29 mars 2014

"Maculée conception" Mélanie CHAPPUIS

 " Mon enfant adoré, mon enfant, mon trésor qui meurt là-haut face à leur haine que tu voulais leur amour, mon enfant, mon pauvre amour, oh ! j'espère que tu ne vois que ceux qui t'aiment , qui te suivent et poursuivront ton oeuvre, regarde ils sont là aussi, ne regarde qu'eux, mon enfant pourquoi faut-il que tu souffres autant ? Mon Dieu, pourquoi l'abandonnes-tu ? Pourquoi leur sacrifies-tu ton fils ? Pour leur montrer à quel point tu les aimes ? Mon dieu, es-tu sûr qu'ils comprennent ? Mon Dieu, ce n'est pas nécessaire,... [Lire la suite]

25 mars 2014

"Rêve d'amour" Laurence TARDIEU

  « Ecrire, est-ce aimer ? Ecrire, est-ce chercher à être aimé ? Y-a-t-il une écriture possible sans amour. Y-a-t-il y un amour possible sans mots, sans verbe, sans langage ? Dire l’amour. Ecrire, l’amour. L’écrire provient ‘un désir, qui vient de très loin et s’éprouve au présent. Le désir crée l’écriture. Amour, écriture : le même abandon. Un mouvement de va et vient, un roulis, qui ne finit jamais et donne corps aux rêves, les entraînants toujours plus loin. Qu’y a-t-il tout là-bas, là où l’amour... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 18:22 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,
17 mars 2014

"La blancheur qu'on croyait éternelle" Virginie CARTON

« On porte en soi des images de films, des chansons qui surgissent à des moments inattendus de nos vies, qui font de nous quelqu'un ayant appartenu à une époque. Il nous reste des empreintes de ces histoires qui nous ont marqués, de ce temps où nos vies étaient vierges et où l'on croyait la blancheur éternelle. On voulait que notre vie ressemble à ce moment là, à ce plan parfait. Parfois, elle y ressemble un peu. On est heureux »   Il y a des romans qui sont des madeleines que l’on trempe avec délice dans une... [Lire la suite]
13 mars 2014

" La Mer " Yôko OGAWA

 " La vieille maison dont le toit de tuiles oranges et la cheminée servaient de points de repère, donnait sur un chemin de campagne se faufilant entre les potagers et les vergers. Il n'y a pas d'autres locataires, on lui avait attribué les deux pièces situées à l'étage. Par la fenêtre donnant au Sud, il voyait les pruniers s'étendre à perte de vue au-delà du canal d'irrigation. " Extrait du camion de poussins A certains moments, vous avez besoin de faire un break, une pause, de vous écarter des chemins habituels et de... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 19:35 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
11 mars 2014

"Nous étions une histoire" Olivia ELKAIM

  « J’avais fui. J’étais partie, en miettes, à Marseille. Au psychiatre, là-bas, j’avais dit ce que je n’étais parvenue à dire à personne, ici – ni à mes amis, ni même à Louis : l’envie de rien, le vide m’aspirant entière, paralysant mon corps, et surtout ces souvenirs qui, depuis la naissance de mon fils, revenaient par vagues. Ma grand-mère, ma mère, leur histoire. D’une main, je tendais au médecin trois photographies couleur sépia, maigres témoignages du passé. De l’autre, je cognais sur son bureau. Mes mots... [Lire la suite]
09 mars 2014

" La nuit à rebours " Zoé VALDES

  « Je me traînai en silence, tâchai de l’attendre en rampant entre les jambes des curieux. J’y parvins enfin, la saisis par la poignée en la caressant. Sitôt debout, je filai tant bien que mal jusqu’à la porte de la maison en serrant ce trésor dans mon poing. Je touchai au but et la posai sous le linteau de la porte entrouverte. Personne ne se rendait compte que c’était moi qui avait gagné. Gagné quoi ? Seulement l’illusion d’entrevoir, comme une réalité lointaine, l’ambition de quitter ce malheureux... [Lire la suite]

01 mars 2014

"Rester sage" Arnaud DUDEK

Une dizaine d’années plus tard, quand Martin analysera à froid sa haine des touristes et ses choix professionnels incongrus, quand, vissé à une copie de fauteuil Louis XV, dans une pièce qui empeste l’encens et les remords, sous le regard bienveillant d’ne autre thérapeute d’âge indéterminé, il tentera de comprendre pourquoi son licenciement l’a anéanti, pourquoi il a eu le sentiment qu’on tuait une seconde foi sa mère en le mettant sur la touche (rien que ça), il comprendra que même si tous les monsieur Démonté du monde ne... [Lire la suite]
19 février 2014

"Rumeurs " Louise Anne BOUCHARD

"Chaque fois que quelqu'un s'en va, j'ai l'impression que la planète n'est plus qu'un grand silence. Je vois des voitures rouler, des enfant rire, le vent soulever des feuilles, des couples se disputer sur des quais de gare, mais je n'entends rien. Ce silence dure quelques minutes, parfois plusieurs jours. Je sais bien que je pleure mais je ne veux pas découvrir ce chagrin ni son vacarme. Là, je pleure plus."   " Alma, que feras-tu de ton coeur ? Et moi où ai je égaré le mien ?"   Tout commence par des rumeurs...... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 11:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
09 février 2014

"Les éphémérides" - Stéphanie HOCHET

  "Et puis, il y eut l'Annonce. La plus grande menace des dernières décennies proférée contre l'Occident, celle avec laquelle tout le monde était censé vivre, le premier enjeu métaphysique qui ne serait pas un choix mais un enfer déposé sur terre que chacun devait aménager à sa façon."   Lire Stéphanie HOCHET, ce n'est pas lire n'importe quel auteur. Je ne m'y attendais pas ! Ou du moins pas à me mettre dans cet état, à me rendre amnésique, à me prendre une claque d'une façon aussi magistrale.Moi qui désirais... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 09:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
28 janvier 2014

"Partition singulière" - Christelle RAVEY

    « L’enfance n’est qu’un envol de farine sur la toile cirée du goûter, à peine un souffle de vent dans les rideaux de mousseline , et ce soir, à la lisière des forêts que dessine la lune pleine, apparait une ombre tendre, un visage soudain plus proche, au sourire bienveillant. » J’ai commencé ce roman un soir de fatigue, un soir de fin de semaine d’un mois de janvier humide… Et pourtant il avait bien commencé ce mois. Il avait été chouette, ponctué d’imprévus, de magnifiques rencontres et petits riens, de... [Lire la suite]