16 mars 2017

" D'un coeur léger, carnet retrouvé du Dormeur du Val " Loïc Demey

  « Vincent, mon amour, nous avons toute la vie ! tu as murmuré lorsque je t'ai demandé en noces, au mois de juin dernier, tes joues rosées et ta bouche embrassant et respirant sa tendresse sur ma poitrine découverte.Tout le temps, toute la vie. Peut-être, je ne sais pas. J'ai appris que le temps fige les impatients, aussi que la vie, parfois, échappe aux plus sages. Tout le temps et toute la vie, je sais seulement que j'ai devant moi une muraille qui ne cesse de se dérober et toute une... [Lire la suite]

20 février 2017

" Chère brigande " Michèle Lesbre

Chère Michèle Lesbre, Chère Marion Du Faouët  Je ne sais comment commencer cette lettre, je ne sais comment vous adresser mon admiration face à votre écriture, à cette façon que vous avez de nous emmener dans vos mots, cette mélancolie que vous savez si bien écrire, ces hivers que vous nous faites traverser et qui sont des vrais silences dans lesquels j’aime me retrouver. Votre écriture a le don de m’amener à traverser des chemins logeant La Loire (Chemins), à m’asseoir sur des plages aux sables imparfaits (Sur... [Lire la suite]
18 décembre 2016

Souvenirs 2016... Le carré jaune - 2ème trimestre

Ah ce deuxième trimestre, un vrai marathon des livres avec la mise en place des 68 premières fois, ces primo-romanciers qui m’ont emmené loin, dans des lectures incroyables. Il fut un vrai plaisir de découvertes, de lectures incroyables aussi bien en bande dessinées qu’en roman ou poésie. J’ai foulé les montagnes chamaniques, côtoyé des ombres et des lumières, des peuples oppressés. Et puis il y a eu ces rencontres, ces visages, ces sourires et rires échangés à Châteauroux, cette envolée qui restera un moment de renaissance, un vrai... [Lire la suite]
28 novembre 2016

" Une chambre à écrire " expérience littéraire imaginée et mise en oeuvre par Sophie Robin

    Tout à commencer par un article sur un site que j’ai lu un peu par hasard. Un hasard qui comme on le sait n’existe peut-être pas finalement.A peine avais-je entamé ma lecture que je fus captivée par le projet, l’expérience urbaine,  cette déambulation pas banale, cartographiée et imposée de Bordeaux. Moi qui n’aimais pas cette ville pour des raisons remontant à un autre temps, un temps personnel, un temps d’introspection où mes pas m’avaient amené à me perdre dans cette cité bordelaise encore noircie par les... [Lire la suite]
15 septembre 2016

"Un garçon qui court" Mélanie Richoz

      « Tout ce que je vis aujourd’hui me sert pour demain. Happé par l’avenir, j’ai le devoir de l’écrire, d’en faire quelque chose, d’enquêter, de mettre du sens. De comprendre ? Tant que je ne l’ai pas écrit et qu’il n’a donc pas subi de transformation consciente qui fait que je ne peux plus penser comme avant, ça n’existe pas. C’est peut-être pour ça que je n’ai jamais raconté ce qui s’est passé entre nous.La raconter à qui,et comment,et pourquoi ?Qui peut entendre ?»  Je vais... [Lire la suite]
09 mai 2016

" Marguerite n'aime pas ses fesses" Erwan Larher

  « Marguerite n’aime pas ses fesses » ! Tiens donc… Pauvre Margot comme aurait souligné, de son ton caustique et narquois, Brassens en dégrafant son corsage. Soit ! C’est vrai qu’elles sont plates, que son cul n’est pas rebondi (ou du moins pas suffisamment aux yeux de ses copines et des siens), relevé, attirant, qu’elle n’a rien pour le mettre en valeur, pas de string ou de petite culotte en dentelle... (Marguerite, c’est le coton qu’elle aime, la tendresse, le confort, la relation durable et sincère.) Bref... [Lire la suite]

02 mai 2016

" Les gens heureux n'ont pas d'histoire " Eloïse Lièvre

« J’ai toujours aimé le dispositif de la mise en abyme. J’ai toujours eu une très consciente coquetterie à orthographier correctement y, plutôt que i, qui déploie sa propre beauté, pour bien marquer la différence entre le procédé artistique d’incrustation en écho et la concrète profondeur souterraine. Pourtant, la naissance de ce goût particulier de la mise en abyme a pu je crois coïncider avec des époques où j’avais moi-même la sensation impuissante de m’abîmer. La coquille bivalve de la forme chapeautée de ce mot ainsi s’ouvre... [Lire la suite]
09 avril 2016

"L'abécédaire des émotions" Madalena Moniz

  «  A AudacieuxE EmuF FortI InvisibleJ JoyeuxL LégerM MinusculeO OriginalQ Quelqu’unU UniqueV VulnérableW Wahoo  Et toi comment te sens tu ? »   J’aimerai vous parler d’un livre qui fait sourire indéfiniment, rire, sentir le cœur battre un peu plus vite parce que doux miroir, esclaffer parce ce quand vous regardez par dessus de vos lunettes vous entre-apercevez deux petites mains qui se tendent vers vous pour vous voler, vous tendre cet album illustré. J’aimerai vous parler d’un abécédaire qui est... [Lire la suite]
05 avril 2016

" Ma fugue chez moi " Coline Pierré

«  Mardi 19 décembre 14h46 Les rayons du soleil ont fait évaporer mon spleen. J’ai repris mon rythme et mes activités quotidiennes : la lecture, le banjo, le dessin. Je suis ici depuis près d’une semaine, je ne suis pas sortie de la maison, pourtant il me semble avoir vécu davantage qu’en un mois au collège. Peu importe où on se trouve, ce qui rend la vie palpitante, c’est ce qui se passe dans notre tête. Tout peut devenir une aventure, même l’immobilité et la solitude. »   « Ma fugue chez moi ».... [Lire la suite]
04 avril 2016

" Je Tu Nous Aime" Albane Gellé

  « il lui a dit je t’aime avec tellement de conviction, elle, dans un premier temps, en a oublié de partir en courant. »« elledonc, n’en a pas fini avec ses ils, comme un millier de deuils à faire en même temps, et pour quelques-uns, les dents serrés, elle résiste. »  Comment vous parler des œuvres poétiques d’Albane Gellé. Un mot : sublime. Poésie rare, silencieuse et vivante. Furieusement vivante. Tendrement vrai.   Loin des  grands clichés, Albane écrit dans « je te... [Lire la suite]