13 novembre 2014

"La plus que vive " christian BOBIN

« Tu es la personne la plus saine que j'ai jamais vue. Tu as voulu ce que veulent toutes les femmes depuis le premier jour du monde, tu as voulu la liberté et l'amour, l'amour ouvert dans la liberté, la liberté exercée dans l'amour. C'est impossible ? Oui c'est impossible; et pourtant tu l'as vécu et tu n'as jamais renoncé à le vivre. Cela n'empêchait pas les blessures et les impasses. Même les femmes libres ne sont jamais tout à fait libres. Elles vivent toujours entre deux guerres »   Que vous dire de plus que je... [Lire la suite]

18 octobre 2014

"Petit éloge du sensible" Elisabeth BARILLE

« On peut parcourir le monde à la recherche de la sagesse, rencontrer toutes sortes de sages, suivre toutes sortes de stages, yoga ou méditation, cela ne sert pas à grand-chose tant qu’on n’a pas pris contact avec son guide intérieur. Nous avons tous le nôtre, discret, avisé, infaillible, encore faut-il lui offrir notre confiance, c’est d’ailleurs la seule chose qu’il exige de nous. Cela acquis, il ne nous trompe jamais.Ce guide, c’est le goût.S’en remettre à lui, c’est courir la chance de n’être jamais déçu.Même en... [Lire la suite]
28 septembre 2014

« Les fleurs d’hiver » - Angélique VILLENEUVE

« Il n'a tué ni sauvé personne, son mari, il est encore couvert de boue, de poux, de froid, de  bruit, de colique et de peur. La guerre a creusé et creuse encore en lui. Il est un creux immense, et Jeanne ignore s'il est possible de l'emplir. Si à eux deux ils en seront capables. Elle pense au grand gâchis des hommes. »  On disait que les romans de la Grande Guerre étaient passés de mode, une histoire de plus dans la pile littéraire. On disait tant de choses, on lisait tant de choses. Et puis comme un rappel,... [Lire la suite]
15 août 2014

"Sauf quand on les aime" Frédérique MARTIN

« Bientôt nous serons prêtesAvec nos ailes qui poussent en dedansA couvrir de ferveurTous les fruits du hasard.Tisha sent sa mémoire se déplier. Elle a une brève vision de ses mains en train de lisser des cassures. Une soie défroissée, pense-t-elle. Ce qui a été ne s'effacera pas, pourtant elle devine qu'elle ne reviendra pas ici sans repenser à cette union inattendue. Elle n'est ni seule, ni accompagnée, juste liée à des inconnus aussi vulnérables qu’elle, mais soudés entre eux précisément pour cette raison. Une phrase la... [Lire la suite]
23 juillet 2014

"La règle du changement" Claudine GALEA

" Ne pas préparer le voyage, ne pas lire, ne pas vouloir connaître, ne pas avoir d'imagination, ne pas savoir la langue. Quand on sait, on perd tout, on ne peut plus. Ne pas emporter de livres, ne pas prendre de notes. Laisser l'esprit dériver. Laisser venir les rêves. Je vais sur le pont Doumer, le dragon d'acier. Au milieu du pont, le bruit s'arrête. Seuls les vélos et les piétons ont ici accès. Tout en bas, le fleuve asséché, les bandes de sable et d'eau.Le temps s'agrandit, le temps devient un espace. Oublier est plus difficile,... [Lire la suite]
22 juin 2014

" Les faibles et les forts " Judith PERRIGNON

  « Il scintille le fleuve, surtout le soir quand les phares sont braqués sur lui, il prend des airs de majesté, mais il est poisseux, il n’est qu’eaux usées par les hommes, leurs bateaux, leurs usines, leurs maisons, leurs caniveaux, leurs chiottes. Leurs pensées, les plus sales sont dans le fleuve, il a tout absorbé. Si c’est un monstre, il s’est laissé domestiquer. S’il avale nos enfants, c’est qu’on lui a appris. »   Bon sang … ce roman… une claque ! Une claque et encore c’est peu tellement il a été... [Lire la suite]

25 mars 2014

"Rêve d'amour" Laurence TARDIEU

  « Ecrire, est-ce aimer ? Ecrire, est-ce chercher à être aimé ? Y-a-t-il une écriture possible sans amour. Y-a-t-il y un amour possible sans mots, sans verbe, sans langage ? Dire l’amour. Ecrire, l’amour. L’écrire provient ‘un désir, qui vient de très loin et s’éprouve au présent. Le désir crée l’écriture. Amour, écriture : le même abandon. Un mouvement de va et vient, un roulis, qui ne finit jamais et donne corps aux rêves, les entraînants toujours plus loin. Qu’y a-t-il tout là-bas, là où l’amour... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 18:22 - - Permalien [#]
Tags : , ,
11 mars 2014

"Nous étions une histoire" Olivia ELKAIM

  « J’avais fui. J’étais partie, en miettes, à Marseille. Au psychiatre, là-bas, j’avais dit ce que je n’étais parvenue à dire à personne, ici – ni à mes amis, ni même à Louis : l’envie de rien, le vide m’aspirant entière, paralysant mon corps, et surtout ces souvenirs qui, depuis la naissance de mon fils, revenaient par vagues. Ma grand-mère, ma mère, leur histoire. D’une main, je tendais au médecin trois photographies couleur sépia, maigres témoignages du passé. De l’autre, je cognais sur son bureau. Mes mots... [Lire la suite]
21 février 2014

"L'écriture et la vie " - Lettre à Laurence TARDIEU

Chère Laurence Tardieu   Voilà vous le savez, j’ai lu votre livre « L’écriture et la vie ». Certaines lectures demandent du temps. Un temps non pas parce que votre livre est un volume, un temps parce que les mots lus, vous touchent, vous emportent, vous ramènent à votre propre reflet, vos propres déviances. Il faut un temps pour les lire, s’en imprégner, s’y reconnaitre à chaque phrase, y laisser de soi, l’admettre, plonger, nager en eaux profondes, apercevoir la lumière, saisir la main amie qui vous la montre et... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 09:45 - - Permalien [#]
Tags : , ,
20 janvier 2014

"un jour par la forêt" - Marie SIZUN

Demain, dès l’aube…   Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne,Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m’attends.J’irai par la forêt, j’irai par la montagne.Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps. Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit. Je ne regarderai ni l’or du soir qui tombe,Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,Et quand j’arriverai, je... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 21:25 - - Permalien [#]
Tags : , , ,