20 janvier 2019

Thomas Vinau - Lettre ouverte au cours naturel des choses

  « Il en faudra des pluies grises, des crachins persévérants, des orages obstinés et des déluges minuscules pour que le fleuve déborde, sorte de son lit et emporte la violence des berges qui l'enserrent avec lui. [...] Les berges resteront des berges, les barges resteront des barges, et la suffisance restera la suffisance. [...] C'est pour ça que je préfère tenter de construire un radeau de miettes plutôt que de m'évertuer de mettre le feu à l'eau sombre. Il y a des ouvrages immenses comme ça qui se bâtissent avec des... [Lire la suite]