12 novembre 2018

Lupano, Itoïz, Cauuet - Le loup en slip slip hip hip !

  « Moi un ange ? Chuis Gru-Mo la pire mésange ! L’alerte orange. Le petit truc qui dérange. Une tarte aux phalanges. Si t’as des amis, j’en fais pas partie. Alors vis ta vie, prends ton peuslip et va voir ailleurs si j’y suis. Wow t’as pigé ? Bouge ou j’te kick la truffe ! »   C’est bien connu maintenant : dans la forêt lointaine, on n’entend pas que le hibou qui du haut de son grand chêne répond au coucou. Que nenni ! On y entend les cris et la ola du petit peuple vivant en... [Lire la suite]

27 novembre 2017

Lupano, Itoïz, Cauuet "le loup en slip se les gèle méchamment"

Il est de retour !!! Mais qui ??? Qui est de retour au village où le froid est tombé et la neige a recouvert de son blanc manteau, les toits des chaumières et les branches des arbres ? Qui est de retour ? Qui cela peut-il être sinon celui qui est censé foutre la frousse, apeurer le hérisson, le raton pas laveur pour deux sous, le cerf aux grand bois reconverti en boulanger (c’est que l’hiver, haranguer la foule sur une estrade… ce n’est guère réchauffant comme métier) ? Qui hurle le soir au coin du bois, qui... [Lire la suite]
15 novembre 2017

Lupano Cauuet "Les vieux fourneaux, la magicienne" Tome 4

  On avait laissé les trois vieux shnoks, les papy grincheux, les révoltés du troisième âge, à l’aube d’une nouvelle histoire, d’un suspens infernal. Nul ne savait ce qu’il adviendrait de nos trois compères de sans yeux ni Maitres et de leur pitchounette magicienne d’un théâtre de marionnettes et d'une histoire de loup en slip. Nul ne pouvait croire que derrière la camionnette rouge, il en avait encore sous le capot des manifestations, des bombes à retardements éclats de rire, des bus à faire pâlir toutes les sociétés de bus... [Lire la suite]
27 novembre 2016

"Le loup en slip " Lupano, Itoïz, Cauuet

    Je ne sais pas vous, mais ce mois de novembre, il est bigrement long et morose. Depuis le jour de ce premier mois jusqu’à ce week-end, on enchaine entre les pages nécrologiques aux titres racoleurs et celles aux enjeux politiques et relents nauséabonds, outranciers, voire plus même. Et quand les conditions météorologiques s’en mêlent, les ultra sensibles comme moi descendent en rappel à 15 mètres de profondeurs pour trouver son petit coin de grenier, grotte sympa et y faire pousser ses idées, ses envies, ses petites... [Lire la suite]