07 mars 2019

Gaëlle Josse - Une femme en contre-jour

« Je suis  comme Vivian Maier, fascinée, obsédée par les visages. Par ce qui s’y lit, ce qui s’y dérobe. Approcher un parcours de vie, un chemin, une histoire. Approcher le grain de peau, le battement du cœur, du sang, le souffle, la sincérité d’une expression, le surgissement d’une émotion, suivre le tracé d’une ride, d’un frémissement des lèvres, d’un battement de paupières. Saisir les conflits intérieurs qui s‘y jouent, les passions qui y brûlent, les douleurs qui affleurent, entendre les mots qui ne seront pas dits.... [Lire la suite]

07 décembre 2018

Tiffany Tavernier - Roissy

  « Ici, je suis en sécurité. Personne ne peut me trouver, pas même ce type croisé devant les portes du Rio. Qui à la surface, pourrait imaginer que des hommes ont choisi de vivre à plus de huit mètres  sous terre dans des galeries souterraines ? Boyaux qui se déploient sur des dizaines et des dizaines de kilomètres sous l’aéroport. »  Elle erre. D’un terminal en un autre terminal, d’une zone d’attente à une zone d’embarquement, d’un sas à un autre. Seule. Seule parmi les autres, parmi tant d’autres.... [Lire la suite]
24 novembre 2018

Frédérique Germanaud - Journal pauvre

  « C’est un grand bouleversement que d’abandonner un travail alimentaire, des horaires, un salaire, des collègues. C’est aussi lâcher cette peur qui rend, depuis plusieurs années, chaque matin difficile, chaque journée un espace hostile à traverser. Ma vie, mon temps m’appartiennent, pour la première fois. Je ne sais pas si je suis heureuse. […] Le juste terme est peut-être celui de la langueur. Je suis prête à accueillir cet état. Disposée aux creux, chemins de traverse ou taillis qui se trouveront sur ma route. De cette... [Lire la suite]
16 novembre 2018

Ilo de Franceschi - Ecrivez-moi, Madeleine

  « Chère Madeleine Allain On m’a remis votre lettre ce matin comme je rentrais d’une courte tournée de reconnaissance du côté de Timghis.Vous ne connaissez pas la saveur du goût de cendre de ces retours à un endroit où il n’y a rien pour vous attendre que des souvenirs, et des velléités d’oubli. Cette fois-ci, il y avait quand même vous qui m’attendiez, et avec vous la douceur contenue d’un élan qui m’a touché aux larmes. » Légionnaire dans le régiment étranger de cavalerie en 1939, Ilo de Franceschi parcourt le... [Lire la suite]
05 novembre 2018

Michèle Audin - Oublier Clémence

  « Clémence Jante est née le 2 septembre 1879 à Tournus (Saône et Loire). Sa mère était couturière et son père tailleur de pierres. Elle était ouvrière en soie. Elle s’est mariée le 27 février 1897 à Lyon (5ème arrondissement) et a donné naissance à deux enfants, Antoire (29 août 1987 – 14 septembre 1987) et Louis (13 février 1900 – 23 juin 1977). Elle est morte à Lyon (2ème arrondissement) le 15 janvier 1901). »  Clémence. Un prénom. Un simple prénom. Clémence Jante. Un nom, puis une date de naissance, un... [Lire la suite]
29 octobre 2018

Delphine Roux - QU Lan [Kokoro]

  «  [onwa, tempéré]  Ma sœur et ma grand-mère se ressemblent. La même cambrure du corps quand elles regardent la mer, le même sourire discret.Grand-Mère se laisse aller au gré des jours que nous passons sans autre projet que de profiter du sable, de l’eau, de la forêt, des jappements du petit chien roux de Mitsu.Tout me semble irréel et ancré à la fois.Je nage au loin, me réchauffe les os, bercé par le cri régulier des mouettes. Le plus souvent je suis silencieux. Parfois je cours dans les vagues avec les petites,... [Lire la suite]

23 octobre 2018

Jacques Gamblin et Thomas Coville "Je parle à un homme qui ne tient pas en place"

  « Je ne sais pas ce que je suis moi non plus à ce moment : un ami récent, un ami long, un ami au long cours, un messager des nouvelles de la terre, un miroir sans tain, une ombre sur ton sol, un … Type descendu du ciel qui a violé ta traversée,  qui en sait trop, un … Type que tu n’a pas envie de voir, de voir maintenant, jamais. […]Tu m’as vu, tu m’as reconnu, m’as étreint à mon tour, comme une excuse de ne pouvoir faire autrement. Nous avons étreint nos étreintes, virilement, pour étrangler, étouffer les... [Lire la suite]
19 octobre 2018

Catherine Voyer Léger - Prendre corps

  « FLANCMon corps : un corps creux. Mon dos seul subsiste, surface flottaison. Mon corps : un canot.  L’air comme rabot qui tente d’éliminer une douleur qui persiste ; d’éradiquer l’abandon qui me moisit au flanc. Creuse encore, douleur persistante. Creuse au risque de se fendre. Mon corps est flottant. Pour l’instant. »  Prendre corps, devenir non plus objet mais âme, l’âme du corps qui se présente devant un miroir, reflet de son identité. Prendre corps et constituer la matérialité de... [Lire la suite]
15 octobre 2018

Marcelline Roux - Vita Nova Solo

  « 139 / Commencer la liste des choses dont j’ai envie : danser, apprendre l’anglais, voir le Japon, lire et lire encore, écrire et écrire encore, méditer, contempler, vivre quelques jours dans une cabane, inventer des soirées parlottes avec des amis, revoir et revoir encore l’Europe du Nord, apprendre à parler allemand, planter des fleurs, regarder tortues et hérissons gambader jour et nuit, écouter et écouter encore les songwriters masculins, chanter à tue-tête, marcher en forêt, en bord de fleuve, dans les... [Lire la suite]
20 septembre 2018

Coline Pierré "Eloge des fins heureuses"

  « Comme elle (Audour Ava Olasdotir), j’écris pour tenter de réparer le monde lorsqu’il perd son sens, et pour mettre la pagaille quand tout est trop propre et trop aligné. J’écris par mégalomanie, pour devenir présidente de l’univers. J’écris de la fiction pour créer le monde qui me manque, pour inventer une autre réalité possible, pour réécrire le passé et projeter le futur, pour fuir et pour plonger les mains dans le cambouis. J’écris pour qu’il y ait un endroit au moins où je me sente à ma place. […] J’écris... [Lire la suite]