18 janvier 2019

Haym Zaytoum - Vigile

  « La mort est comme un diable qui susurre à l’oreille que c’est déjà trop tard, que tu m’as quittée désormais, que je ne vais pas y arriver désormais, que je ne vais pas y arriver. Je lui fais face avec mon corps qui tremble à n’en plus pouvoir, avec ces gestes que j’ai appris comme une prière à laquelle s’accrocher.[…]Je suis une machine à oxygène. Le temps ne compte plus.».    Dans la nuit noire, absolue, silencieuse, la violence éclate. Un déchirement intime comme un drap qui se découpe en deux d’un seul... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 07:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

12 janvier 2019

Laurence Tardieu - Nous aurons été vivants

  « Elle aimerait parfois saisir le temps, l’attraper comme elle attraperait un poisson, pour le tenir entre les mains, le soupeser, le malaxer, éprouver la matière, son épaisseur, comprendre un peu de quoi il est fait, ce temps qui nous obsède, qui régit nos vies. Oui elle aimerait, une fois au moins dans son existence, le dominer. Mais, en fin de compte, on en parle en permanence et il reste une abstraction, […] à se demander si le temps existe réellement, s’il n’est pas une invention de l’être humain, une invention de... [Lire la suite]
06 janvier 2019

Joseph Ponthus - A la ligne

 « En entrant à l’usineBien sûr j’imaginaisL’odeurLe froidLe transport de charges lourdesLa pénibilitéLes conditions de travailLa chaîneL’esclavage moderne  Je n’y allais pas pour faire un reportageEncore moins préparer la révolutionNonL’usine c’est pour les sousUn boulot alimentaireComme on dit »   Comment parler d’un roman qui m’a laissé un goût de beauté noire, de révolte et à la fois un sourire, un humour, une infinie tendresse et poésie. Une vie à la traine, d’une vie à la marge de la société, à la marge de... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 11:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
03 janvier 2019

Elsa Flageul - A nous regarder, ils s'habitueront

  « L’espace d’un instant, juste après l’accouchement, Alice a oublié que le bébé était né trop tôt, qu’il était trop petit, que ses organes ne fonctionnaient pas normalement, qu’il n’était pas mûr comme on le dit d’un fruit. L’espace de cet instant elle a eu l’impression d’être la femme la plus puissante du monde : donc elle avait réussi l’impossible, donner vie à cet enfant, inverser la courbe du temps. […] Il y a eu un moment de flottement, le monde entier semblait s’être tu, tout du moins chuchoter, le monde entier... [Lire la suite]
26 décembre 2018

Ma bib à lire 2018

  Une année 2018 riche en lectures et en découvertes, en petites pépites et coups de cœur, coups de poing. Une année qui m’a remuée, sensibilisée, interpellée et juste pour cela … je me dis que la littérature est ce puissant vivier qui nous interroge, nous secoue et nous fait sortir de nos sentiers, de nos chemins bien balisés, nous heurte, secoue pour nous nous faire avancer. (Dans cette liste purement exhaustive manque le sublime roman de Gaëlle Josse - une folle impatience - pour lequel je n'ai jamais réussi à écrire un mot... [Lire la suite]
07 décembre 2018

Tiffany Tavernier - Roissy

  « Ici, je suis en sécurité. Personne ne peut me trouver, pas même ce type croisé devant les portes du Rio. Qui à la surface, pourrait imaginer que des hommes ont choisi de vivre à plus de huit mètres  sous terre dans des galeries souterraines ? Boyaux qui se déploient sur des dizaines et des dizaines de kilomètres sous l’aéroport. »  Elle erre. D’un terminal en un autre terminal, d’une zone d’attente à une zone d’embarquement, d’un sas à un autre. Seule. Seule parmi les autres, parmi tant d’autres.... [Lire la suite]

24 novembre 2018

Frédérique Germanaud - Journal pauvre

  « C’est un grand bouleversement que d’abandonner un travail alimentaire, des horaires, un salaire, des collègues. C’est aussi lâcher cette peur qui rend, depuis plusieurs années, chaque matin difficile, chaque journée un espace hostile à traverser. Ma vie, mon temps m’appartiennent, pour la première fois. Je ne sais pas si je suis heureuse. […] Le juste terme est peut-être celui de la langueur. Je suis prête à accueillir cet état. Disposée aux creux, chemins de traverse ou taillis qui se trouveront sur ma route. De cette... [Lire la suite]
16 novembre 2018

Ilo de Franceschi - Ecrivez-moi, Madeleine

  « Chère Madeleine Allain On m’a remis votre lettre ce matin comme je rentrais d’une courte tournée de reconnaissance du côté de Timghis.Vous ne connaissez pas la saveur du goût de cendre de ces retours à un endroit où il n’y a rien pour vous attendre que des souvenirs, et des velléités d’oubli. Cette fois-ci, il y avait quand même vous qui m’attendiez, et avec vous la douceur contenue d’un élan qui m’a touché aux larmes. » Légionnaire dans le régiment étranger de cavalerie en 1939, Ilo de Franceschi parcourt le... [Lire la suite]
05 novembre 2018

Michèle Audin - Oublier Clémence

  « Clémence Jante est née le 2 septembre 1879 à Tournus (Saône et Loire). Sa mère était couturière et son père tailleur de pierres. Elle était ouvrière en soie. Elle s’est mariée le 27 février 1897 à Lyon (5ème arrondissement) et a donné naissance à deux enfants, Antoire (29 août 1987 – 14 septembre 1987) et Louis (13 février 1900 – 23 juin 1977). Elle est morte à Lyon (2ème arrondissement) le 15 janvier 1901). »  Clémence. Un prénom. Un simple prénom. Clémence Jante. Un nom, puis une date de naissance, un... [Lire la suite]
29 octobre 2018

Delphine Roux - QU Lan [Kokoro]

  «  [onwa, tempéré]  Ma sœur et ma grand-mère se ressemblent. La même cambrure du corps quand elles regardent la mer, le même sourire discret.Grand-Mère se laisse aller au gré des jours que nous passons sans autre projet que de profiter du sable, de l’eau, de la forêt, des jappements du petit chien roux de Mitsu.Tout me semble irréel et ancré à la fois.Je nage au loin, me réchauffe les os, bercé par le cri régulier des mouettes. Le plus souvent je suis silencieux. Parfois je cours dans les vagues avec les petites,... [Lire la suite]