26 août 2014

"Inconnu à cette adresse " Kressman TAYLOR

« Cher vieux Max,   Tu as certainement entendu parler de ce qui se passe ici, et je suppose que cela t’intéresse de savoir comment nous vivons les événements de l’intérieur. Franchement, Max, je crois qu’à nombre d’égards Hitler est bon pour l’Allemagne, mais je n’en suis pas sûr. Maintenant, c’est lui qui, de fait, est le chef du gouvernement. Je doute que Hinderburg lui-même puisse le déloger du fait qu’on l’a obligé à le placer au pouvoir. L’homme électrise littéralement les foules ; il possède une force que... [Lire la suite]

15 août 2014

"Sauf quand on les aime" Frédérique MARTIN

« Bientôt nous serons prêtesAvec nos ailes qui poussent en dedansA couvrir de ferveurTous les fruits du hasard.Tisha sent sa mémoire se déplier. Elle a une brève vision de ses mains en train de lisser des cassures. Une soie défroissée, pense-t-elle. Ce qui a été ne s'effacera pas, pourtant elle devine qu'elle ne reviendra pas ici sans repenser à cette union inattendue. Elle n'est ni seule, ni accompagnée, juste liée à des inconnus aussi vulnérables qu’elle, mais soudés entre eux précisément pour cette raison. Une phrase la... [Lire la suite]
22 juin 2014

" Les faibles et les forts " Judith PERRIGNON

  « Il scintille le fleuve, surtout le soir quand les phares sont braqués sur lui, il prend des airs de majesté, mais il est poisseux, il n’est qu’eaux usées par les hommes, leurs bateaux, leurs usines, leurs maisons, leurs caniveaux, leurs chiottes. Leurs pensées, les plus sales sont dans le fleuve, il a tout absorbé. Si c’est un monstre, il s’est laissé domestiquer. S’il avale nos enfants, c’est qu’on lui a appris. »   Bon sang … ce roman… une claque ! Une claque et encore c’est peu tellement il a été... [Lire la suite]
16 juin 2014

" La belle image " Arnaud RYKNER

« Si je fais ce livre, ce sera contre mes amis mêmes. Contre ceux tout au moins qui voudraient m’imposer une certaine image de moi, une belle image, qui me réclament une certaine sagesse, une certaine mesure, ceux qui m’ont connu ainsi qui me veulent ainsi, propre, lisse, brillant, qui m’aiment ainsi et qui ne m’aimeront pas autrement. Ceux qui ne savent rien de moi, de l’ombre que je suis – votre ombre ? – de ma vraie voix – votre voix ? »   Encore une fois l’écriture d’Arnaud Rykner m’a subjuguée. Et... [Lire la suite]
05 juin 2014

"Les heures souterraines" Delphine de VIGAN

    « Il ne s’était rien passé. Rien de grave. Il lui avait fallu plusieurs semaines pour revenir à cette scène, se la remémorer dans son intégralité, se rendre compte à quel point chaque détail restait présent à sa mémoire, les mains de l’homme, cette mèche de cheveux qui barrait son front lorsqu’il se penchait, le visage de Jacques, ce qui avait été dit, ce qui était resté dans le silence, les dernières minutes de la réunion, la manière dont il avait ramassé ses affaires, sans empressement. Jacques avait quitté... [Lire la suite]
25 avril 2014

"Le restaurant de l'amour retrouvé" OGAWA Ito

Normal 0 21 MicrosoftInternetExplorer4 /* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name:"Tableau Normal"; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-parent:""; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin:0cm; mso-para-margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family:"Times New Roman";} " L'être humain ne peut pas avoir le cœur pur en permanence. Chacun recèle en lui une eau boueuse, plus ou... [Lire la suite]

29 mars 2014

"Maculée conception" Mélanie CHAPPUIS

 " Mon enfant adoré, mon enfant, mon trésor qui meurt là-haut face à leur haine que tu voulais leur amour, mon enfant, mon pauvre amour, oh ! j'espère que tu ne vois que ceux qui t'aiment , qui te suivent et poursuivront ton oeuvre, regarde ils sont là aussi, ne regarde qu'eux, mon enfant pourquoi faut-il que tu souffres autant ? Mon Dieu, pourquoi l'abandonnes-tu ? Pourquoi leur sacrifies-tu ton fils ? Pour leur montrer à quel point tu les aimes ? Mon dieu, es-tu sûr qu'ils comprennent ? Mon Dieu, ce n'est pas nécessaire,... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 09:29 - - Permalien [#]
Tags : , ,
25 mars 2014

"Rêve d'amour" Laurence TARDIEU

  « Ecrire, est-ce aimer ? Ecrire, est-ce chercher à être aimé ? Y-a-t-il une écriture possible sans amour. Y-a-t-il y un amour possible sans mots, sans verbe, sans langage ? Dire l’amour. Ecrire, l’amour. L’écrire provient ‘un désir, qui vient de très loin et s’éprouve au présent. Le désir crée l’écriture. Amour, écriture : le même abandon. Un mouvement de va et vient, un roulis, qui ne finit jamais et donne corps aux rêves, les entraînants toujours plus loin. Qu’y a-t-il tout là-bas, là où l’amour... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 18:22 - - Permalien [#]
Tags : , ,
13 mars 2014

" La Mer " Yôko OGAWA

 " La vieille maison dont le toit de tuiles oranges et la cheminée servaient de points de repère, donnait sur un chemin de campagne se faufilant entre les potagers et les vergers. Il n'y a pas d'autres locataires, on lui avait attribué les deux pièces situées à l'étage. Par la fenêtre donnant au Sud, il voyait les pruniers s'étendre à perte de vue au-delà du canal d'irrigation. " Extrait du camion de poussins A certains moments, vous avez besoin de faire un break, une pause, de vous écarter des chemins habituels et de... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 19:35 - - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
11 mars 2014

"Nous étions une histoire" Olivia ELKAIM

  « J’avais fui. J’étais partie, en miettes, à Marseille. Au psychiatre, là-bas, j’avais dit ce que je n’étais parvenue à dire à personne, ici – ni à mes amis, ni même à Louis : l’envie de rien, le vide m’aspirant entière, paralysant mon corps, et surtout ces souvenirs qui, depuis la naissance de mon fils, revenaient par vagues. Ma grand-mère, ma mère, leur histoire. D’une main, je tendais au médecin trois photographies couleur sépia, maigres témoignages du passé. De l’autre, je cognais sur son bureau. Mes mots... [Lire la suite]