9782373680348

On connait Robert Doisneau pour ses photos portrait d’un Paris des années d’après-guerre, son baiser de l’Hôtel de Ville, les poulbots titis parisiens qui glissent sur les terrains encore vagues à la sortie de l’école. Un Paris qui revit, se reconstruit, renait après les souffrances guerrières, les années d’occupation.
 Mais on a oublié le Doisneau de la banlieue, ce lieu de prédilection qu’il aimait photographier, lire, regarder. Cette banlieue qui représentait le Paris populaire, prolétaire, qui était la jeune garde des futures années glorieuses.

C’est ce regard que nous donne à voir « La banlieue en couleur ». Ce regard à la fois mélancolique d’une vie qui n’existe plus, et d’une tendresse folle pour ce qui vient. Un instant entre hier et demain, dans les traces d’un Doisneau qui regarde au jour le jour la banlieue devenir.  

Un exercice d’art plastique, une vision de l’architecture, de ses terre-pleins qui camouflent une vision, des bancs en béton qui remplacent le bois, l’uniformité des installations et des bâtiments, couleurs rehaussées comme une justification de redonner vie à un endroit banalisé, délaissé, un bout d’espace public qui à peine sorti de terre semble déjà s’essouffler.

 

doisneau-44

 

Les cages à lapins, les banlieues dortoirs, les zonards qui descendent sur la ville. Et toujours les fenêtres qui s’ouvrent sur un monde, un immeuble qui surgit d’une forêt, les façades en briques qui se distinguent derrière les barres de béton. Bleu, gris, rouge, jaune contre la luxure de la grande ville au loin et de ses feux qui éclairent le monde.

doisneau-20

 

Ce beau et triste à la fois. Ce beau et triste à la fois que l’on ne regarde plus, que l’on observe sous le prisme de la peur, des doutes et des clichés offert en pâture, comme si derrière ces murs, la vie n’était pas, comme si dans les friches d’hier la vie ne renaissait pas.

doisneau-49

 

Un Doisneau qui explore un monde, fixe son objectif au format 6x7 sur ces détails insignifiants qui nous font détourner le regard, la vie, la mélancolie, l’absurde mais surtout la tendresse d’un homme qui n’a jamais autant aimé la Banlieue que sous ce regard en couleurs.

  

La banlieue en couleur 
Robert Doisneau (Texte de Claude Eveno)
Photographies issues de la Mission photographique de La Datar
Editions La Découverte 

 

La Banlieue en couleur - Robert Doisneau