12 octobre 2018

Christian Bobin - La nuit du coeur

  Comment parler d’un recueil qui n’est que le surplus de ce qui nous rend vivant, nous fait ouvrir les yeux sur ce que nous voyons plus, n’entendons plus, ne sentons plus. Comment écrire sur des mots qui ne parlent que de beauté, cette fracture étincelante qui nous transperce sous la jupe de ce quotidien qui nous emporte loin, loin de tout, loin de rien, loin de ce qui nous touche, nous relève, nous apaise, nous conquit, nous donne, nous ressent, nous assemble. Que dire quand les mots sont lumières, silences, respect,... [Lire la suite]

10 juin 2018

Christian Bobin "Le plâtrier siffleur"

  « Je pense que le monde est aujourd’hui plus carnassier. […] Je vois par moments comme une disparition de l’humain dans les visages. Je vois sur les chairs, sur les traits quelque chose qui passe, qui a moins de lumière. Je pense qu’on a fait du mal à la vie. […] la nature, la vérité, la beauté, la douceur, la lenteur qui ont été mises à mal ont juste reculé et deviennent un peu plus difficiles à saisir, à vivre. Trop de mal a été fait, mais ce n’est pas irréversible. […] On reviendra aux choses vivantes et vraies. Mais... [Lire la suite]
23 février 2018

Christian Bobin "Le Christ aux coquelicots"

  « Tu viens quand plus personne ne peut nous consoler : tu enterres secrètement celui que nous aimons au fond de notre cœur – bien à l’abri du temps. » J’ai ouvert ce petit livre à la couverture jaunie comme on ouvre un délicat trésor, une précieuse lettre vivante de mots, de consonnes et voyelles, de cet espace chantant, sensible, poétique, quasi divin. J’ai ouvert lentement, découpant page par page, feuillet par feuillet. Là doucement, dans le silence du jour naissant, les phrases se dévoilaient dans la clarté naissante de... [Lire la suite]
17 octobre 2017

Christian Bobin " Un bruit de balançoire"

  « Mademoiselle, Je n’ai hélas ! rien d’autre à vous offrir, pour votre enquête sur le voyage, que la vision d’un enfant de quatre ans accroupi devant l’explosion lente et silencieuse d’un pissenlit. Je n’ai pas fait un seul pas depuis l’enfance. Les féeries m’ont empêché d’aller plus loin. Ma rue natale s’appelait rue du 4-septembre. Je suis resté là, à cette enseigne. Chaque jour contient tous les jours. Les milliards de papillons de la grande histoire venaient battre des ailes dans cette rue banale – comme ils... [Lire la suite]
11 octobre 2015

"Noireclaire" Christian Bobin

« L’écriture, quand je ne lui donne pas ma main, je lui réserve toutes mes pensées, comme ce paysan qui au fond de son lit pense à ses bêtes, aux soins qu’il faudra leur donner au matin. Qui m’a appris à écrire ? Sans doute la voûte bleutée des hortensias, le temps que mettait Dieu à venir et bien sûr ta nonchalance – cette brutale décision de ne jamais désespérer. »  Comment vous parler encore une fois du poète Bobin ? Comment vous donner encore une fois l’envie de ce silence, l’envie de ce besoin de faire... [Lire la suite]
15 août 2015

"L'épuisement" Christian Bobin

« Ecrire c’est devenir anorexique. Ecrire c’est refuser les aliments proposés par le monde et rechercher, dans la maigreur affolante d’une phrase ou dans son développement boulimique, la vraie nourriture, celle qui fera grandir, et cette recherche par elle-même déjà nourricière. »« Lire c’est faire l’épreuve de soi dans les paroles d’un autre, faire venir de l’encre par voie de sang jusqu’au fond de l’âme et que cette âme en soit imprégnée, manger ce qu’on lit, le transformer en soi et se transformer en... [Lire la suite]

22 avril 2015

"Donne-moi quelque chose qui ne meure pas" Bobin - Boubat

« Boubat et moi avons un point commun : il a fait plusieurs fois le tour de la terre et ne suis jamais sorti de ma chambre. Or nous avons vu les mêmes choses et les mêmes gens. Lorsque je regarde ses images, j’ai l’impression de recevoir enfin de mes nouvelles, de bonnes nouvelles reçues de l’étranger. Je peux passer un long temps devant chaque image. Je n’ai pas si souvent l’occasion de me rencontrer. » Deux grands maitres : un de la plume, un de la photographie. Deux âmes sensibles, deux êtres complémentaires et... [Lire la suite]
13 novembre 2014

"La plus que vive " christian BOBIN

« Tu es la personne la plus saine que j'ai jamais vue. Tu as voulu ce que veulent toutes les femmes depuis le premier jour du monde, tu as voulu la liberté et l'amour, l'amour ouvert dans la liberté, la liberté exercée dans l'amour. C'est impossible ? Oui c'est impossible; et pourtant tu l'as vécu et tu n'as jamais renoncé à le vivre. Cela n'empêchait pas les blessures et les impasses. Même les femmes libres ne sont jamais tout à fait libres. Elles vivent toujours entre deux guerres »   Que vous dire de plus que je... [Lire la suite]
01 octobre 2014

"Un assassin blanc comme neige" Christian BOBIN

Parce qu’ « un assassin blanc comme neige » est arrivé un jour entre mes mains. Parce que Christian Bobin en est l’auteur impénétrable comme Hokuzai est le maitre de la vague, le maitre de l’Art lointain et Matisse le prophète du jaune éclatant, le pharmacien de la peinture. Parce qu’il y a des couleurs et des vies qui chamboulent nos âmes d’un simple souffle, une simple caresse du vent. Parce que « une montagne de découragement s’élève devant moi, je cherche le chemin de contrebandier qui permettra de la... [Lire la suite]
03 septembre 2014

" une bibliothèque de nuages" Christian BOBIN

Christian BOBIN est pour moi un écrivain qui a le don de faire voler une feuille, de rendre palpable le chant d'un oiseau, la caresse d une tempête, le goût délicat d’une caresse amie. Avec lui, le silence est roi, la lumière douce, ensorcelante, magnificence. Les sons que j’entends sont la vie, le brouhaha, une irrésistible et insatiable veine éternelle, un  vaisseau de paroles inutiles à dire mais à entendre, à écouter, à s’approcher, à vivre.   Oui Christian Bobin, c‘est une écriture de vie, une écriture sur la vie,... [Lire la suite]