveux par poignées, comme ça, je les ai attrapées et j'ai coupé. Puis je suis allée à la fenêtre et je les ai semés sur les branches. Ça n'a pas fait de bruit.Je... [Lire la suite]
12 juillet 2017

L'été jaune carré - Lucie Rochas " Smileys et Emoticônes

« Tu veux que je te dise ce qui me plait dans cette histoire de smileys et d’émoticônes ? »  Juchée sur des escarpins vernis noirs, elle fume une dernière cigarette avant le moment fatidique. Elle ne me laisse pas le temps de lui répondre. « C’est qu’on s’envoie sans arrêt des bisous, des sourires et des cœurs. Même mes clients m’envoient des bonhommes qui pleurent de rire, des cotillons et des bouteilles de champagne et mon père m’envoie des petits chats qui ont des cœurs à la place des... [Lire la suite]
08 juillet 2017

L'été jaune carré - Madeline Roth "Je veux tout"

Il est presque trois heures du matin. Il faudrait qu'ils dorment. Elle sort sur le balcon, le corps nu. Elle fume. Elle a froid mais elle reste là, la peau blanche dans la nuit noire.  Il lui a dit « tu veux tout » et elle a fait ce qu'elle fait quand elle se demande si elle aura les mots : elle a souri, elle a laissé passer du temps, elle a regardé ses yeux à lui et elle a baissé les siens, et maintenant c'est le lendemain, il a quitté son lit, il a quitté la chambre, et elle voudrait lui dire.Il y a un enfant dans... [Lire la suite]
04 septembre 2016

"Tout à fait mon genre " une nouvelle de Gaëlle Josse

Ce gars-là, c'est tout à fait mon genre. Je l'ai remarqué depuis quelque temps, mais il doit être nouveau dans l'entreprise. Seul. Il est toujours tout seul devant la machine à café, jamais je ne l'ai vu parler à qui que ce soit, à croire qu'il attend le moment où il n'y a personne, occupé à choisir une quelconque boisson, à hésiter entre le court sucré et le long non sucré, pour  s'y rendre.En y songeant, il est toujours seul lorsque je le croise, seul dans les couloirs, seul dans l'ascenseur, seul dans son bureau. Il semble... [Lire la suite]
31 août 2016

"Avec la langue " Lecture brève d'Eloïse Lièvre

  J'ai vu.                 C'est le 13 juillet.                 On a mangé une glace sur le port. Le roulé va-et-vient des petits parapluies cocktails au bout des doigts de papier froissé. Le blanc sur noir du serveur taciturne. La famille étendue est là, côté père, bruyante, certains oncles et tantes exclusivement estivaux, et les cousins tous un peu écrasants par leurs âges plus... [Lire la suite]

30 août 2016

" Nissa bella " Stéphanie Pelerin

Suzy n’en finissait plus de regarder ses deux petits s’ébrouer sous les jets d’eau, le sourire aux lèvres. Ils l’avaient échappé belle, tous. Un truc à vous faire remercier le Ciel d’avoir des enfants pénibles.Les mois précédents, elle avait frémi de savoir Ivana, sa meilleure amie, à proximité de Paris. Quelle idée de persister à y habiter ! Le vent, le froid, la pollution, les gens gris et surmenés. La ville où tout est possible, lui répondait inlassablement son amie. La culture à portée de la main. Depuis les attentats qui avaient... [Lire la suite]
28 août 2016

"Haikus chamaniques" par Nathalie Magrez

« Peu d’hommes aiment longtemps le voyage, ce bris perpétuel de toutes les habitudes, cette secousse sans cesse donnée à tous les préjugés. Mais je travaillais à n’avoir nul préjugé et peu d’habitudes. J’appréciais la profondeur délicieuse des lits mais aussi le contact de la terre nue, les inégalités de chaque segment de la circonférence du monde. » Marguerite Yourcenar       Nathalie Magrez est photographe et plus précisément chamane de l’art sensible de l’image qui s’inscrit dans la rétine. Je... [Lire la suite]
26 août 2016

" Enfants d'exil " une nouvelle de Marie Charrel

Nos pères nous ont dit : ne vous retournez jamais. Nous ne nous sommes pas retournés. Mais nous avons oublié le visage de nos pères. Nos mères nous ont dit : souvenez-vous de la terre des anciens. Nous nous sommes souvenus. Mais nous avons oublié la voix de nos mères. Nous étions enfants lorsqu’il a fallu partir. Un soir, un matin, un après-midi, les adultes se sont agités et soudain, les sacs étaient prêts sur le pas de la porte. Les tantes, les sœurs, les grands-mères ont prétendu qu’il s’agissait d’un jeu. Que l’on... [Lire la suite]
24 août 2016

" Cette chambre à soi" fragment de Silvia Härri

On écrit pour ne pas s’égarer. Cela sert avant tout à cela, les mots, à se dé-perdre. Des balises, des bouées, des points de repères, des pierres d’achoppement auxquelles je m’agrippe de toutes mes forces. Oui, j’écris pour ne pas m’égarer dans la jungle du monde ou dans celle de mon propre tumulte, je débroussaille les forêts à la hache du langage, je marche dans les sillons des phrases, j’explore la page en y disposant mes pattes de mouche pour ne pas être happée par le chaos. C’est ce que j’ai toujours cru. C’est ma façon propre de... [Lire la suite]