21 juillet 2018

L'été jaune carré Anne-Sophie Monglon "Le sud remonte en moi comme une mer"

  Au commencement, il y a les odeurs sur lesquelles les yeux se ferment comme ceux des poupées quand on les couche. C’est surtout à la tombée du soir, lorsque la chaleur brusquement baisse, qu’elles vous prennent, en vous entrant profond dans le ventre. Le pin, rauque et sucré, la lavande égrenée puis frottée de la pulpe des doigts, et même le mimosa, entêtant comme un parfum de femme endimanchée.Après, il y a le vent. Il faut faire avec, on n’a pas le choix, il est toujours là, qui remue la terre comme une mauvaise pensée.... [Lire la suite]

04 juin 2018

PolaroïdS " Prie-dieu"

Tu m’as dit assieds-toi. Ta voix était douce encore. J’ai regardé la chaise. Tu as toujours eu le goût des mises en scène. Je n’ai pas obéi. Je ne voulais pas me plier à ton petit jeu. Je savais très bien où tu voulais en venir. Tu as saisi mon poignet. J’ai grimacé. Assieds-toi!   Tes yeux durs soudain et ta voix grinçante. Je ne l’ai jamais aimée ta voix. Nasale, haut perchée et fausse. Mais comme tout ce qui t’appartient, tu veux la croire belle et séduisante. J’ai obéi. Mon sac sur les genoux. Hier, ici même, on enterrait... [Lire la suite]
16 avril 2018

PolaroïdS " Le Clou "

  Tu te débats dans tes contradictions. Tu vis dans un cadre dont rien ne parvient vraiment à ébranler les fondations. Parfois, tu te fais peur. Tu suscites la crise pour qu’autour de toi, ça tangue un peu. La réaction te donne l’impression qu’il se passe quelque chose. Mais en réalité, rien ne se produit. Tu ne veux pas changer. Tu veux que tout demeure en l’état. Tu aurais trop à perdre si quelque pièce de l’ensemble était déplacée. La facilité, le confort, le sentiment d’avoir construit quelque chose de solide, le regard de... [Lire la suite]
03 avril 2018

PolaroïdS - " L'écorce abolie "

Se rendormir. Tâche impossible. Le corps cherche une position agréable, ne la trouve pas. L’esprit en profite pour se sauver. Il part loin de la chambre et de la chaleur du lit, s’évade dans la nuit, reprend le fil de la journée, y fait des accrocs. C’est insupportable. Comme le déclenchement d’un signal intérieur auquel je ne peux rien changer. Toujours quelque chose m’échappe. Je finis par me lever.  Au gré des nuits, la fatigue m’attendrit. Une part de moi cède. Comme lorsque les parents, las des assauts répétés de leur... [Lire la suite]
05 septembre 2017

L'Eté Jaune Carré - Deborah Levy Bertherat " Les livres photographiés - lecture de lectures"

L’un des phénomènes qui m’ont le plus surprise à mon arrivée dans le monde parallèle des réseaux sociaux, ce sont les photos de livres, une présence matérielle, visible de la lecture, dont je ne connaissais pas d’équivalent dans le monde réel. Par « photos de livres », je n’entends pas les trésors architecturaux des « incroyables bibliothèques », ni les effets graphiques d’étagères idéalement ordonnées, ni les empilements de livres verts en sapins de Noël, clichés souvent retouchés, stockables dans des banques d’images... [Lire la suite]
26 août 2017

L'Eté Jaune Carré - Jérôme Attal " Poésie "

J'étais comme une pieuvre tu saisEt je voulais vraimentQu'elle s'endorme au fond de mes brasDans les tréfonds de mes brasRien ne m'intéressait plus alorsQue mon destin de pieuvreil n’y avait plus d’existence aucunej’étais comme une pieuvre et la lumière ne m’atteignait même pasni celle du soleilNi celle de la surfacePas même celle des autresj’attendais ce moment où sa lumière à ellene m’atteindrait plus alors je nieraien la présence des autres que je me suis intéressé à elleune seconde je nieraije nierai l’amertume et le désirje... [Lire la suite]

24 août 2017

L'Ete Jaune Carré - Maryam Madjidi " les vacances "

Lorsque j’étais enfant et adolescente, je détestais ce mot : les vacances, cette période de l’année : les vacances, cette obsession de tous : les vacances.Pourquoi ? Parce qu’on ne partait pas en vacances, nous. Mon père travaillait sur les chantiers l’été parce que c’était la période de l’année où les gens refaisaient leur cuisine, la peinture de leur appartement, le carrelage de leur salle de bain. Mon père travaillait donc davantage en juillet et août et les vacances, il ne pouvait se permettre d’en prendre. Ma mère n’allait pas... [Lire la suite]
02 août 2017

L'été jaune carré - Cécile Balavoine "Pépère"

Sentiment d’impuissance : j’aurais voulu entreprendre ce récit il y a plusieurs mois, alors que pépère venait de disparaître et que la douleur, tellement envahissante, m’a conduite plusieurs fois à contempler des dizaines de petits cachets blancs et de capsules de couleur bleue étalés sur ma table de travail en espérant être capable de partir le rejoindre. C’est seulement aujourd’hui, tandis qu’un soleil agressif enchâsse Paris et l’écrase, que le temps m’est enfin donné de le faire. À l’époque où la douleur était insupportable... [Lire la suite]
27 décembre 2016

Si on esssayait - Le Petit Carré Jaune

Parce qu’il y a des années troubles, des années où les cœurs battent à l’unisson et se désagrègent en quelques secondes. Parce qu’il y a des années où les absents sont terriblement absents, loin, partis vers d’autres chemins et malgré la douleur de la séparation, ils sont toujours aussi présents. Il y a des années où tenir la, les mains d’autres sont des remparts à nos vides, nos doutes, nos peurs, nos incontrôlables incontrôlées. Voute étoilée qui réchauffe, resplendie et redonne croyance en nos possibles. Force qui devient rempart... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 16:15 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
23 octobre 2016

"La vie secrète du fonctionnaire" Arnaud Friedmann

  « On peut rentrer chez soi, prendre le temps d’une douche, le temps de ranger ses affaires. Passer un appel à son N+1 pour lui dire qu’on ne viendra pas cet après-midi ? Qu’on lui expliquera, oui. Demain. D’ailleurs, demain, on ne sait pas si on viendra non plus. Ça va, oui, plutôt bien, même. Il y a eu des grèves, mais ce n’est pas la raison. Ce n’est pas la raison puisqu’on est chez soi, à l’heure prévue. Allongée dans son lit, fenêtre ouverte, à se demander si on osera pour de bon, demain, après-demain, ne pas... [Lire la suite]