15 septembre 2016

"Un garçon qui court" Mélanie Richoz

      « Tout ce que je vis aujourd’hui me sert pour demain. Happé par l’avenir, j’ai le devoir de l’écrire, d’en faire quelque chose, d’enquêter, de mettre du sens. De comprendre ? Tant que je ne l’ai pas écrit et qu’il n’a donc pas subi de transformation consciente qui fait que je ne peux plus penser comme avant, ça n’existe pas. C’est peut-être pour ça que je n’ai jamais raconté ce qui s’est passé entre nous.La raconter à qui,et comment,et pourquoi ?Qui peut entendre ?»  Je vais... [Lire la suite]

16 février 2016

"Le royaume des oiseaux" Marie Gaulis

“ Car la maison n’était pas que maison […] Elle était terre démesurée, innommable et sans repos, elle était rêve, elle était désespoir, et surtout cela qui fait que de très loin, parce qu’ils sont là où ils ont toujours été, on reconnait les lieux familiers […] “ Michèle Desbordes    Quelque part au fin fond d’une terre savoyarde, un lieu irréel et pourtant vrai. Un lieu fait de silence, de bois et de murmures d’oiseaux. Un lieu où tout n’est que vestiges, racines, une terre oubliée, souvenirs d’une étendue... [Lire la suite]
09 septembre 2015

"Les mille veuves" Damien Murith

« Elle est vague qui chargent, elle est rocher qui tranchent, elle est marée haute qui mouche dans le sable les larmes des milles veuves, elle est le grand large où un oiseau en sueur fuit la course noire des nuages, elle est vent, glace et furie, elle est la morsure cuisante de sel, le cri des hommes, trempés, gelés, clous de la chairs plantés dans le bois épuisé des bateaux, et quand la brume avec sa langue de dentelles lèche les falaises nues, la voici jalousie, elle gifle, griffe et crache des algues flasques comme les... [Lire la suite]
08 septembre 2015

"J'ai tué papa " Mélanie Richoz

  « Accroupi devant la machine, le mouvement m’hypnotise et m’apaise.La machine s’agite pour moi.Elle lave mes pensées, puis les essore.Mes mains sur les oreilles, je me balance et fredonne au rythme du tambour jusqu’à la fin du programme, indiquée par le clignotement du témoin lumineux. J’aimerai pouvoir faire comme elle,m’arrêter,stopper cette anxiété qui me donne le vertige où que je sois, quoi que je fasse. Tout le temps. Mais je n’y parviens pas.Mon cerveau est une terre en constante rotation, soumise aux forces de... [Lire la suite]
01 mai 2015

Marianne Brun "l'accident"

« Exister  qu’est ce que cela veut dire ? ça veut dire être dehors, sistere ex. Ce qui est à l’extérieur existe. Ce qui est à l’intérieur n’existe pas. C’est comme une force centrifuge qui pousserait vers le dehors tout ce qui remue en moi, images, rêveries, projets, fantasmes, désirs, obsessions. Ce qui n’ex-siste pas in-siste. Insiste pour exister. » Michel Tournier (Vendredi ou les limbes du Pacifique). « Christine, c’est pour les autres. Elle, elle veut qu’on l’appelle comme ça parce qu’elle dit que... [Lire la suite]
05 février 2015

"Les neiges de Damas " Aude SEIGNE

« J’ai beaucoup écrit sur ce voyage. Souvent, violemment, par agglomérats qui s’éparpillaient en mots fragmentés comme la poussière que je sortais des cartons. Je n’ai réussi à dire que des choses violentes et faciles, à n’écrire que ce qui va de soi quand on se sent proche d’une vérité et que les doigts accélèrent avec assurance sur le clavier de l’ordinateur. Je ne suis parvenue qu’à élargir mon exploration, toujours plus profonde et pourtant impénétrable. C’est comme si je cherchais frénétiquement une conclusion, un... [Lire la suite]

21 janvier 2015

"A l'abri des regards" Anne Frédérique ROCHAT

« J’ai trente-six ans aujourd’hui. C’est mon anniversaire. Mon anniversaire, comme on dit. Dans la rue, quelques sapins décharnés me regardent passer. Pour eux, la fête est terminée. Et pour moi ?Une odeur de pluie et de goudron mouillé me serre le cœur. Une nausée. Peut-être pas ça ? Pas le temps. Rien à voir avec le temps.Evidemment.Mardi cinq janvier.  Je regarde ma montre : sept heures trente du matin.Je ne suis pas encore née. Ma mère n’est pas encore décédée. Mon père a  toujours l’espoir que... [Lire la suite]
06 décembre 2014

" Frida " Mélanie CHAPPUIS

« Je t’aime trop.Et celui qui a dit qu’on n’aime jamais trop n’a jamais trop aimé. Sinon il saurait que ça fait mal, peur, que ça submerge, enveloppe, ronge, étouffe. Que ça empêche de faire le reste alors que, pourtant, il faut faire le reste pour que l’amour se régénère. Maintenant qu’elle n’est plus là avec sa souffrance. Maintenant qu’elle n’est vraiment plus là, et qu’il n’y a plus que nous deux, on va faire comment pour s’aimer comme des fous traqués ? Que va-t-on espérer lorsqu’on sera les deux dans le lit,... [Lire la suite]
13 octobre 2014

" Des baisers froids comme la lune" Mélanie CHAPPUIS

« Ce soir il prend Mona dans ses bras. Elle rit parce que Vincent lui recouvre le visage de sa grande main. J’aime voir ma fille rire dans ses bras. Je lui dis « on est bien dans les bras de Vincent, n’est ce pas mon amour ? » Vincent me sourit. Il ne m’a jamais prise dans ses bras. Il a compris que j’aimerais bien. »« Je veux avoir le pouvoir de l’abimer un peu. Juste un peu. Pour qu’elle voie ce que ça fait de ne pas tout avoir. Etre celui qui la fait souffrir. C’est mieux que d’être celui qui la... [Lire la suite]
07 octobre 2014

" Deux mois et demi " Mélanie CHAPPUIS

Il y a des romans qui amènent à des rencontres, des contacts, des amitiés livresques, des amitiés tout court. Il y a des romans et il y a Mélanie CHAPPUIS. Merci Mélanie pour ce texte inédit que tu m'as fait parvenir cet été. J'ai hésité à le publier. Hésité car il y a des territoires qui sont à jamais au fond de nous. Des territoires, des phrases, des mots, des nids.     Je ne suis plus ton nid, je suis ton tombeau. Ton âme est-elle venue puis repartie ? Jamais venue ? Ton cœur a-t-il cessé de battre ? Jamais battu... [Lire la suite]