03 septembre 2018

Nathalie Yot - Le nord du monde

  « Le Nord vraiment. L’élan devient quête. Avec des bris de verre dans les yeux. Foncer. Il n’y a que ça. Eblouie par ma fuite, je souris. Je n’arrête pas de sourire, je sais que je vais grandir, me lever, décoller. Je suis sur ma base de lancement. Un point de départ comme on dit. Et les départs, faut pas les rater. Pas rater, pas rater, pas rater. Je suis tendue, droite, saisie comme un steak. Avec le sang. Le sang carburant. Non je ne vacillerai pas. Je souris à mon ventre caressé par le chaud du café et l’éclatement... [Lire la suite]

06 mai 2018

Jean François Pocentek "Gens du Huit Mai"

« J’aime la pluie, et j’aime marcher. Je suis venu tôt un matin, marcher ici. Vous dormiez tous encore. Je ne dirai pas que je vous ai vu. C’est mon secret. Il en faut dans un carnet intime, même le carnet des autres.Et puis, il me fallait marcher pour rencontrer ceux qui n’aiment pas être pris dans les intérieurs. »  Place du Huit Mai, le bloc Havret, quelque part entre ici et un ailleurs, un nord parisien et un nord de «  j’chui ichi ». Des parpaings, des tours, des rues qui serpentent entre des immeubles... [Lire la suite]
15 mars 2018

" Assommons les poètes " Sophie G.Lucas

  « – Devinez ce que fait Sophie ? Un métier pas comme les autres.– Astronaute !– Magicienne !– Des ménages !– …– Qu’est-ce que vous apprenez par cœur à l’école ? – Je sais !…. Elle est poésienne ! (Des amies et les enfants des amies…) »    « Et à part écrire, vous faites quoi dans la vie ? » On le sait tous « les poètes, ça ne fiche pas grand-chose ». Ils vous racontent les heures qu’ils passent à tenter de trouver la rime, à ponctuer la bonne virgule qui accompagnerait la bourrasque de... [Lire la suite]
26 février 2018

La ballade silencieuse de Jackson C. Franck - Thomas Giraud

 « Dans cinquante ans, quand l’histoire n’aura laissé de ces années que de blocs de quatre ou cinq années, quand l’urgence de la nouveauté n’aura plus de sens, on l’écoutera différemment. On entendra la souffrance pudique, la dignité des détails précieux de cette mélancolie sans outrance et l’application émouvante à vouloir bien-faire. Bien faire voulait dire pour lui Une brise fine, une légèreté appliquée, le contrôle sur à peu près tout. Ça aussi on l’entendra, avec le temps, et on comprendra ce qu’il y a de beau dans... [Lire la suite]
15 octobre 2016

"Elisée avant les ruisseaux et les montagnes" Thomas Giraud

J’ai longtemps cru qu’Elisée ne pouvait être qu’un prénom féminin, que celle qui le portait, ressemblait comme deux gouttes d’eau à ce prénom second que je porte. Elisée comme Elise, sœurs de mots, de marches, de cailloux amassés et gardés soigneusement dans mes poches. Elisée, comme une source d’eau douce, un filet qui coule de la montagne vers la mer, de l’amont vers l’aval, un torrent à la fois impétueux, fort, doux, naissant.  Dans  « Elisée avant les ruisseaux et les montagnes » de Thomas Giraud, Elisée est... [Lire la suite]