07 mars 2019

Déménagement

Le 26 mars 2013, j'ai pris mon courage a deux mains et je me suis lancée dans l'aventure d'un blog (bon il faut dire que je venais de rencontrer 2 fées devenues des amies très précieuses et des anges un peu, beaucoup démons aussi avec qui j'aime buller). Donc il y a 6 ans je ne me doutais absolument pas où je mettais les pieds, ni les mains et encore moins le coeur qui chez moi, vous le savez tous, est un vrai instrument de musique orchestre symphonique fanfare. Le petit carré jaune prenait vie. En six ans, j'aurais navigué sur... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 10:11 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

04 juin 2018

PolaroïdS " Prie-dieu"

Tu m’as dit assieds-toi. Ta voix était douce encore. J’ai regardé la chaise. Tu as toujours eu le goût des mises en scène. Je n’ai pas obéi. Je ne voulais pas me plier à ton petit jeu. Je savais très bien où tu voulais en venir. Tu as saisi mon poignet. J’ai grimacé. Assieds-toi!   Tes yeux durs soudain et ta voix grinçante. Je ne l’ai jamais aimée ta voix. Nasale, haut perchée et fausse. Mais comme tout ce qui t’appartient, tu veux la croire belle et séduisante. J’ai obéi. Mon sac sur les genoux. Hier, ici même, on enterrait... [Lire la suite]
16 avril 2018

PolaroïdS " Le Clou "

  Tu te débats dans tes contradictions. Tu vis dans un cadre dont rien ne parvient vraiment à ébranler les fondations. Parfois, tu te fais peur. Tu suscites la crise pour qu’autour de toi, ça tangue un peu. La réaction te donne l’impression qu’il se passe quelque chose. Mais en réalité, rien ne se produit. Tu ne veux pas changer. Tu veux que tout demeure en l’état. Tu aurais trop à perdre si quelque pièce de l’ensemble était déplacée. La facilité, le confort, le sentiment d’avoir construit quelque chose de solide, le regard de... [Lire la suite]
03 avril 2018

PolaroïdS - " L'écorce abolie "

Se rendormir. Tâche impossible. Le corps cherche une position agréable, ne la trouve pas. L’esprit en profite pour se sauver. Il part loin de la chambre et de la chaleur du lit, s’évade dans la nuit, reprend le fil de la journée, y fait des accrocs. C’est insupportable. Comme le déclenchement d’un signal intérieur auquel je ne peux rien changer. Toujours quelque chose m’échappe. Je finis par me lever.  Au gré des nuits, la fatigue m’attendrit. Une part de moi cède. Comme lorsque les parents, las des assauts répétés de leur... [Lire la suite]
27 décembre 2016

Si on esssayait - Le Petit Carré Jaune

Parce qu’il y a des années troubles, des années où les cœurs battent à l’unisson et se désagrègent en quelques secondes. Parce qu’il y a des années où les absents sont terriblement absents, loin, partis vers d’autres chemins et malgré la douleur de la séparation, ils sont toujours aussi présents. Il y a des années où tenir la, les mains d’autres sont des remparts à nos vides, nos doutes, nos peurs, nos incontrôlables incontrôlées. Voute étoilée qui réchauffe, resplendie et redonne croyance en nos possibles. Force qui devient rempart... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 16:15 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
07 janvier 2015

Ils ont souillé la liberté

07h10, je ne sais où je suis mais depuis hier soir je viens de me rappeler qui je suis et d’où je viens. Pour toi, je me suis lavé, j’ai changé mes habits. J’ai troqué mes vieux jeans troués, élimés et puants la rue. Je me suis lavé, rincé, nettoyé, rasé. Je sens bon. J’arrive. Je reviens à la maison. Ce matin, j’ai acheté un billet pour prendre le train. Revenir à tes côtés. Me poser et tout redémarrer. Repartir à zéro. Me retrouver. Rêver. Ne plus faire semblant de croire que la liberté reste qu’un vaste projet d’illuminés.... [Lire la suite]
23 mai 2013

Charlotte l'insatiable ou le jeu des questions-réponses

  Il y a quelques temps l'Insatiable Charlotte m'a invitée à répondre à une série de questions... Comment pouvais je résister... Impossible n'est point Charlotte, impossible n'est point Sabine et son Petit Carré Jaune... Et comme aujourd'hui c'est une date fétiche pour ma pomme... Donc voilà je me jette à l'eau, ôte la carapace et zou : Le métier idéal ? : oulala la question qui tue... alors attends. Tu me fais cogiter drôlement là. Le métier idéal... bah aujourd'hui là tout de suite je te répondrai... [Lire la suite]