23 avril 2017

" S'aimer " Cécile Roumiguière et ...

    « Nous nous sommes tant aimés… Pourquoi, comment ? Qui sait au juste comment se conjugue le verbe s’aimer ? »  Il y a tant de choses à dire autour de ce verbe. Tant de mots qui ne peuvent s’écrire, se tendre, s’entendre. Tant de gestes que l’on ose, que l’on refoule. Tant de sens qui s’installent, nous chamboulent. Tant de choses et de choses encore.  Il y a les premières fois, la première fois où le regard se pose mais où le cœur ne ressent rien d’autre qu’une forme d’émotion... [Lire la suite]

22 avril 2017

" Petit Pois " Davide Cali et Sébastien Mourrain

  Petit pois est tout petit et cela depuis sa naissance. Tout petit, tellement petit qu’il patauge dans la cuvette d’eau servant à lui faire sa toilette, dort dans une boite d’allumettes. Tellement minuscule que sa maman est obligée de lui confectionner ses habits et d’emprunter les chaussures aux poupées. Tout petit, Petit Pois. En grandissant, il append à nager tout seul dans l’évier de la salle de bain, pratique la lutte ourson en habit de super héros, escalade sa tour de Légo, marche sur le fil de laine tiré entre les... [Lire la suite]
19 avril 2017

" Verte " Marie Desplechin - Magali Le Huche

  Elle s’appelle Verte. Pas Brune, Blanche, même Violette ou encore Lucie. Non Verte. C’est sa  mère qui a choisi son prénom : Verte. Tu parles d’une facilité. Non mais c’est vrai quoi ! Pourquoi pas Mélusine, Marine, Laura, Elbinel, Melian, Milwen… La honte ! Faut dire aussi que Verte descend tout droit d’une famille de sorcières et rien n’est plus fatigant qu’une mère et une grand-mère sorcières, jeteuses de sorts qui ont décidé que sa fille et petite-fille, Verte donc, devait absolument apprendre à... [Lire la suite]
17 avril 2017

Lettre à Delphine Bertholon - "Coeur Naufrage"

  Chère Delphine Bertholon,    Cela fait bientôt plus de deux semaines que j’ai quitté votre (ton) roman. Deux semaines que je cherche des mots que je ne trouve pas. Deux semaines que je cherche à décrire la force, la sensibilité qu’il y a dans votre/ton écriture, dans ce Cœur-Naufrage. J’ai lu des blogs, de multiples articles de presse qui racontent merveilleusement bien l’histoire et ce qui en découle. Que pourrais-je dire de plus, d’autres ? Je n’en sais rien. Je ne suis que lectrice, pas une critique,... [Lire la suite]
16 avril 2017

" De bronze et de souffle, nos coeurs " Jeanne Bénameur - Rémi Polack

  «  TrouverInvisiblel’empreinte d’une mainoù poser la tienned’un pasoù mettre le tienTu apprendslentementla confiancedans les traces de ceuxqui ontdisparu. » Jeanne Benameur, comme une évidence aux silences, ce souffle, la fragilité des jours qui passent. Comme un signe, une continuité à ses voyages accessibles en pensées, en écrits, en émotions, la rencontre, l’osmose qui assemblent le mot et le bronze, la littérature et la sculpture, la pensée et le matériel, la finesse de l’écriture et la force de statue.... [Lire la suite]
13 avril 2017

" Le groupe " jean Philippe Blondel

  « On a tous été très secoués. Par toutes les histoires. Les fausses. Les vraies. C’est comme si nous avions été projetés à l’intérieur d’un film trop réaliste. Juliette et Camille s’essuyaient les yeux. Boris fixait le plafond pour contrer l’émotion. Mais le plus troublant, c’était Mme Grand. Alors, elle, toutes les digues ont lâché. Elle était carrément en PLS. C’est bizarre de voir un adulte pleurer. »   Autant vous le dire tout de suite, l’écriture et moi, les mots dans un carnet ou sur une feuille de... [Lire la suite]

12 avril 2017

" La femme aux cartes postales " JP Eid et C Paiement

  « Chère Maman,  Je ne sais comment vous dire ces choses. Quand vous lirez cette lettre, je serai partie et je ne reviendrai pas. Cela vous brisera le cœur, mais je sais que vous me pardonnerez. Ce n’est pas la maison, ce n’est pas vous, ce ne sont pas mes amis ni mon coin de pays que je quitte. C’est que le monde a changé. A Ste Emilie, je ne pourrai jamais devenir celle que je suis. Je sais que vous ne serez pas d’accord mais j’ai une place à prendre. Je suis capable. Faites-moi confiance, je vous en prie.... [Lire la suite]
10 avril 2017

" Inquiétude " Michèle Lesbre

" Maintenant encore il est ce petit fantôme orphelin qui a peur de la nuit, qui ne sera jamais tranquille, un vieil enfant inquiet." Un homme adulte-enfant ou enfant-adulte, un homme qui n'a jamais pu devenir homme, grandir, devenir lui. Une femme, Barbara, qui ne s'appelle pas Barbara mais qui lui ressemble tant. Un aigle noir, une travailleuse de la nuit. Un père absent, parti loin, très loin. Une mère qui s'est perdue dans les couloirs d'un hôtel. Et ces pas au plafond qui lui rappellent qu'il est seul, homme, enfant, homme. Ces... [Lire la suite]
09 avril 2017

" La nature exposée " Erri De Luca

  Je suis troublée, émue. Je ne sais comment je vais pouvoir parler, dire ces émotions que j’éprouve devant la force et la beauté de ce roman, la tendresse folle pour l’homme, pour ce qu’il a en lui, dans lui, pour ce qu’il est avant tout, avant d’être homme, un humain, un être constitué de peu, de lui, et qui dans sa générosité peut être quelqu’un de bien, de simple, d’humble, vrai et surtout respectueux. Je ne sais pas.   Erri de Luca, cet homme, cette écriture qui nous expose, nous relève, nous fait regarder,... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 07:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
05 avril 2017

" Ecumes " Ingrid Chabbert - Carole Maurel

«  Parfois, on se noie dans une mer à boire. Aussi rouge qu’un cœur qui cesse de battre. On regarde vers la surface à la croisée de chemins sous-marins : remonter ou se laisser aller. » Elles s’aiment. Tout simplement. Tendrement. Elles s’aiment. Sans se poser de questions, sans attendre de consentements. Elles s’aiment. Point. La seule ombre à leur union, leur amour, l’enfant. L’enfant qui manque, l’enfant absent. Et tel un océan de sang, une mer rouge, il ne semble vouloir venir, s’accrocher,  naître. Le... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 03:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , , ,